Partager

La Vie Est Un Roman

Art & littérature


Latest episode

  • L’amitié dans tous ses états. Correspondances

    59:20
    L’amitié dans tous ses états. Correspondances - Conçu et présenté par Nicole Marchand-Zañartu et Jean Lauxerois – Médiapop Éditions, février 2024Avec à l’antenne : Christian Barani, Danièle Petrès et Nicole Marchand-ZañartuComment définir l’amitié qui lie deux êtres au caractère parfois si différent, voire opposé ? Le discret et le flamboyant, l’initié et le profane, celui dans l’ombre et celui dans la lumière, le destin tragique et celui qui redonne de l’espoir, ou des pairs qui cheminent ensemble et s’épaulent sur des routes souvent cahoteuses. C’est à travers le mode d’échange singulier de la correspondance de quarante paires d’amis (1880-1980), écrivains, musiciens, poètes, peintres, cinéastes, anthropologues, que nous avons tenté d’en saisir les nuances.Quarante « explorateurs et exploratrices » se sont lancés dans la lecture de ces correspondances pour nous les faire revivre. À l’image du Cercle des Tempéraments de Goethe, voici déclinée en cinq grandes catégories et quarante nuances, « les états de l’amitié ».Pier Paolo Pasolini – Silvana Mauri | William Butler Yeats – Dorothy Wellesley | Herman Melville – Nathaniel Hawthorne | Rachel Carson – Dorothy Freeman | Hannah Arendt – Mary McCarthy | Robert Walser – Frieda Mermet | Pierre Bonnard – Édouard Vuillard | Dmitri Chostakovitch – Isaak Glikman | John Muir – Jeanne Carr | Yorguis Zorba – Nikos Kazantzaki | Sam Shepard – Johnny Dark | Marcel Duchamp – Henri-Pierre Roché | Arnold Schoenberg – Vassily Kandinsky | Asger Jorn – Christian Dotremont | Gershom Scholem – Walter Benjamin | Aby Warburg – Erwin Panofsky – Ernst Cassirer | Georges Henri Rivière – Paul Rivet | Jean-Luc Godard – André S. Labarthe | Nelly Sachs – Paul Celan | Kawabata Yasunari – Mishima Yukio | Stefan Zweig – Joseph Roth | Blaise Cendrars – Henry Miller | Hermann Hesse – Thomas Mann | Paul Gauguin – Daniel de Monfreid | Gaston Chaissac – Jean Dubuffet | René Char – Edmond Jabès| Samuel Beckett – Bram van Velde | Maurice Chappaz – Philippe Jaccottet | Joseph Czapski – Jil Silberstein | Henri Michaux – Franz Hellens | Georges Perros – Jean Grenier | Valery Larbaud – Adrienne Monnier | Saint-Pol-Roux – Victor Segalen | Andreï Tarkovski – Sergueï Paradjanov | Víctor Erice – Abbas Kiarostami | Nâzim Hikmet – Kemal Tahir | Georg Baselitz – A. R. Penck | Marie-Louise Arconati Visconti – Alfred Dreyfus | Franz Boas – Paul Rivet | Varlam Chalamov – Nadejda Mandelstam |

More episodes

View all episodes

  • Marc Dufaud, David Bowie Ashes to Ashes, Le Boulon.

    53:52
    Marc Dufaud, David Bowie Ashes to Ashes, Le Boulon.David Bowie démarre inaugure les années quatre-vingt avec, certainement, un de ses titres les plus forts, une chanson à tiroirs, qui fait table-rase du passé (c’en est fini avec le Major Tom, même s’il ne faut pas trop le chercher) et qui fait (dejà ?) écho à une carrière achevée. « Poussière tu étais, poussière tu redeviendras. »Marc Dufaud se replonge dans l’histoire de David Bowie à travers le prisme d’une chanson culte, illustrée par un clip vidéo d’une puissance encore inégalée. Il est auteur de romans et de nombreuses biographies rock, dont le livre Close Up Daniel Darc. Je me souviens je me rappelle (Le Boulon, 2023).Marc Dufaud sera interviewé pour l'occasion par Frédéric Gournay, auteur de Métaphysique du rock, aux éditions de L’irrémissible.
  • Lecture propitiatoire par Paul Feat-King de Cyclope, un passage abrupt d’Ulysse de James Joyce.

    57:09
    Lecture propitiatoire par Paul Feat-King de Cyclope, un passage abrupt d’Ulysse de James Joyce.Nulle part dans le roman-monde de Joyce les voix des Dublinois du début du vingtième siècle ne résonnent-elles aussi clairement qu’au pub de Barney Kiernan, décor du « Cyclope », douzième épisode d’Ulysse. L’oralité est au cœur de cet épisode dont le récit est fait par un narrateur anonyme, unique dans l’œuvre et à l’idiosyncrasie marquée par des formes d’Hiberno-Anglais et une foule d’expressions populaires ; récit lui-même constitué des conversations de comptoir ponctuant les différentes tournées commandées par les personnages qui vont et viennent dans l’établissement de Little Britain Street. Ayant pour symbole la figure du nationaliste, cet épisode est donc résolument ancré par son fond comme par sa forme, dans l’espace littéraire, linguistique et culturel irlandais, ce qui pose d’innombrables problèmes de traduction. De fait, les voix du « Cyclope » sont aussi celles des interpolations parodiques qui émaillent, augmentent, traduisent et distordent, polymorphes, les événements narrés par « I ». Parodies de styles écrits, elles mettent par contraste en valeur les marques d’oralité dont elles sont le pendant, et représentent autant de jeux autour du récit et de la voix qui le porte. À partir des problématiques littéraires saillantes de cet épisode et des traditions du récit qu’il convoque (et dont il se moque), dans un cadre spatio-temporel et linguistique spécifique — un pub, à Dublin, le 16 juin 1904.
  • Lola Gruber, Horn venait la nuit, Éditions Christian Bourgois

