Partager

Happy Work

Le podcast pour vivre mieux son quotidien au travail.

Happy Work, c'est le podcast qui vous parle de bien-être au travail, et surtout de la manière de l'améliorer chaque jour. Son auteur, Gaël Chatelain-Berry, a passé plus de vingt ans en entreprise en tant que manager (TF1
12/7/2022

#692 - 5 raisons d'être optimistes pour 2023

Saison 4
L’optimisme n’a pas toujours bonne réputation. Souvent taxé de preuve de naïveté, l’optimisme semble être perçu par un certain nombre de personnes comme une preuve de faiblesse plutôt que de force comme le prétendent les pessimistes qui, bien entendu, ne se présentent jamais comme tel, mais comme étant des … réalistes.Je le dis souvent, un optimiste n’est pas quelqu’un qui voit tout en rose quel que soit le problème ; non, l’optimiste est quelqu’un qui sait que son action peut avoir un impact et que tant qu’il y a de la vie… il y a de l’espoir.Cela étant dit, j’ai été très surpris par le résultat du sondage de la semaine dernière qui avait comme objectif de connaître votre niveau d’optimisme quant à votre avenir. Eh bien, sur les 5 708 personnes qui ont répondu, 74% réponde que ce niveau va de normal à très élevé pour 13%... pas mal tout de même. Seuls 26% des répondants ont un niveau bas d’optimisme.Vous me direz, 26%, c’est déjà beaucoup. C’est vrai, ce n’est pas rien et c’est pour cela que j’ai souhaité écrire cet article. Je veux donner des raisons factuelles d’être optimistes pour 2023 puisque la nouvelle année approche à grand pas.1️⃣ Un rapport employeur / employé durablement changé2️⃣ Un rapport au travail plus équilibré3️⃣ Une liberté retrouvée4️⃣ Un rapport au travail plus riche5️⃣ Une entreprise plus engagée dans le quotidien des salariésOui, en 2023, il y aura toujours probablement de l’inflation, oui, la guerre en Ukraine ne sera pas forcément finie, mais il ne faut pas tout noircir. Nous avons des raisons d’être optimiste et d’utiliser l’énergie de cet optimisme pour faire bouger les lignes sur des sujets encore problématiques comme ceux évoqués dans le dernier paragraphe.Mais 2023 sera peut-être également l’année d’un grand changement qui me tient particulièrement à cœur : que les discussions pour que le burn-out soit enfin reconnu comme une maladie professionnelle commencent enfin. Là, je le sais, je suis un tantinet naïf… mais j’y crois.Et vous, quel est votre niveau d’optimisme ? Pour le savoir, vous pouvez passer ce test gratuit.Les sites évoqués dans cet épisode : Les Aidantes & Co , Accent Egal , www.gchatelain.com
12/6/2022

#690 - Comment lutter contre le syndrome de l’imposteur

Saison 4
Le syndrome de l’imposteur, vous en avez déjà entendu parler ? Ce syndrome, c’est le fait d’avoir le sentiment d’être incompétent, de ne pas mériter ce que l’on a et, surtout, qui persiste malgré les succès scolaires ou professionnels. Tout d’abord, une idée préconçue, ce syndrome est essentiellement féminin. Si l’on croit cela, c’est notamment parce que ce syndrome a été théorisé en 1978 la psychologue Pauline Rose Clance à une époque où les inégalité femmes/hommes étaient beaucoup plus fortes, mais surtout, leur étude a porté sur 150 femmes… et aucun homme. Ce syndrome touche effectivement plus les femmes que les hommes,  comme l’a montré une étude KPMG de 2021, 75 % des femmes en aurait été victime, contre 50% des hommes. Mais, chose interessante, une étude américaine  a montré que les conséquences de ce syndrome sont plus fortes chez les hommes que chez les femmes qui, depuis longtemps, ont l’habitude d’être soupçonnées d’incompétence. Sous stress, les hommes victimes du syndrome seraient moins forts que les femmes En fait, l’origine de ce syndrome est simple, Il s'agit essentiellement d'un conflit entre la perception que l'on se fait des autres et la façon dont on se perçoit soi-même. L’autre est forcément plus fort, plus intelligent, plus pertinent, plus brillant. Lutter contre le syndrome se fait en mettant en cohérence les trois images que l’on a de soi : ce que l’on voit dans le miroir, la personne idéale que nous souhaiterions être, et l’image que l’on imagine que les autres ont de nous. Pour y arriver, il faut déterminer avec précision ces 3 images.1️⃣ Faites la liste de ce que vous aimez en vous professionnellement2️⃣ Faites la liste des compétences qui vous font douter de vous3️⃣ Demandez à quelques collègues qui vous connaissent bien de faire la liste de vos compétences et de vos points améliorables En comparant ces trois listes, vous déterminerez vos véritables points forts sur lesquels vous n’aurez plus le droit de douter et, surtout, les points sur lesquels vous devrez travailler. Le syndrome de l’imposteur est très lié au doute… plus vous serez cartésien, moins il vous ennuiera.Et pour retrouver tous mes contenus, tests, articles, vidéos =>>> www.gchatelain.com