Thésard-es

Partager

17. Enquête sur les doctorant·e·s d'un laboratoire en sciences sociales

Saison 1

Pour le dernier épisode de la saison, nous vous présentons les résultats d’une enquête quantitative sur les conditions de vie des doctorant·e·s d’un laboratoire en sciences sociales. Ce laboratoire, c’est l’Iris, l’institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, qui est à cheval entre plusieurs organisations universitaires. Dans le jargon, on appelle ça des tutelles : ce sont les institutions qui nous financent et auxquelles nous sommes attaché·es. Il y a l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’université où Marianne, la moitié de Thésard-es, est inscrite en thèse, mais aussi d’autres institutions comme le CNRS, l’Inserm et l’université Sorbonne Paris-Nord (anciennement Paris-13).

Avec l’aide plusieurs collègues doctorantes, et notamment Julie Rodrigues Leite, Océane Sipan et Yaël Éched, nous avons consacré cet épisode à propos de cette enquête quantitative, imparfaite et artisanale, qui a compté 40 répondant·e·s parmi les doctorants du laboratoire, parce que cette enquête permet de mettre en lumière leurs conditions de vie et de travail.

Et ici, à Thésard-es, on estime que ce sujet est extrêmement important. Récemment, nous échangions via le compte du podcast avec une doctorante. Elle expliquait que dans son laboratoire, il n’y a aucun lieu pour les doctorant·e·s. Pas même un bureau ou un coin, rien du tout. Et elle nous a raconté qu’elle avait trouvé un institut qui hébergeait des jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur un sujet proche de son objet à elle, qu’elle avait pu s’y installer pour travailler, et que ça avait sauvé sa thèse, selon elle.

Elle nous a dit, et nous la citons : “Pendant ma 1ère année j'ai demandé partout autour de moi où étaient les locaux des doctorant·e· et personne ne savait, les autres doctorant·e·s travaillaient chez elleux et ça ne les dérangeait pas, personne ne se posait la question. Du coup j'ai intériorisé que je n'étais pas "normale" ou une bonne chercheuse car je n'y arrivais pas chez moi, complètement isolée. Cet institut ça a changé ma vie, et le pire c'est que je l'ai découvert totalement par hasard grâce aux suggestions Facebook.” 

Le récit de cette doctorante montre que les conditions de la production de la recherche sont loin d’être un sujet trivial ou secondaire. Ça détermine tellement de choses, dans nos vie de jeunes chercheur·euses, que nous avons voulu en parler ici.

Cet épisode vous présente les résultats de l’enquête menée dans le laboratoire dont fait partie Marianne, la structuration de la population des doctorant·e·s, leurs ressources, les activités qu’ils et elles effectuent, mais aussi leur adhésion à la notion de précarité.

N'oubliez pas de prendre des vacances et de déconnecter cet été, c'est important pour vous et votre santé mentale :)


Générique : Tileef. Contact : Instagram, Twitter @thesard_es / Email : thesard.es@gmail.com / Site internet: https://thesardes.wordpress.com/

Pour nous soutenir: https://fr.tipeee.com/thesard-es

N'hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions ou remarques sur ce podcast, nous y répondrons avec plaisir ! Un podcast produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier.



Plus d'épisodes

12/2/2021

20. Enquête sur la thèse CIFRE en SHS

Saison 2
Qui sont les doctorant·es CIFRE en SHS ? Quelles sont leurs conditions de travail ? Comment vivent-ils·elles la thèse ? Autant de questions auxquelles il était jusqu’ici difficile de répondre, mais qu’une enquête statistique, très récemment publiée, permet de saisir.S’il existe de nombreux travaux qui analysent la CIFRE du point de vue de l’expérience individuelle des personnes qui l’ont effectuée, le rapport co écrit par Tatiana de Feraudy, Antoine Gaboriau, Guillaume Petit et Antonin Thyrard permet d’envisager la thèse CIFRE comme une condition partagée des personnes qui font ou ont fait une thèse, et de voir alors les traits communs de cette population, mais aussi ses différences, en fonction par exemple des disciplines, du genre ou encore des structures d’accueil.Leur rapport d’enquête “Faire une thèse Cifre en Sciences Humaines et Sociales” est déjà disponible en ligne, sur HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03420635v1Les références abordées dans l’épisode :Morillon, Laurent (2008). “De l’idylle au détournement, quels apports des CIFRE en Sciences de l’Information et de la communication”, Seizième congrès SFSIC “Les sciences de l’information et de la communication : affirmation et pluralité”, Compiègne.Les recommandations :Adjunct de Geoff CebulaLe site PhdcomicsAcademia Obscura de Glen WrightThésard-es, un podcast de Jeanne Perrier et Marianne Le GagneurContact : thesard.es@gmail.com
11/4/2021

19. Marie - Faire une thèse CIFRE en anthropologie

Saison 2
La loi de programmation de la recherche prévoit une augmentation de 50% des thèses réalisées au sein d’un dispositif CIFRE, c’est-à-dire Conventions industrielles de formation par la recherche. Ces contrats spécifiques restent encore marginaux en SHS et pourtant, malgré les idées reçues, il est tout à fait possible de réaliser une thèse en sociologie, en géographie ou en anthropologie dans le cadre de ce dispositif. Les CIFRE sont réalisées par un doctorant, avec une université et en partenariat avec un financeur, qui peut être une association, une entreprise ou une collectivité territoriale.Pour en parler aujourd’hui nous recevons Marie Sigrist, jeune docteure en anthropologie de l’université de Tours, et qui a réalisé sa thèse en contrat CIFRE au sein de l’institut Paul Bocuse à Lyon. Elle a travaillé sur les pratiques culinaires des couples et familles franco-brésilien(ne)s en France et au Brésil. Mais dans cet épisode, elle nous parle surtout de son expérience de la thèse CIFRE : ça veut dire quoi faire une thèse CIFRE en anthropologie? comment on accède à ce dispositif? quels sont les avantages et les inconvénients?Dans cet épisode Marie relate son expérience personnelle de la CIFRE, et il est important de rappeler que ses modalités peuvent fortement varier d’un contrat à un autre. Marie explique comment elle s’est retrouvée à faire une thèse CIFRE alors qu’elle ne connaissait pas ce dispositif, et elle aborde également les temporalités plutôt longues relatives au démarrage de la thèse. Elle revient ensuite sur les particularités d’une thèse en CIFRE, l’exercice d’équilibriste parfois entre son université d’appartenance et sa structure d’accueil, situées dans 2 villes différentes. Elle aborde ses conditions de travail, l’importance de l’entraide entre doctorant-es, la nécessité d’apprendre à dire non, et l’importance de savoir convertir ses compétences pour le monde professionnel.Bonne écoute !Générique : Tileef. Contact : Instagram, Twitter @thesard_es / Email : thesard.es@gmail.com / Site internet:https://thesardes.wordpress.com/Pour nous soutenir:https://fr.tipeee.com/thesard-esN'hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions ou remarques sur ce podcast, nous y répondrons avec plaisir ! Un podcast produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier.
10/8/2021

18. Harcèlement sexuel et doctorat avec le CLASCHES

Saison 2
C'est la rentrée pour Thésard-es, bienvenue dans la saison 2 du podcast !Le 28 septembre dernier, la ministre Frédérique Vidal annonçait la mise en place début octobre d’un “plan national d’action pour mettre fin aux violences sexuelles et sexistes dans l’enseignement supérieur”, après la campagne SciencesPorcs relayés sur les réseaux sociaux au début de l’année et dénonçant ces violences au sein des IEP en particulier. Cette annonce suit la publication par l’inspection générale de l’éducation du sport et de la recherche d’un guide détaillant la façon dont les enquêtes administratives sont menées, notamment dans les cas de violences sexistes et sexuelles à l’université. Enfin, encore la veille de la sortie de cet épisode, jeudi 7 octobre 2021, un article du Monde de la journaliste Soazig le Nevé était consacré à une enquête révélant l’ampleur des violences sexuelles et sexistes à Centrale Supélec.Pour ce premier épisode, nous avons invité le collectif Clasches, Collectif De Lutte Anti-Sexiste Contre Le Harcèlement Sexuel Dans L'Enseignement Supérieur, afin de faire le point sur la situation. Ce collectif est composé de bénévoles, en majorité des précaires de la recherche, et ils et elles préfèrent rester anonymes. Dans l’épisode, nous accueillons deux de leurs membres.Ensembles, nous revenons sur la définition légale du harcèlement sexuel et sur ses spécificités dans le monde universitaire. Nous abordons les relations de domination et de pouvoir qui peuvent mener à des situations de violences sexistes et sexuelles, ainsi que l’évolution de la prise en compte de celles-ci par les universités depuis 20 ans. Nos deux intervenantes donnent également quelques conseils pour faire face si vous êtes victimes ou témoins. Enfin, elles dressent un bilan mitigé des sanctions obtenues pour les agresseurs et expliquent les raisons derrière ces mesures en demi-teinte, ainsi que les moyens d’action pour continuer à faire bouger les lignes !Hello Asso pour donner au CLASHES : https://www.helloasso.com/associations/clasches/adhesions/adhesion-clasches-2021Adhérer au CLASHES : https://clasches.fr/adherer/Les posters (à imprimer au labo 🔥 ) : https://clasches.fr/agir/#toggle-id-5Générique : Tileef. Contact : Instagram, Twitter @thesard_es / Email : thesard.es@gmail.com / Site internet:https://thesardes.wordpress.com/Pour nous soutenir:https://fr.tipeee.com/thesard-esN'hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions ou remarques sur ce podcast, nous y répondrons avec plaisir ! Un podcast produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier.