Thésard-es

Partager

13. Javiera - Les récits d'inceste

Saison 1

Dans l’épisode d’aujourd’hui, nous recevons Javiera doctorante en histoire et en première année lorsque nous avons enregistré cet épisode en février 2020. Javiera travaille sur les récits d’inceste publiés en France entre 1986 et 2019. Dans l’épisode, elle rappelle que l’inceste concerne 6% de la population française. Depuis l’entretien, elle nous a informées de nouveaux chiffres parus en 2020: l’inceste concerne désormais 10% de françaises et français. 


Dans cet épisode, Javiera nous parle des différents supports qu’elle utilise pour sa recherche et explique l’apport de l’histoire pour révéler les permanences de discours et avoir un recul sur l’évolution du droit sur ce sujet. Elle aborde également son rapport avec l'actualité, malheureusement débordante sur son sujet. Enfin, elle nous raconte son arrivée dans la thèse, à 40 ans et ce que ça implique en terme d’intégration et de perspectives de carrière.

Les recommandations de Javiera:

Nouveau chiffres de l’inceste en 2020: https://facealinceste.fr/blog/actualites/le-nouveau-chiffre-de-l-inceste-en-france 

Eva Thomas, “Le viol du silence”, 1986; Anne Lorient, “Mes années barbares”, 2016; Léonore Le Caisne, “Un inceste ordinaire: Et pourtant tout le monde savait”, 2014; Isabelle Sézionale, “La poupée d’Archimère”, 2013; Christine Angot, “L’Inceste”, 1999.

Générique : Tileef. Contact : Instagram, Twitter @thesard_es / Email : thesard.es@gmail.com / Site internet: https://thesardes.wordpress.com/

Pour nous soutenir: https://fr.tipeee.com/thesard-es

N'hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions ou remarques sur ce podcast, nous y répondrons avec plaisir ! Un podcast produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier.

Plus d'épisodes

7/8/2021

17. Enquête sur les doctorant·e·s d'un laboratoire en sciences sociales

Saison 1
Pour le dernier épisode de la saison, nous vous présentons les résultats d’une enquête quantitative sur les conditions de vie des doctorant·e·s d’un laboratoire en sciences sociales. Ce laboratoire, c’est l’Iris, l’institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, qui est à cheval entre plusieurs organisations universitaires. Dans le jargon, on appelle ça des tutelles : ce sont les institutions qui nous financent et auxquelles nous sommes attaché·es. Il y a l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’université où Marianne, la moitié de Thésard-es, est inscrite en thèse, mais aussi d’autres institutions comme le CNRS, l’Inserm et l’université Sorbonne Paris-Nord (anciennement Paris-13).Avec l’aide plusieurs collègues doctorantes, et notamment Julie Rodrigues Leite, Océane Sipan et Yaël Éched, nous avons consacré cet épisode à propos de cette enquête quantitative, imparfaite et artisanale, qui a compté 40 répondant·e·s parmi les doctorants du laboratoire, parce que cette enquête permet de mettre en lumière leurs conditions de vie et de travail.Et ici, à Thésard-es, on estime que ce sujet est extrêmement important. Récemment, nous échangions via le compte du podcast avec une doctorante. Elle expliquait que dans son laboratoire, il n’y a aucun lieu pour les doctorant·e·s. Pas même un bureau ou un coin, rien du tout. Et elle nous a raconté qu’elle avait trouvé un institut qui hébergeait des jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur un sujet proche de son objet à elle, qu’elle avait pu s’y installer pour travailler, et que ça avait sauvé sa thèse, selon elle.Elle nous a dit, et nous la citons : “Pendant ma 1ère année j'ai demandé partout autour de moi où étaient les locaux des doctorant·e· et personne ne savait, les autres doctorant·e·s travaillaient chez elleux et ça ne les dérangeait pas, personne ne se posait la question. Du coup j'ai intériorisé que je n'étais pas "normale" ou une bonne chercheuse car je n'y arrivais pas chez moi, complètement isolée. Cet institut ça a changé ma vie, et le pire c'est que je l'ai découvert totalement par hasard grâce aux suggestions Facebook.”Le récit de cette doctorante montre que les conditions de la production de la recherche sont loin d’être un sujet trivial ou secondaire. Ça détermine tellement de choses, dans nos vie de jeunes chercheur·euses, que nous avons voulu en parler ici.Cet épisode vous présente les résultats de l’enquête menée dans le laboratoire dont fait partie Marianne, la structuration de la population des doctorant·e·s, leurs ressources, les activités qu’ils et elles effectuent, mais aussi leur adhésion à la notion de précarité.N'oubliez pas de prendre des vacances et de déconnecter cet été, c'est important pour vous et votre santé mentale :) Générique : Tileef. Contact : Instagram, Twitter @thesard_es / Email : thesard.es@gmail.com / Site internet:https://thesardes.wordpress.com/Pour nous soutenir:https://fr.tipeee.com/thesard-esN'hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions ou remarques sur ce podcast, nous y répondrons avec plaisir ! Un podcast produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier.
6/17/2021

