Partager

Souffle Chaud

Souffle Chaud est un podcast qui célèbre l'Art da…

Souffle Chaud est un podcast qui célèbre l'Art dans sa forme la plus inclusive en donnant la parole aux créatifs contemporains. Au cours de discussions informelles, parfois drôles, parfois touchantes, Valentin essaye d
4/8/2022

#42 : Jeune galerie cherche jeunes artistes - Laurent Zorzin

Laurent Zorzin est de ceux qui appartiennent à la tribu des passionnés, ceux qui racontent sans économie, tout feu tout flamme, arrosant constamment leurs interventions d'anecdotes à l'emporte-pièce, avec pour seule fin, la volonté de transmettre. Il est abonné à la même ferveur, au même piment d'Espelette, que ces amoureux de biologie moléculaire, ces jusqu'au-boutistes de belote coinchée ou ces amoureux de ventriloquie, ceux qui parlent de leur passion comme nul autre, qui vendent du rêve à qui voudra bien y goûter.Si je dois être tout à fait transparent, je dois dire que je ne connaissais pas vraiment l'historique de la galerie Arts Factory avant de rencontrer Laurent. C'est un lieu que je fréquente régulièrement, dans lequel j'ai mes petites habitudes, un nid réconfortant où j'atterris à loisir dès que j'en ai l'occasion mais pour autant, il aura fallu attendre cette conversation pour en découvrir les coulisses.Avec Laurent, nous remontons donc le fil : 25 ans de bottes de paille, de stères de bois et de palettes de briques pour construire ces espaces d'exposition successifs, les aménager et surtout, leur donner une âme. Une sacrée matière première que ce supplément d'âme. Pas la peine de chercher ça au rayon gros œuvres de Castorama, ni de courir les Leroy Merlin de France et de Navarre. L'âme se trouve sous la voûte plantaire, entre les deux yeux, au creux du poignet, dans ces recoins délaissés du corps qui écoutent battre le cœur.
11/26/2021

#38 - Ruines, vestiges et fragments : ce que raconte la chute

Si tu as toujours rêvé d'envoyer valser une tour de Kapla d'un gracieux coup de pied, de réduire en cendres les souvenirs d'une relation qui s'est mal terminée ou de participer au Domino Day, juste pour saboter l'événement, alors cet épisode est fait pour toi. Aujourd'hui, je te propose de te remonter les manches, d'aiguiser tes couteaux et d'embarquer à bord d'une auto-tamponneuse débridée, à la poursuite du frisson. Terminus au choix : la chute, la destruction, l'effondrement ou la ruine.Pour parler de ces notions d'impulsion, de transformation et de mouvement, trois copilotes expérimentés :Jules GoliathJulia GaultNelson PerniscoCes artistes casse-cous, ont su faire de ces menaces imminentes une force, jusqu'à les intégrer dans leurs pratiques respectives. Car quand on envisage la chute comme un espoir, une intention ou un souhait, on se débarrasse de toute notion de fatalité. Ce n'est pas la destruction de l'œuvre qui survient mais bien sa métamorphose. Grain de maïs, elle devient popcorn. La chute, la dégradation et plus largement toutes les autres formes de transformation d'une œuvre viennent mimer les différentes phases d'une vie. De la naissance à la mort, les récits se complètent, se compliquent et se croisent. L'artiste n'offre pas uniquement une œuvre figée dans le marbre, il ou elle met en scène une expérience de vieillissement, dans laquelle chaque étape possède un sens et un intérêt propre. Sauf qu'ici, la dite mort n'en est pas réellement une. La mort n'existe plus. À la place, on pourrait parler de prolongement, de continuité, d'apothéose, de vie éternelle. Comme dirait Buzz l'Éclair : "Vers l'infini et au-delà".