Partager

We Love MDR

Le podcast des comédies françaises

Et si on écoutait de la comédie française ? Daniel Andreyev vous invite chaque semaine à traiter ce qui se fait de mieux ou de pire dans notre chère comédie française. Avec une équipe de chroniqueurs drôles mais toujours
Dernier Épisode11/23/2020

Dupontel a dit : "Adieu les cons" !

Ép. 128
Un petit côté Amélie Poulain agaçant. «Adieu les cons», c’est le dernier film du grand Albert Dupontel. Si ce n’est pas le meilleur de sa filmographie malgré une superbe Virginie Efira, c’est surtout l’occasion de revenir sur les grands classiques du réalisateur et acteur phare des comédies françaises.Animé par Daniel Andreyev avec Perrine Quennesson et Hugo Alexandre.LE FILM PRÉFÉRÉ DE DUPONTEL POUR PERRINE : «9 mois ferme» (Albert Dupontel, 2013), le plus abouti, toute la colère naturelle et renfermée à fleur de peau d’Albert Dupontel avec un vrai travail du rythme de la comédie et d’une inventivité folle. Violent et hilarant.LE FILM PRÉFÉRÉ DE DUPONTEL POUR HUGO : «Le Créateur» (Albert Dupontel, 1999), un mec qui veut faire du théâtre et qui écrit une pièce géniale complètement ivre mais il n’y arrive pas. La quintessence de DupontelLE FILM PRÉFÉRÉ DE DUPONTEL POUR DANIEL : «Bernie» (Albert Dupontel, 1996), le plus fou.LA RECO DE HUGO : Voir les sketchs de Dupontel, les one-man show pour la plupart disponibles sur Youtube.LA RECO DE PERRINE : «Dogman» (Matteo Garrone, 2018), on va prendre un personnage qui fait aussi partie des petits et va finir par devenir violent à cause d’une pression terrible.LA RECO DE DANIEL : «Le convoyeur» (Nicolas Boukhrief, 2004), un super film dramatique.L’intégrale complète de «Les idées noires» de Frankin, qui a probablement beaucoup influencé Dupontel.CRÉDITSWe Love MDR est un podcast de We Love Cinema proposé par Goom (Go on media). Directeur des contenus: Omar Erraïs.Cet épisode a été enregistré à distance le 6 novembre 2020.Réalisation: Geoffrey Puig. Chargé d’édition: Dimitri Mayeur. Chargée de production: Albane Fily. Générique: Corentin Kerdraon. Production déléguée: Binge Audio. Direction de production: Joël Ronez.
11/23/2020

Dupontel a dit : "Adieu les cons" !

Ép. 128
Un petit côté Amélie Poulain agaçant. «Adieu les cons», c’est le dernier film du grand Albert Dupontel. Si ce n’est pas le meilleur de sa filmographie malgré une superbe Virginie Efira, c’est surtout l’occasion de revenir sur les grands classiques du réalisateur et acteur phare des comédies françaises.Animé par Daniel Andreyev avec Perrine Quennesson et Hugo Alexandre.LE FILM PRÉFÉRÉ DE DUPONTEL POUR PERRINE : «9 mois ferme» (Albert Dupontel, 2013), le plus abouti, toute la colère naturelle et renfermée à fleur de peau d’Albert Dupontel avec un vrai travail du rythme de la comédie et d’une inventivité folle. Violent et hilarant.LE FILM PRÉFÉRÉ DE DUPONTEL POUR HUGO : «Le Créateur» (Albert Dupontel, 1999), un mec qui veut faire du théâtre et qui écrit une pièce géniale complètement ivre mais il n’y arrive pas. La quintessence de DupontelLE FILM PRÉFÉRÉ DE DUPONTEL POUR DANIEL : «Bernie» (Albert Dupontel, 1996), le plus fou.LA RECO DE HUGO : Voir les sketchs de Dupontel, les one-man show pour la plupart disponibles sur Youtube.LA RECO DE PERRINE : «Dogman» (Matteo Garrone, 2018), on va prendre un personnage qui fait aussi partie des petits et va finir par devenir violent à cause d’une pression terrible.LA RECO DE DANIEL : «Le convoyeur» (Nicolas Boukhrief, 2004), un super film dramatique.L’intégrale complète de «Les idées noires» de Frankin, qui a probablement beaucoup influencé Dupontel.CRÉDITSWe Love MDR est un podcast de We Love Cinema proposé par Goom (Go on media). Directeur des contenus: Omar Erraïs.Cet épisode a été enregistré à distance le 6 novembre 2020.Réalisation: Geoffrey Puig. Chargé d’édition: Dimitri Mayeur. Chargée de production: Albane Fily. Générique: Corentin Kerdraon. Production déléguée: Binge Audio. Direction de production: Joël Ronez.
10/26/2020