    56:48
    Lola Gruber, Horn venait la nuit, Éditions Christian BourgoisSimon Ungar ne sait pas grand-chose de son père, parti refaire sa vie au Canada. Quand il se fait licencier et que sa petite amie le quitte, il se dit que c’est l’occasion d’en savoir plus sur ses origines : il part en République tchèque, dans la ville d’Olomouc, le berceau des Ungar. Son amateurisme en toutes choses va mener Simon jusqu’à Bratislava puis à Budapest, de train en train, enchaînant les hasards, les rencontres et les coïncidences. Mais le puzzle familial s’avère difficile à reconstruire, entre fausses pistes et pièges tendus…Mensonges enfouis, secrets découverts ― les histoires de Simon et Ilse vont peu à peu se rejoindre. Que ce soit en invoquant la mémoire juive ashkénaze, les livres de Jules Verne, le clapotis du Danube la nuit ou les banlieues sinistres de Budapest où se terrent des écrivains nobélisables, Lola Gruber nous entraîne dans un formidable roman-enquête mené tambour battant où l’humour côtoie la tragédie, la mort et l’amour à chaque page.
  • L’énigme Charles Duits

    58:48
    L’énigme Charles DuitsEmpruntons une heure durant le chemin de mémoire inédit frayé par l'association des Amis de Charles Duits pour découvrir ce poète surréaliste (1925-1991) et auteur d'un essai culte sur le peyotl - Le pays de l'éclairement - dont on vient de découvrir grâce la Galerie Loeve&co qu'il fut aussi un peintre visionnaire, une heure en compagnie de Daniel Mallerin, directeur de l'Association et le poète Ivan Alechine, compagnon de Charles Duits.L'image : Portrait de Charles Duits par Kiki Picasso
  • Anthony Bruguier-Jourdan & Bouzard & Jean-François Jacq

    57:52
    Anthony Bruguier-Jourdan & Bouzard & Jean-François JacqProvisions amoureuses d’ Anthony Bruguier-Jourdan,  poésie inédite lue par Paul Feat-Hing que nous remercions pour sa remarquable performance. Bouzard, The Ultimate Autobiography of me too, Les Requins MarteauxIl y a presque deux décennies Bouzard amorçait son journal de bord imaginaire dans la revue Psikopat et s'affirmait comme autobiographe accompli en trois tomes aux Requins Marteaux. Aujourd'hui la vie décousue de ce trentenaire néo-rural est enfin réunie dans un pavé turquoise serti d'or et d'argent – The ultimate autobiography of me too.Jean-François Jacq, Il fera bon mourir un jour, Quadrature du cercleUn enfant de la rue. Ainsi se définit Jean-François Jacq, Une enfance amputée, vécu en partie dans le noir. Grandir dans un environnement skyzophrène. Une errance initiée à l'âge de treize ans. Une adolescence à feu et à sang. Internement par erreur. Paralysie complète, conséquence d'une maladie rare : Guillain Barré. De nombreuses années passées à la rue. Il fera bon mourir un jour, septième livre – et quatrième récit autobiographique – se veut le récit au plus près, peau contre mot, de ses multiples morts. En parallèle de ses récits autobiographiques, Jean-François Jacq, licencié en arts du spectacle, a publié des biographies musicales consacrées à Lili Drop, Bijou et Ian Dury. 
  • Thierry Marignac, "Photos passées" & Franck André Jamme, "Tantra Song"

    59:50
    Thierry Marignac, Photos passées & Franck André Jamme, Tantra SongThierry Marignac, Photos passées, La Manufacture de livres« J’ai reçu la première et unique photo de mon véritable père, qui restera un inconnu à jamais, le 22 février 2022. L’envoi était accompagné d’un mot bref de la sœur de ma mère, dont le laconisme est la marque de fabrique : Voici les photos que j’ai trouvées dans les archives de ta mère… »Thierry Marignac est né à Paris en 1958. Parallèlement à ses activités de romancier, il effectue aussi un important travail de traducteur de l’américain et du russe.Franck André Jamme, Tantra Song, L’Atelier contemporainRenaud Ego nous parle de Tantra song qui fut conçu par Franck André Jamme comme une initiation aux fascinantes séries de peintures tantriques, après avoir passé plus de vingt ans en conversation avec les communautés de tantrikas du Rajasthan. Dans le sillage d’autres poètes-ethnographes comme Michel Leiris ou Georges Bataille, il portait une attention passionnée à des formes de savoir hétérodoxes, non fondées sur la seule raison. Pour lui, comme le rappelle Renaud Ego, « tout vient par le ravissement. » (Avec des contributions de Bill Berkson, Renaud Ego, André Padoux.)Franck André Jamme, né en 1947 et mort en 2020, est l’un des principaux poètes français contemporains et l’auteur de plus d’une douzaine de livres.