16. Constance - Le prix et la valeur en droit

Saison 1
Aujourd’hui et pour la première fois, nous recevons une doctorante en droit qui nous parle de ses recherches, et de son expérience de la thèse. Constance Lehman est actuellement en 4ème année de thèse à l’Université Paris-Saclay, et elle étudie le prix et la valeur en droit. Dans cet épisode, elle nous parle de sa recherche en cours, qui montre comment le droit appréhende la notion économique de valeur, et l’expose avec beaucoup de pédagogie.Constance nous explique aussi plus largement en quoi consiste la thèse dans sa discipline.Elle nous parle de son contrat d’ATER, c’est-à-dire d’attachée d’enseignement et de recherche, qu’elle effectue après son contrat doctoral pour continuer à toucher un salaire tout en enseignant à l’université.Elle raconte la manière dont la crise du Covid-19 a impacté son travail, du point de vue de l’enseignement et de son accompagnement auprès des étudiant·es, mais aussi vis-à-vis de l’écriture de sa thèse. Enfin, elle aborde la manière dont elle fait face à cette expérience de la thèse, en étant entourée, avec plusieurs passe-temps, mais aussi grâce à un accompagnement psychologique.Les recommandations de Constance : Le Capital de Karl Marx (1867) ; Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee (1960) ; Le film La ligne verte (2000) de Frank Darabont ; La série “The good wife” ; La série “Engrenages” ; Les livres de Gisèle Halimi ; Le podcast “Fleur d'avocat”.Générique : Tileef. Contact : Instagram, Twitter @thesard_es / Email : thesard.es@gmail.com / Site internet:https://thesardes.wordpress.com/Pour nous soutenir:https://fr.tipeee.com/thesard-esN'hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions ou remarques sur ce podcast, nous y répondrons avec plaisir ! Un podcast produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier.
5/27/2021

15. Parentalité et doctorat

Saison 1
Cette semaine, nous vous proposons un épisode sur la parentalité et le doctorat. Être mère et doctorante, qu’est-ce que ça implique? Être doctorante et vouloir un enfant pendant sa thèse, est-ce que c’est possible? Quels sont vos droits en théorie et comment ça se passe en pratique?Fin 2020, la revue Tracés publie un dossier intitulé "Documenter l'Université qui lutte" qui comporte un article sur le thème "Maternités en lutte. Quelle maternités pour les travailleuses de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche ?". Les témoignages de doctorantes, postdoctorantes et titulaires recueillis par les auteurices soulignent le caractère multidimensionnel des rapports de domination qui se jouent autour du désir d’avoir des enfants, autour de la maternité et des responsabilités parentales dans l’ESR. Ils et elles soulignent la production de temporalités et la précarisation structurelle des métiers de la recherche et de l’enseignement qui contraignent les projets familiaux.Dans cet épisode, nous accueillons Mathieu Arbogast et Aden Gaide, tous deux membres de l’association EFiGiES, pour nous parler de l’enquête réalisée en 2016 par le collectif pour comprendre les problématiques liées à la parentalité pendant les années de "jeune recherche". On a aussi discuté de la thèse d’Aden “Être parent pendant ses études. Étude du rapport à la parentalité dans l’enseignement supérieur”. Les deux chercheurs abordent l’expérience de la parentalité pendant le doctorat, mais également la façon dont la précarité de la période doctorale joue sur l’entrée ou non dans la parentalité. Ils expliquent les pressions qui peuvent être vécues, les contraintes temporelles, l’aspect genré de ces questionnements et le manque d’informations et de prise en charge concernant la parentalité à l’université.Bonne écoute!Références citées: Site Internet d’EFiGiES: https://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/gnp-genre-normes-procreatives-et-parentaliteLien vers la fiche juridique: https://efigies-ateliers.hypotheses.org/3818Bajos N., Ferrand M. (2006), « L’interruption volontaire de grossesse et la recomposition de la norme procréative », Sociétés contemporaines (61) 1 : 18-46.Barbier, Pascal et Bernard Fusulier. «L’interférence parentalité-travail chez les chercheurs en post-doctorat: le cas des chargés de recherches du Fonds national de la recherche scientifique en Belgique.»Sociologie et sociétés, volume 47, numéro 1, printemps 2015, p.225–248. https://doi.org/10.7202/1034425arGaide, Aden. « Être mère et étudiante en France. Se confronter à une norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur », Agora débats/jeunesses, vol. 79, no. 2, 2018, pp. 23-36.Olivia Bui-Xuan, « Le congé de maternité des enseignantes-chercheures depuis la circulaire du 30 avril 2012 », La Revue des droits de l’homme [En ligne], 12 | 2017Générique : Tileef. Contact : Instagram, Twitter @thesard_es / Email : thesard.es@gmail.com / Site internet: https://thesardes.wordpress.com/Pour nous soutenir: https://fr.tipeee.com/thesard-esN'hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions ou remarques sur ce podcast, nous y répondrons avec plaisir ! Un podcast produit et réalisé par Marianne Le Gagneur & Jeanne Perrier.