Belle Trace

Partager

[REDIFFUSION] Michaël Jérémiasz : "J'étais entre un Rafael Nadal et un Benoît Paire, j'avais besoin de bosser dur et aussi de brûler la vie"

Cet été, nous vous proposons de réécouter les meilleurs épisodes de Belle Trace. Cette semaine, l'ancien joueur de tennis fauteuil Michaël Jérémiasz est l’invité de Flo Masnada.

 

Il évoque débord son documentaire qu'il est en train de tourner en tant que producteur. L'angle : "Comment le sport a changé la vie des personnes handicapées dans le monde depuis 150 ans". Puis il évoque son podcast (05:00) créé avec So good sur la sexualité des personnes handicapées.

 

Il se penche ensuite sur son association "Comme les Autres" (06:05) qui propose un accompagnement social dynamisé par le sport et les sensations fortes aux personnes devenues handicapées moteur après un accident.

 

Son accident, il en est évidemment question (11:37). Michaël Jérémiasz revient dessus et explique qu'il a mis longtemps avant de revenir sur les lieux de son accident à Avoriaz. Avant de bifurquer sur le tennis fauteuil (14:10), un sport qu'il a pratiqué à très haut niveau. Il raconte son parcours de sportif de haut niveau qui l'a mené aux Jeux Olympiques.

 

Bonne écoute !

 

Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :

 

Guy Drut : "Grâce aux paroles de Killy, je me suis forgé un mental de vainqueur"

 

Samir Aït Saïd : "A Paris, ça va être un happy ending"

 

Yannick Bestaven : "Humidité permanente, chauffage inexistant... Pendant 80 jours, on vit comme des sangliers"

 

Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.

 

Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport ici

 

Animation : Flo Masnada

 

Production : Bababam


Plus d'épisodes

9/20/2022

Jérémie Azou : "Le titre de Rio a un goût d'inachevé"

Cette semaine dans Belle Trace, Flo Masnada reçoit le rameur Jérémie Azou.Champion olympique en deux de couple poids légers à Rio de Janeiro en 2016, le natif d'Avignon revient sur sa fin de carrière et les raisons qui l'ont poussé à arrêter la compétition à seulement 27 ans, bien qu'invaincu pendant plus de 30 courses d'affilée (3:22) Il met notamment en avant la difficulté de la gestion du poids en aviron (7:10).Ancien nageur, il nous explique comment à la suite d'une blessure, il s'est orienté vers l'aviron, une discipline qu'il ne connaissait même pas... (21:40) mais aussi comment il a dû se préparer très vite à son après-carrière dans un sport où la double casquette est indispensable (28:30)Jérémie Azou évoque de lui-même son sacre olympique au Brésil qui contrairement à ce qu'on pourrait penser n'est pas son meilleur souvenir en tant qu'athlète (33:05). Il reproche notamment la gestion humaine de l'événement. Bonne écoute !Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Valérie Nicolas : "Les gardiennes n'avaient pas bonne réputation dans notre génération"Muriel Hurtis : "La piste me permettait de m'exprimer, d'extérioriser"[REDIFFUSION] Justine Henin : "Très peu de gens ont cru en mon rêve"Franck Cammas : Être navigateur, c’est être un mélange entre pilote de F1 et alpiniste"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport iciAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport
9/13/2022

Valérie Nicolas : "Les gardiennes n'avaient pas bonne réputation dans notre génération"

Cette semaine dans Belle Trace, Flo Masnada reçoit la handballeuse Valérie Nicolas.L'ex gardienne de 47 ans raconte l'importance de son poste dans son sport et les spécificités de son rôle qu'elle a découvert par hasard dans sa jeunesse, alors qu'elle occupait une place de joueuse de champ en ligue de Bretagne. Un poste qu'elle a mis du temps à apprécier. (5:54)Elle se remémore la finale des Mondiaux de 2003 face à la Hongrie pendant laquelle "elle ne touche pas un ballon pendant 40 minutes". Une rencontre à côté de laquelle elle passe mais qui reste un de ses plus grands souvenirs de joueuse. (22:34)Après une première partie de carrière en France, la Bretonne raconte son passage au Danemark où elle a remporté la Ligue des champions avec Viborg et a ramené une maîtrise de la langue danoise (27:40) avant de finir par revenir sur sa reconversion profesionnelle au travers de la ville de Nice et dans les médias ! Il sera aussi questions de Paris 2024 et même de sandball !Bonne écoute !Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Muriel Hurtis : "La piste me permettait de m'exprimer, d'extérioriser"[REDIFFUSION] Justine Henin : "Très peu de gens ont cru en mon rêve"Franck Cammas : Être navigateur, c’est être un mélange entre pilote de F1 et alpiniste"Patricia Meunier-Lebouc : "Quand Tiger Woods est arrivé, le golfeur a été enfin reconnu comme un athlète"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport iciAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport
9/6/2022

Muriel Hurtis : "La piste me permettait de m'exprimer, d'extérioriser"

Cette semaine dans Belle Trace, Flo Masnada reçoit l'athlète Muriel Hurtis.L'ex sprinteuse de 43 ans raconte notamment l'avant course lors de la finale du 4x100 m lors des Championnats du monde 2003 dans la chambre d'appel. Alignée avec Patricia Girard-Léno, Sylviane Félix et Christine Arron, elle explique que le jeu d'intimidation des Américaines juste avant d'entrer en piste et comment elles ont collectivement su se concentrer pour remporter la médaille d'or. (3:02)Un titre obtenu alors que la Française ne se predestinait pas du tout à une carrière dans le sport et elle s'est même mise très tard à l'athlétisme, qu'elle découvre grâce à un professeur de sport qui a su déceler chez elle des aptitudes pour la course. (12:05)La Bondynoise retrace son parcours aux JO, entre Sydney où elle avoue avoir mal géré et s'être dispersée : "Je voulais tout faire", et Athènes où elle apprend sa grossesse en arrivant sur place (19:25) à une époque où la gestion entre sport et maternité était beaucoup moins évidente que maintenant.Bonne écoute !Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Raphaël Poirée : "Si nous trustons les podiums, il y a une raison, nous sommes différents"Carole Montillet : "Pour être championne olympique, j’ai pris une paire de skis que je ne connaissais pas"Antoine Kombouaré : "C'est un énorme privilège d'être l'entraîneur du club dans lequel j'ai débuté"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport iciAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport