Belle Trace

Partager

Thu Kamkasomphou : "Je suis une chercheuse d'or, j'espère ramener de Paris une médaille qui brille comme le soleil"

Cette semaine, Flo Masnada reçoit Thu Kamkasomphou dans le podcast Belle Trace.



(01:23) Née au Laos, la pongiste de 53 ans parle de ses origines et de son arrivée en France à l’âge de 10 ans. Elle raconte la fuite de son pays vers la Thaïlande puis la France où elle arrive d’abord à Créteil puis à Rennes avec sa famille. C’est grâce à son père qu’elle se met au tennis de table.



(09:26) Alors qu’elle commence à évoluer dans des structures pour sportifs de haut niveau, on lui diagnostique une périartérite noueuse qui lui affecte les jambes. A 17 ans, elle ne peut plus s’entraîner, prend des traitements lourds. Ce n’est que peu avant les Jeux de Sydney qu’on lui propose de concourir en handisport.


(12:55) Thu prépare sa 7e olympiade pour tenter de remporter une nouvelle médaille pour les Jeux de Paris en 2024. Où puise-t-elle sa force de caractère et toujours y retourner, après déjà deux titres paralympiques remportés en simple ? “Je suis une chercheuse d’or”, lance-t-elle. Elle explique ne rien laisser au hasard pour se maintenir au plus haut niveau. 


(29:10) Forcément, lorsqu’on glâne un total de sept médailles aux Jeux Paralympiques, on a beaucoup de souvenirs à raconter. Pour Belle Trace, elle nous livre les plus beaux moments de sa carrière et notamment son titre paralympique à Pékin, dans le pays où le tennis de table est le sport roi.


Pour conclure, elle évoque la trace qu’elle aimerait laisser : “Je voudrais qu’on retienne deux choses de moi. La première : mes performances ; et la deuxième : j’espère être une belle personne”


Bonne écoute !

 

Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :

 

Raphaël Poirée : "Si nous trustons les podiums, il y a une raison, nous sommes différents"

 

Carole Montillet : "Pour être championne olympique, j’ai pris une paire de skis que je ne connaissais pas"

 

Antoine Kombouaré : "C'est un énorme privilège d'être l'entraîneur du club dans lequel j'ai débuté"

 

Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.

 

Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport ici

 

Animation : Flo Masnada

 

Production : Eurosport


Plus d'épisodes

6/21/2022

Pelous : "Et le lundi, je voyais des gens mourir devant moi"

C'est un monument du rugby. Fabien Pelous, 118 sélections avec le XV de France, est l'invité de Florence Masnada cette semaine dans le podcast Belle Trace. L'ancien deuxième-ligne y raconte notamment comment, dans sa jeunesse, son quotidien d'étudiant dans le domaine médical a contribué à ce qu'il garde les pieds sur terre (18:17).Pelous était titulaire lors du fameux France - Nouvelle-Zélande de 1999, remporté par les Bleus en demi-finale de la Coupe du monde. Il détaille en quoi ce match est mémorable, emblématique. (2:35)Ce jour-là, Fabien Pelous n'était pas capitaine, mais il a souvent porté le brassard. "Je n'ai jamais voulu être capitaine et pourtant j'ai été capitaine de toutes les équipes dans lesquelles j'ai joué", note-t-il. (9:32)Pelous (48 ans) évoque également l'équipe de France actuelle et la façon dont il a assisté/participé à l'éclosion d'une génération qui replace le XV du Coq sur le devant de la scène (35:53). L'ex-avant de Toulouse met deux joueurs en exergue, lorsqu'on lui demande qui l'a marqué durant sa carrière (45:05) : Philippe Carbonneau - "le plus doué de sa génération" - et YannickJauzion - "qui était aussi technique que physique" - méritent plus de considération selon lui.Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Raphaël Poirée : "Si nous trustons les podiums, il y a une raison, nous sommes différents"Carole Montillet : "Pour être championne olympique, j’ai pris une paire de skis que je ne connaissais pas"Antoine Kombouaré : "C'est un énorme privilège d'être l'entraîneur du club dans lequel j'ai débuté"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notrepage Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'EurosporticiAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport
6/14/2022

