L'Instant Papillon

Partager

Entrer en transition

Saison 1, Ép. 1

Dans ce premier épisode, Stéphanie Grosjean part à la rencontre de Sandrine. Ses amis disent d’elle qu’elle a fait un 180° dans sa vie : à près de 40 ans, le gros burn-out qu’elle nomme son « effondrement intérieur » la terrasse et l’oblige à une remise en question profonde.


Un parcours frappé par le changement et marqué par l’engagement vers une vie et un monde plus souhaitables. Il illustre la notion de Transition intérieure et permet de faire écho au Travail qui relie développé par la philosophe américaine Joanna Macy, que l’on décrypte tout au long de l’épisode avec Vincent Wattelet.


Militant écologiste et psychologue, Vincent Wattelet a co-inititié le Réseau Transition Belgique il y a une dizaine d’années. Il est aujourd’hui écopsychologue et formateur en écopsychologie via l’association Terr'Eveille. Il fonde également Mycelium, un agent connecteur qui permet de décloisonner et de créer du dialogue entre les différents mouvements et initiatives de transition.


Le chemin de transition de Sandrine l’a menée à la co-création d’une maison de femmes en transition au sud de Bruxelles. Libellune est une espèce d’habitat partagé dédié aux femmes, pour leur permettre de vivre une transition dans un cadre bienveillant, solidaire et constructif. L'école de permaculture où elle s'est formée : Le Petit Monde de Desnié


Si vous souhaitez aller plus loin dans la thématique de la Transition intérieure, l’Université des Colibris en France commence un cycle de formations en ligne (un MOOC, jusqu’au 18 avril 2021), accessible gratuitement sur la base d’une inscription préalable. La formation est en cours mais les inscriptions restent ouvertes.


Enfin, si vous souhaitez soutenir l’Instant Papillon par du sponsoring ou via un don, rejoignez-nous sur www.linstantpapillon.be ou sur notre page Tipeee.


A bientôt !

Plus d'épisodes

10/6/2021

Comment va la Génération Climat? LIVE

Saison 1, Ép. 5
Depuis les manifestations étudiantes pour le Climat de 2018, depuis cette pandémie mondiale et ses confinements qui bousculent tous nos repères, depuis le dernier rapport du GIEC, depuis les inondations, depuis la reprise de l’école « une peu comme si de rien n’était »… Comment va notre jeunesse ? Quelles sont ses difficultés, ses espoirs, ses colères ? Que porte cette «Génération Climat» ? Comment créer du lien intergénérationnel? Comment leur donner la parole? Quel rôle d'adulte/de parent? Voilà les questions que je me pose aujourd’hui à propos de la jeunesse, à la veille d'une prochaine manifestation le 10 octobre prochain, et à la veille de la COP26. A mes côtés pour y répondre : Apolline Dupuis, étudiante à l’Université de Mons, militante au sein de Comac/Students For Change (www.comac-etudiants.be); Zahra Kahn, jeune femme de 18 ans qui emprunte des chemins alternatifs pour mieux vivre notre société en Transition; Bernard De Vos, Délégué général aux Droits de l’Enfant en Fédération Wallonie-Bruxelles, dont le rôle est de soutenir et défendre les droits des jeunes; Virginie Van Lierde, initiatrice, pendant le confinement, du Mouvement Trace ton Cercle qui invitait les familles à se réunir sur les places de village, pour mettre la crise sanitaire en débat + Extraits d'Intw de Juliet Bonhomme, jeune instagrammeuse ancienne fashion victim déterminée à soutenir une mode durable et responsable.(Res)Sources:l'enquête Nouvelle Vague de l’IFOP (Institut français d’Opinion Publique) publiée dans le livre La Fracture de Frédéric Dabi (ed. Les Arènes).Le Monde publiait les résultats d'une enquête à paraître dans la revue The Lancet Planetary Health, réalisée auprès de 10 000 jeunes de 16 à 25 ans, dans 10 pays du Nord comme du Sud, entre mai et juin 2021: Documentaire d'Emmanuel Cappelin Une fois que tu sais, Nour Films.Documentaire Bigger Than Us, de Flore Vasseur,Cercle de paroles jeunes, et chez Terr'EveilleCet épisode est un enregistrement live d'une conférence organisée et animée dans le cadre du Festival Maintenant! (Belgique), festival des initiatives de transition. Nous soutenir : Tipeee. Infos/sponsors : grosjean.steph@gmail.com
8/26/2021

Se reconnecter à son corps

Saison 1, Ép. 4
Dans cet épisode, je pars à la rencontre de Frédérique, ancienne danseuse professionnelle devenue kinésithérapeute, à Bruxelles. Son histoire illustre notre rapport au corps, sujet de tant de désirs, objet tellement désincarné/déconnecté.Car dans cette démarche de #reconnexionàsoi #militante que j’ai pu observer chez d’autres, et puis chez moi aussi, j’ai le sentiment que nos corps nous crient quelque chose, à grande échelle, et qu’il est grand temps de leur donner une réponse, d’en reprendre la #responsabilité, seuls et ensemble. Notre culture prônant l’intellect des « têtes bien faites », notre médecine cloisonnant ses spécialités, nos rythmes de vie écrasant nos besoins, nous n’écoutons plus notre corps.Et si cette volonté de se reconnecter à nos besoins, l’envie de retrouver le tonus et la douceur nécessaires à nos corps, pouvait être un acte à dimension politique et écologique, utile à soi autant qu’au #collectif? Et si, à nouveau, c’était prendre soin du vivant, tout simplement?Alors : Sommes-nous encore connectés à notre corps ? Peut-on vraiment « l’écouter » ? Si oui, comment ? A-t-il vraiment des messages à nous dire ?Pour répondre à mes questions, je voulais face à moi un médecin formé à la médecine classique, et qui soit aussi ouvert à une approche plus globale et psycho-corporelle du soin. A Kain, du côté de Tournai en Belgique, je rencontre le Dr Denis, médecin généraliste formé aussi à l’écoute et à la pédagogie PRH, pour Personnalités et Relations Humaines, une école spécialisée dans le déploiement de la personne (www.prh-belgique.be). Depuis 2016, le Dr Denis travaille plus spécifiquement dans la prise en charge des personnes en Burn Out, www.espace-libre.beAprès une reconnexion à son corps meurtri et une remise en question profonde, Frédérique Galliot entame une reconversion et une série de formations pour passer de “la danseuse à la répareuse de corps”. Elle consulte aujourd’hui à la Kinesphère (www.lakinesphere.be), l’espace de travail dans lequel elle aide, par le toucher et le mouvement, à redonner vie à nos corps au point mort. L’extrait qu’elle cite en fin d’épisode vient du livre de l’Américaine Mabel Elsworth Todd (1939) The Thinking Body, soit Le Corps pensant, traduit en 2012 aux Editions Contredanse à Bruxelles (www.contredanse.org)-----Un grand merci, chère Tibune, pour ton tip généreux qui encourage ce podcast indépendant! L’Instant Papillon a besoin d’auditeur.ice.s solidaires : pour contribuer et soutenir la réalisation de ce travail, cela se passe sur notre page Tipeee!