Mignons les Parents d'élèves

Ép. 126
Le film le plus inoffensif de Noémie Saglio. Mais dans le bon sens. Parents d’élèves, c’est une comédie romantique, qui met en scène Vincent Dedienne, un baby-sitteur qui se fait passer pour le père de l’enfant qu’il garde auprès de son institutrice jouée par Camélia Jordana. Et tout ça, bien sûr, pour se rapprocher d’elle. Sur le thème classique du mensonge une fois de plus, cette comédie essaye quand même d’aborder beaucoup de sujets de société, voire même peut-être un peu trop. Oui, il faut savoir choisir parfois, à vouloir tout dire, on ne dit plus grand chose.Animé par Daniel Andreyev avec Yérim Sar.LA RECO DE DANIEL : «Le Nouveau» (Rudi Rosenberg, 2015), la période de l’enfance juste avant qu’ils deviennent les personnages des beaux gosses. Plein de justesse dans la période compliquée du collège où les enfants essayent de se situer.LA RECO DE YÉRIM : «Drillbit Taylor, garde du corps» (Steven Brill, 2008), à la base un homme sans domicile fixe repère 3 adolescents victimes dans leur bahut et devient leur garde du corps.et «Fist fight» (Richie Keen, 2017), quand deux professeurs finissent par se détester pAr concours de circonstances et que ça part en vrille.CRÉDITSWe Love MDR est un podcast de We Love Cinema proposé par Goom (Go on media). Directeur des contenus: Omar Erraïs.Cet épisode a été enregistré le 8 octobre 2020.Prise de son et réalisation: Mathieu Thévenon. Chargé d’édition: Dimitri Mayeur. Chargée de production: Albane Fily. Générique: Corentin Kerdraon. Production déléguée: Binge Audio. Direction de production: Joël Ronez.
10/12/2020

Mon Cousin riche, trop riche

Ép. 125
Les déboires de Picsou ? «Mon Cousin», c’est l’histoire de Pierre, joué par Vincent Lindon, ultra-riche, à la tête d’une société familiale. Qui dit société familiale, dit cousin qui rentre en scène, et avec un rôle pas des moindres : il doit signer le transfert de leurs actions communes. Classique Jan Kounen, c’est un peu inclassable. Mais malheureusement, les deux thématiques principales sont pas si bien traitées : ce n’est ni une critique du capitalisme, ni une réflexion sur la santé mentale. Déjà, il aurait peut-être fallu faire un peu moins riche, un peu moins jet privé…Animé par Daniel Andreyev avec Yérim Sar et François Oulac.LA RECO DE YÉRIM : «Date limite» (Todd Phillips, 2010), le marathon de Peter Highman pour être aux côtés de sa femme pour la naissance de leur premier enfant.LA RECO DE FRANÇOIS : «Kuroko no Basket» (Tadatoshi Fujimaki, 2017), animé où un lycéen qui fait partie d’une génération légendaire de basketteurs est considéré comme un «joueur fantôme». Alors qu’il n’a en apparence aucun talent, c’est un fait un passeur magique.LA RECO DE DANIEL : «Dobberman» (Jan Kounen, 1997), parce que Jan Kounen est toujours intéressant, et on a envie de le voir plus - du coup on re-regarde.CRÉDITSWe Love MDR est un podcast de We Love Cinema proposé par Goom (Go on media). Directeur des contenus: Omar Erraïs.Cet épisode a été enregistré le 8 octobre 2020.Prise de son et réalisation: Mathieu Thévenon. Chargé d’édition: Dimitri Mayeur. Chargée de production: Albane Fily. Générique: Corentin Kerdraon. Production déléguée: Binge Audio. Direction de production: Joël Ronez.
9/28/2020

La Daronne en carton

Tout est tiède. La Daronne, c’est une comédie-policière où Patience Portefeux, la personnage principale jouée par Isabelle Huppert, interprète franco-arabe pour la brigade des stups, se retrouve à la tête d’un trafic de drogue. Comédie classique où un personnage sort de son milieu pour rentrer dans un autre, ce n’est pourtant pas très drôle. Mais surtout, la dimension policière n’excelle pas non plus, car le film est inoffensif, pas assez creusé, parfois même plein de clichés peu crédibles. Et pourtant, c’est pas faute d’avoir essayé de mettre du folklore un peu partout, mais malheureusement, c’est pas comme ça que ça marche.Animé par Daniel Andreyev avec Clotilde Bruneau et François Oulac.LA RECO DE CLOTILDE : «Weeds» (Jenji Kohan, 2005), sur le même principe que la daronne : une mère de famille se met à dealer pour pouvoir maintenir son niveau de vie.LA RECO DE FRANÇOIS : «Homecoming» (Sam Esmail, Kyle Patrick Alvarez, 2018), un thriller psychologique où casting, écriture et scénario sont excellents.LA RECO DE DANIEL : «Sherlock Holmes» (Kyosuke Mikuriya, Hayao Miyazaki, 1984), une vraie belle comédie policière, disponible sur Netflix, pour les petits et les grands.CRÉDITSWe Love MDR est un podcast de We Love Cinema proposé par Goom (Go on media). Directeur des contenus: Omar Erraïs.Cet épisode a été enregistré le 10 septembre 2020.Prise de son et réalisation: Mathieu Thévenon. Chargé d’édition: Dimitri Mayeur. Chargée de production: Albane Fily. Générique: Corentin Kerdraon. Production déléguée: Binge Audio. Direction de production: Joël Ronez.
9/14/2020

Énorme malaise

Ép. 123
C’est sous-écrit de A à Z… voire pas du tout écrit du tout. Énorme, c’est l’histoire d’un homme de 40 ans joué par Jonathan Cohen qui veut absolument devenir père. Du coup, il met sa femme Claire, jouée par Marina Foïs, enceinte contre son gré, rien que ça. Scandale sur le plateau télé de Quotidien sur le principe juridique de ce scénario un peu douteux, ce n’est même pas ça le pire. Le film est très très mal écrit, gênant et l’alchimie entre les personnages inexistante. On n’en dit pas plus, à vous de vous faire un avis.Animé par Daniel Andreyev avec Clotilde Bruneau et Yérim Sar.LA RECO DE YERIM : «Teeth» (Mitchell Lichtenstein, 2008), une adolescente du club de chasteté de son lycée est confrontée à la sexualité débridée des autres, on n’en dit pas plus, attention c’est pas pour les enfants.LA RECO DE CLOTILDE : «Les neufs derniers mois» (Cookie Kalkair, 2019), une bande-dessinée documentaire sur la paternité de l’auteur.LA RECO DE DANIEL : «Nos pires voisins» (Nicholas Stoller, 2014), à l’inverse du couple dans Énorme, eux ont une super alchimie.CRÉDITSWe Love MDR est un podcast de We Love Cinema proposé par Goom (Go on media). Directeur des contenus: Omar Erraïs.Cet épisode a été enregistré le 10 septembre 2020.Prise de son et réalisation: Mathieu Thévenon. Chargé d’édition: Dimitri Mayeur. Chargée de production: Albane Fily. Générique: Corentin Kerdraon. Production déléguée: Binge Audio. Direction de production: Joël Ronez.