L'envert du décor

Partager

Pourquoi vous n'êtes pas obligé de passer aux couches lavables (tout de suite)

Saison 1, Ép. 44

Couches jetables ou réutilisables? Le débat fait plus que jamais rage, d'autant que l'enjeu environnemental est de taille. Les couches jetables, c'est 40% des déchets d'un ménage avec un enfant ayant entre 0 et 2 ans, mais c'est aussi 7% de nos décharges de non recyclables.

Avec un tel tableau, faut-il s'empresser de passer aux couches lavables? La réponse est un peu plus subtile, et une autre solution, plus efficace peut-être déjà là, comme vous pouvez le découvrir dans ce nouvel épisode de l’Enver(t) du décor, le podcast environnemental du service sciences du HuffPost.


Les sources utilisées :

Un comparatif de l'université de Stanford entre le coût environnemental des couches lavables et des jetables

Une étude récente sur l'amélioration des polymères superabsorbants

La méta-analyse de l'ONU qui compare tous les systèmes, dans (presque) toutes les situations

Les labels validés par les autorités françaises

Une étude de l'impact de la culture du coton sur l'environnement

Un calcul du nombre de couches utilisées par enfants

Plus d'épisodes

7/6/2022

Il n'y a vraiment pas de bonnes raisons d'acheter votre eau en bouteille

Saison 1, Ép. 52
L’eau potable coule de notre robinet et pourtant un Français sur deux continue d’acheter de l’eau en bouteille, selon le baromètre 2021 du Centre d’Information sur l’Eau. Le choix de l’eau est souvent une question de goût, mais pour la Planète et votre porte-monnaie l’avantage de l’eau du robinet coule de source. Pour en avoir le coeur net, l’Envert du décor, le podcast environnement du service du HuffPost, a mené son enquête.L’eau en bouteille est au moins 100 fois plus chère que celle du robinet et son impact environnemental est 450 fois plus important, révèle une étude suisse parue en 2015. Sans parler de la pollution plastique générée par le million de bouteilles plastiques vendues chaque minute dans le monde, selon les chiffes d’Euromonitor International. ----Les sources utilisées pour cet épisode :Interview de Raphaël Guastavi, chef de service Ecoconception & Recyclage à l’Ademe, interrogé sur le recyclage du plastique et les microplastiques. Interview d’Agathe Euzen, directrice de recherche du CNRS, responsable cellule eau au CNRS, questionnée sur la qualité de l’eau du robinet. Pourquoi l’eau du robinet n’a pas le même goût que l’eau minérale? Cet article de The Conversation: https://theconversation.com/jules-vaut-il-mieux-boire-de-leau-en-bouteille-ou-de-leau-du-robinet-178186L’Analyse cycle de vie de l’eau du robinet VS l’eau en bouteille, cet écobilan commandé par la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE) La pollution du plastique, ces travaux de l’Ademe: https://librairie.ademe.fr/cadic/6402/guide-pratique-paradoxe-plastique-10-questions.pdf?modal=falseQualité de l’eau du robinet (nitrate, pesticides…): https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau#:~:text=Le%20plomb%20dans%20l’eau,Organisation%20mondiale%20de%20la%20sant%C3%A9.Pour savoir si l’eau du robinet est polluée dans votre région, carte sur le site du ministère de la Santé: https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau#Resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable-en-ligne-nbsp
6/10/2022

Ne croyez pas que le bio soit LA solution pour vous et la planète

Saison 1, Ép. 51
Un tiers des fruits produits en Europe seraient contaminés par des pesticides, selon une étude de l’ONG Pesticide Action Network Europe publiée le 24 mai dernier. Ce chiffre montre à quel point les résidus de pesticides contaminent nos fruits et légumes.Pour la santé de la planète, sur le papier, l’agriculture biologique est plus respectueuse de l’environnement, du bien être animal et de la biodiversité que la conventionnelle. Il est vrai que ce mode d’agriculture qui n’utilise pas de pesticides a de nombreuses vertus. Mais il y a un ver dans la pomme, même bio: le labour détruit la biodiversité tout comme les pesticides.Alors c’est quoi une agriculture “vraiment” durable? Est-ce que des cultures sans pesticide et sans labour pourront nourrir les presque 10 milliards d’êtres humains que nous serons en 2050? On vous explique tout dans ce nouvel épisode du podcast environnement du HuffPost, L’Enver(t) du décor. Les sources utilisées :Cette interview du nutritionniste Arnaud Cocaul sur les bénéfices du bio sur la santé pour Le Parisien https://www.bing.com/search?q=Arnaud+Cocaul+(Le+Parisien+%2C+manger+bio%2C+c’est+souvent+meilleur+pour+la+santé+…+mais+pas+toujours)&cvid=66f06d15011845bc858bcef3790b97e2&aqs=edge..69i57.660j0j1&pglt=43&FORM=ANNTA1&PC=ASTSCet article de l’Inrae pour imaginer une agriculture bio à grande échelle : L’azote : un élément clé pour le développement de l’agriculture biologique | INRAE INSTITCette étude qui réfléchit à comment nourrir 9.5 milliards d’humains en 2050: Une agriculture biologique pour nourrir l’Europe en 2050 | CNRSCette autre étude qui émet des pistes pour une alimentation plus durable: Strategies for feeding the world more sustainably with organic agriculture | Nature CommunicationsCette étude qui révèle que manger moins de viande, plus utile que le bio pour la planète : Improvement of diet sustainability with increased level of organic food in the diet: findings from the BioNutriNet cohort | The American Journal of Clinical Nutrition | Oxford Academic (oup.com)