Le podcast de So Sweet Planet

Partager

Le brésilien Chico Cesar : résistance artistique, musiques, amour, panafricanisme… Sortie de son 10ème album studio !

C’est une personnalité fascinante et attachante, sa voix d’or se glisse comme une onde d’amour dans le chaos du monde… et ça fait du bien !

Interview de Chico Cesar pour parler de son parcours, de ses racines, ses engagements, de ses rencontres importantes et bien sûr de Vestido de Amor, son dixième album studio !


Présentation de l'album par Zamora Label (producteur)


"Originaire du Nordeste brésilien, Chico César, né en 1964, est un musicien multiple, chantre de l’universalité qui fait siens tous les rythmes du monde. Ancien journaliste, auteur de plusieurs recueils de poésie, il cisèle des textes qui mettent son talent au service d’un engagement pour la culture (il en fut le secrétaire de son état natal, la Paraíba pendant plusieurs années), l’environnement, les minorités opprimées, les Indiens et les Noirs, victimes d’un racisme qui a subi lui-même."


 "Vestido de Amor, le dixième album studio du Bresilien Chico Cesar, creuse le sujet du panafricanisme, cette fois du point de vue de la diaspora. Le chanteur, auteur, compositeur né a Catole do Rocha, dans la zone désertique de l’Etat du Paraiba, a invité deux grandes personnalités de la musique africaine a enrichir Vestido de Amor : Salif Keita et Ray Lema. Bien plus que des featurings, ces collaborations scellent un changement de paradigme.

Le peuple noir est large, un et indivisible. 

Longtemps, l’Amerique tropicale a cherche a renouer avec ses racines africaines, trop souvent diminuées si ce n’est ignorées. En 1978, Gilberto Gil, Nordestin comme Chico Cesar, publiait l’album Refavela, apres avoir assisté au Festival des arts et cultures noires de Lagos (Festac). 


Chico Cesar livre un album aux couleurs multiples, du forro nordestin au reggae jamaicain, de la rumba zairoise aux langueurs du calypso, du coco des pêcheurs côtiers aux éléctricités du rock urbain. Vestido de amor n’en demeure pas moins totalement brésilien. 


Pour tracer la philosophie sous-jacente a ces courants transatlantiques, Chico Cesar s’en réfère au grand compositeur brésilien Pixinguinha (1897-1973). 

En 1922, il y a cent ans donc, le flutiste arrive a Paris, avec son orchestre, Os Oito Batutas. En 1916, ce métis carioca, noir selon les critères brésiliens, a composé l’un des chrorinhos les plus célèbres du pays, Carinhoso. Jusqu’alors la culture brésilienne était incarnée par des Blancs : le poète Mario de Andrade, le compositeur Heitor Villa-Lobos, la peintre Tarsila de Amaral. 

À Paris, l’afro-bresilien Pixinguinha crée l’évènement, joue six mois durant au Sheherazade, rencontre des artistes du monde entier, des Américains, des Caribéens, des Orientaux, des Africains. Ensemble, ils inventent une musique hybride. En rentrant au Brésil, Pixinguinha rapporte le saxophone et la batterie, fait ainsi évoluer le choro, déja issu d’un mélange de polka européenne et de lundu africain. La diaspora se contamine et ne cesse de muer". 


Concerts le 13/10 à Marseille, Espace Julien, le 14/10 à Paris au Café de la danse 

Tous les concerts


Chico Cesar sur Facebook


Chico Cesar à Jazz à Vienne 



Soutenir So Sweet Planet sur Patreon :

https://www.patreon.com/sosweetplanet

Plus d'épisodes

8/31/2022

Les Dames de la Joliette : hommage en musique à la poésie féminine et engagée ! Cinq artistes marseillaises, héritières de l’esprit de résistance…

Soutenir So Sweet Planet - podcast et site indépendants ! - sur Patreon :https://www.patreon.com/sosweetplanet"À toutes celles qui ont vécu des veillées d’armes, nous voudrions avec nos chants leur rendre hommage".Les Dames de la Joliette se veulent héritières de l’esprit de résistance à l’image de toutes ces femmes du monde qui ont mené des combats contre toute forme de violence ou de discrimination et dont les voix trouvent un écho puissant dans les luttes contemporaines.Elles portent en elles la Sicile, la Provence, la Grèce, la Kabylie, l’Espagne, elles ont évolué dans le bain des musiques traditionnelles et polyphoniques : provençales, grecques, italiennes, hispaniques, berbères mais aussi urbaines. Pour ce podcast, je suis en compagnie de deux des Dames de la Joliette, Sylvie Paz et Annie Maltinti, pour parler des Dames de la Joliette - qui elles étaient et qui elles sont aujourd’hui - de ce qui les anime, de la formidable richesse de leurs univers, de leur parcours, de la multiculturalité et de leur premier album "Fremas de Marsiho".En concert le 15 octobre au Blanc Mesnil dans le cadre du Festival des villes des musiques du mondeLe site des Dames de la JolietteVidéo de présentation Les Dames de la JolietteLa page Facebook des Dames de la JolietteLe site de Les Voies du ChantLa chaîne YouTube de Diwan Concerts© Anne Greffe - So Sweet Planet . Tous droits réservés.
8/10/2022

Voyage dans une humanité en relation avec tous les vivants. Avec Sabah Rahmani, anthropologue et directrice de la collection "Voix de la Terre" (Actes Sud)

"Dans la faillite généralisée de sens où notre monde se coupe de ses racines vivantes, épuisant les ressources premières, en proie à l’avidité de l’egologie au détriment de l’écologie, pillant la Maison Terre, il est urgent de donner la parole à celles et ceux qui (r)éveillent d’autres voies, des voix qui portent les lueurs d’un chemin où l’humanité se reconnecte à la source de sa nature profonde : terre-ê(s)tre."Dans cet épisode de So Sweet Planet, nous parlons d’une nouvelle collection de livres, "Voix de la Terre", dirigée par la journaliste et écrivaine Sabah Rahmani, diplômée en anthropologie. Sabah Rahmani travaille sur les peuples racines depuis plus de vingt ans et elle a effectué de nombreux reportages auprès de communautés autochtones. Sabah Rahmani est aussi auteure du livre "Paroles des peuples racines" paru chez Actes Sud en 2019.La collection "Voix de la terre" propose un voyage "dans les profondeurs d’une humanité aux mille et un visages, une humanité en relation avec tous les vivants, dans la multitude des mondes, visibles et invisibles, ici au plus près ou là-bas, à l’autre bout du globe. Une Terre où des femmes et des hommes vivent en lien profond avec l’eau, la terre, l’air, le feu, le minéral, le végétal, l’animal, le céleste, les esprits, les ancêtres, en dialogues fertiles avec l’ensemble des vivants, quelle que soit leur essence." Éditions Actes SudAcheter Kogis, le chemin des pierres qui parlent dans une librairie indépendante sur Place des LibrairesAcheter Yanomami, l'esprit de la forêt dans une librairie indépendante sur Place des LibrairesLe site de Survival International (France)Le podcast de So Sweet Planet consacré à Survival InternationalLa revue NativesSoutenir So Sweet Planet - podcast et site indépendants ! - sur Patreon :https://www.patreon.com/sosweetplanet
7/12/2022

(2ème partie) Comment la non-violence peut-elle nous aider à construire un monde juste et soutenable ? Avec Pauline Boyer

2ème épisode - Comment la non-violence peut-elle nous aider à construire un monde juste et soutenable ? Avec Pauline BoyerDans ce podcast en deux épisodes, je reçois Pauline Boyer pour parler de ce formidable "Manifeste pour la non-violence" !(co-écrit par Pauline Boyer et Johann Naessens, éditions Charles Leopold Mayer).La non-violence vous évoque Gandhi et Martin Luther King, vous trouvez que c’est une belle idée mais qu’elle n’est plus adaptée au monde tel qu’il est aujourd’hui ? Vous pensez qu’elle ne fait plus le poids ? Il est grand temps de vous mettre à jour ! Les luttes de stratégies non-violentes n’ont cessé de progresser, de se professionnaliser et de gagner des victoires, elles font aujourd’hui bouger les lignes en profondeur sur toute la planète !Cet essai vous donne toutes les clés pour comprendre pourquoi la non-violence peut tout changer, mais aussi comment elle prépare concrètement, en amont, la nouvelle société qu’elle souhaite voir advenir. C’est passionnant et surtout, très convaincant ! De nombreux exemples de réussites sont d’ailleurs cités, sur toute la planète. Écoutez l’interview !Pauline Boyer est activiste climat, membre de l’équipe d’animation d’Aletrnatiba et d’Action non-violence COP21, mouvements citoyens pour la justice climatique et sociale. Elle est co-fondatrice d’Action Climat Paris et de la Base et elle est aussi maintenant Chargée de campagne Transition Énergétique pour Greenpeace France.Présentation par les éditions Charles Leopold Mayer :MANIFESTE POUR LA NON-VIOLENCE de Pauline Boyer et Johann NaessensFace à la menace climatique, à l’augmentation des inégalités et à l’incapacité des dirigeant·es à changer radicalement de cap, la tentation de la violence est forte, y compris dans les mouvements qui luttent pour un changement de société. Méconnues, les stratégies de luttes non-violentes représentent pourtant un outil puissant pour redonner du pouvoir au plus grand nombre et construire un monde juste et soutenable.Cet ouvrage revient sur les fondements théoriques de la non-violence, philosophie ayant donné naissance à une stratégie de lutte qui constitue une force de transformation radicale et populaire. Il expose les défis de notre époque, infiniment complexes et entremêlés dans des « chaînes de déresponsabilisation » et montre comment l’action non-violente permet de s’ancrer dans une dynamique enthousiasmante et efficiente qui génère de l’espoir et transcende la peur. Les auteur·es ouvrent des pistes d’action et de réflexion pour aboutir à la création de mouvements efficaces, inclusifs et créatifs.Acheter le livre Manifeste pour la non-violence sur le site des Librairies IndépendantesSoutenir So Sweet Planet - podcast et site indépendants - sur Patreon :https://www.patreon.com/sosweetplanet