Karim Laghouag : "Je suis parti de l'espace et je suis revenu médaillé, incroyable"

Karim Laghouag, champion olympique de concours complet à Rio en 2016 et en bronze à Tokyo, est l'invité de Flo Masnada cette semaine dans Belle Trace.Il est bien sûr question de souvenirs olympiques pour débuter avec l'or obtenu au Brésil en 2016 qui a permis à la France de débloquer son compteur médaille. (1:30)Puis les deux évoquent Pékin 2021. D'abord remplaçant, Karim a finalement terminé capitaine d'équipe. Un parcours fantastique qu'il nous raconte en détail (05:00).Il explique les approches qui existent entre les différentes disciplines de l'équitation (08:24).Quel lien entretient-il avec ses chevaux ? Il explique le cheminement depuis les premiers entraînements jusqu'à l'obtention de la médaille olympique (13:40).En plus de l'entraînement, Karim fait appel à un préparateur mental (22:45), un moyen de se mettre dans les meilleures dispositions avant un concours.Il explique aussi que son cheval est très sensible et tactile (27:00) et comment il communique avec lui. Comment parvient-il à se préparer lui-même entre son métier d'instructeur et de cavalier professionnel (29:00) ? Il explique avoir modifié son approche pour être plus en rapport avec les efforts demandés en compétition. Par ailleurs, Karim Laghouag s'inspire d'autres sports et sportifs pour s'accomplir. (33:30)(43:30) Enfin, quel est son futur ? Actuellement, il prépare les Championnats du Monde à Rome en septembre prochain puis les Championnats d'Europe au Haras du Pin en 2023 et les Jeux Olympiques à Paris en 2024. Les JO qui seront à suivre en direct et en intégralité sur Eurosport.Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Raphaël Poirée : "Si nous trustons les podiums, il y a une raison, nous sommes différents"Carole Montillet : "Pour être championne olympique, j’ai pris une paire de skis que je ne connaissais pas"Antoine Kombouaré : "C'est un énorme privilège d'être l'entraîneur du club dans lequel j'ai débuté"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notrepage Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'EurosporticiAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport
6/7/2022

Florent Pietrus : "J’ai joué pour ma mère pendant toute ma carrière"

Cette semaine dans Belle Trace, Florence Masnada reçoit Florent Pietrus, 230 sélections en équipe de France de basket, notamment champion d'Europe en 2013.Pietrus commence par raconter ce fameux sacre continental, marqué par un discours de Tony Parker face à l'Espagne en demi-finale (3:12). Il explique à quel point tout est parti, selon lui, d'un camouflet tout aussi mémorable, en 2005.L'ancien intérieur de Pau-Orthez ou encore de la SIG raconte comment le décès de sa mère, alors qu'il avait 10 ans, a été le moteur de sa carrière (20:33) : "Tous mes matches ont été pour elle". "Je continue de penser à ma mère et de lui dédicacer mes matches", ajoute celui qui évolue maintenant en amateur.Pietrus (41 ans) n'a jamais joué en NBA. Il ne manifeste aucun regret à ce sujet (30:44) : "Je peux me regarder dans une glace et me dire que je me suis réveillé chaque matin avec la même ambition, la même envie de progresser." Il a participé aux JO et en garde de grands souvenirs.Flo Pietrus considère que la maxime "l'important c'est de participer", "c'est pour les livres" et qu'il faut, surtout, chercher à gagner : "La vie, ce n'est pas l'école des fans." Il dévoile les conseils qu'il donne à son fils, évoque aussi son goût pour la musique, le voyage ou encore... le shopping. Bonne écoute.Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Raphaël Poirée : "Si nous trustons les podiums, il y a une raison, nous sommes différents"Carole Montillet : "Pour être championne olympique, j’ai pris une paire de skis que je ne connaissais pas"Antoine Kombouaré : "C'est un énorme privilège d'être l'entraîneur du club dans lequel j'ai débuté"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notrepage Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'EurosporticiAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport