Overlanders

Partager

Trepic

Saison 1, Ép. 14

Couple Franco-Australien en tour du monde avec Land Cruiser. Solène et Brett ont construit un véhicule sur mesure. Ils se sont posés un soir, et se sont dit : « imagine conduire autour du monde avec un véhicule qui aurait tous les éléments de ce qu’on aime dans notre maison ? Ils ont recherché la simplicité, le coté très pratique, minimiser les inconvénients du camping. Une canopie, pleins de tiroirs, un mixer, un toaster, un four a pizza, des rangements (même pour les bouteilles de vin, les couverts, les plans de travail…), douche a eau chaude, un moulin à café, une cafetière, tente de toit à ouverture automatique, vélos, kayak gonflable, tronçonneuse... le confort dans des conditions extrêmes. La tente de toit est un partenariat avec BackTrax (http://www.backtrax.com.au/), elle s’ouvre automatiquement, le lit, les draps et les couettes restent toujours prêts.

Brett et Solène tiennent un restaurant cosie sur Perth qui propose une liste de tapas, des petits plats aux saveurs internationales. Samson’s paddock (https://samsonspaddock.com.au/ ) a été créé en septembre 2014, Solène en a pris la charge en 2015. Ils y tiennent, ne l’auraient pas vendu pour partir. Ils ont donc utilisé les profits du restaurant pour financer le voyage.

Un soir Brett arrive à la maison avec le futur campeur, le Land Cruiser. 6 mois pour former les personnes qui géreront le restaurant en leur absence, la construction du campeur, et c’est le départ, le 13 juillet 2018. Le container partait de Brisbane, ils ont donc traversé l’Australie pour rejoindre la ville et l’envoyer jusqu’à Valparaiso au Chili. Le Land Cruiser ne se trouve que dans 3 pays au monde, ils ont donc emmené les pièces de rechange avec eux. Très solides, ils ont espéré ne pas avoir d’ennuis mécaniques.

Personne n’aurait parié sur leur couple, personne ne croyait qu’ils partiraient vraiment. Jusqu’au jour ou… ils sont réellement partis. Et revenus, en couple, fiancés.

“Nous n’étions pas réseaux sociaux. Nous avons fait des parrainages qui nous ont donnés des équipements pour lesquels nous devions faire des revues sur les réseaux sociaux. Ce qui nous a force a apprendre la photographie eNous nous attachons à faire de belles photos pour eux, cela nous a permis de nous professionnaliser, cela nous a bien servi. »

« Si on n’était pas partis en voyage on ne serait plus ensemble aujourd’hui. Nous sommes deux caractères très forts. S’adapter a pris du temps. Soit on est fort et on y arrive. On a eu des moments compliques. Maintenant on se comprend, on s’accepte. On est un couple soudé. Après cette expérience on peut tout traverser »

Plus d'épisodes

7/3/2020

6 à Vélo

Saison 1, Ép. 15
4 enfants et 2 parents ça fait 6 à Vélo.Pauline et Jacques, des aventuriers du vélo et leurs enfants Élise, Octave, Solène et Charlotte ont décidé de vivre l’aventure pleinement sur des vélos. Ils parcourent les routes d’Amérique (Nord et Sud) tout en suivant et supportant le cursus scolaire de chacun. Courageux et téméraires, ils ont descendu la Carreterra Australe au Chili sur des routes quelquefois très difficile. Mais ce n’est pas la difficulté physique qui les arrêteraient, pour eux, enfants comme adultes, ce n’est qu’un moyen de profiter de la vie.Un déclencheur a été l’AVC de Jacques, en se levant le matin… associé à une crise de la quarantaine. Une prise de conscience. Après un inventaire des rêves, ils prennent du recul. Après 10 ans passés chez Daher (https://www.fondaher.org/) et grâce aussi à leur soutien, il prend une année sabbatique. Jacques et Pauline reprennent la route. Comme avant. Comme quand, sans enfants, ils traversaient le Sahara en 4L. Comme quand ils parcouraient 17 pays en tandem (18 000 km quand même!!). Le projet s'appelait Rouletandem, celui de 2020 s’appelle 6 à vélo.Les enfants n’ont pas été surpris, «ils savaient que cela leur pendait plus ou moins au nez». En novembre 2018 Pauline et Jacques présentent le projet, en photo, en devinette… les enfants sont embarqués assez vite, et ont rapidement compris. Un projet en famille, pour de vrai.«Pas d’école pendant un an» s’est dit Charlotte.«Je savais pas si j’avais envie d’y aller ou pas, et puis je me suis fait à l’idée.Je l’ai dit à mes amies, elles ont été tristes (…/…) mais on peut se parler à travers les réseaux sociaux.» Elise.Octave s’est occupé de la chaîne YouTube, chacun avait un rôle, et les parents assuraient la réussite.Et une fois que les points Travail et École étaient gérés, il n’y avait qu’à réussir à embarquer des entreprises dans le projet. Ce qui a été fait avec https://www.rampal-latour.fr/ par example.«On a été pas mal conseillé par une famille qui est parti deux ans avant nous(…/…)L’expérience des autres, il n’y a rien de mieux»«L’effort physique est celui pour lequel nous nous sommes le moins préparés.» Quand on fait du vélo, ce n’est pas vraiment dur, c’est pas ça qui est dur» Octave6àVélo pour la fraternité: le projet avec le Secours Catholique. https://mondonadusens.secours-catholique.org/projects/6avelo-pour-la-fraternite-frTous les dons reçus vont à Caritas qu'ils ont pu visiter sur le terrain au Mexique." Nous les parents, Pauline et Jacques, avons eu envie de vivre cette aventure avec nos enfants, Élise, Octave, Solène et Charlotte en nous appuyant sur l’expérience de notre premier tour du monde en Tandem il y a 18 ans.​Au-delà de l’aventure en elle-même nous avons eu envie que ce projet soit aussi utile et que l’enthousiasme que nous sentons autour de nous en réaction à notre projet serve une cause plus grande que la nôtre.C’est donc tout naturellement que nous nous sommes rapprochés du Secours Catholique dont nous sommes compagnons de route pour bâtir ce partenariat: d’un côté nous lançons cette campagne de donsen faveur des projets menées par le SecoursCatholique et de l’autre nous irons à la rencontre des projets soutenus en Amérique du Sud par le Secours Catholique France. Nous aurons la chance de découvrir d’autres réalités et nous pourrons ainsi faire connaitre les actions du Secours Catholique sur ce continent.Nous avons voulu mobiliser d’abord nos entreprises qui ont accepté de soutenir le projet en participant à l’initialisation de la campagne de dons. Suite à une journée en communde découverte desactions du Secours Catholique en région Parisienne nos deux entreprises, RAMPAL LATOUR et DAHER via sa fondation FONDAHER ont signé une convention de dons pour une somme totale de 13000 euros.C’est suite à cet élan de générosité que nous invitons nos amis, les employés de nos entreprises et tous ceux que le projet inspire à participer à cette campagne pour le Secours Catholique. L’ensemble des dons sera à destination des projets du Secours Catholique en Amérique Latine."«Ce qui nous a surpris, c’est l’enthousiasme que cela a soulevé, les encouragements que nous avons reçu.»Pour aller plus loin:https://6avelo.blogspot.com/https://www.instagram.com/6avelo/La chaine Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCv8XAJ7IBDUKrG6m-rW5tlALe parcours: https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1EUSTZM8CJQOEvuktAPNY3EfPqndM9sMu&ll=0%2C0&z=2
6/19/2020

Sourires autour du Monde

Saison 1, Ép. 13
Á la rencontre des sourires et des peuples tout en parlant du handicap. Marie et Corentin sillonnent le monde en Fiat Ducato (80 000 km á travers l’Europe, l’Asie et les Amériques) pour partager sur le syndrome d’Usher, partager l’aventure au quotidien avec des écoles primaires et capturer des sourires du monde entier.Marie est de Bourgogne, Corentin franco-canadien. Ils voyagent avec Sam, leur van Fiat Ducato. Une aventure préparée pendant un an. Ils voyagent maintenant depuis juin 2018.Marie et Corentin se sont rencontrés à Québec. Marie travaillait dans un supermarché, Corentin était déjà bien installé en tant que développeur web. Avant d’être en couple, lors de la première rencontre ils discutaient déjà de voyages: une même vision, les même rêves. Cela raisonnait de la même façon chez Marie et Corentin.Tous les deux ont beaucoup baroudé. Ils ont des idées de vie qui ne correspond pas au métro-boulot-dodo dans lequel ils ont beaucoup vécu, ils décident alors de profiter de la vie en voyageant.«Ras le bol du travail (…) envie d’aller voir ailleurs (…) d’explorer (…) envie de profiter, arrêter de travailler pour dépenseret quitter cette impression d’avoir des boulets attachés aux jambes.»Marie a le syndrome de Usher. C’est aussi un déclencheur et une raison pour ne pas attendre.♿️ Fighting handicaps: Marie avait aussi envie de partager son handicap, en parler de manière naturel, sans dramatiser, sans mélodrame, un message simple qu’il est possible de contourner les difficultés et d’aller au-delà de ce qui peut paraitre figé: «vous pouvez trouver votre manière de faire et arriver à vos buts, à réaliser vos rêves.»Le syndrome de Usher (SU) associe une surdité neurosensorielle généralement congénitale et une rétinite pigmentaire entraînant la perte progressive de la vision. Source: https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?lng=FR&Expert=886Ils veulent tous les deux partager, «apporter une pierre à l’édifice», «amener du plaisir à d’autres personnes». Alors ils photographient des sourires autour du monde, répertorient ces sourires, cet élément commun à tous les êtres du monde. Avec un polaroid, ils prennent une photo et leur laisse.Ils ont commencé à travailler avec les écoles de leur enfance: École de Barraux et École Ste -Marie. Ils leur écrivent depuis chaque pays, envoient des documents, des faits, des lettres par voie postale et correspondent aussi par vidéo. L’école de Louis Braille fait aussi parti du projet. Ils ont alors fait des conférences dans ces écoles pour présenter leur vie de nomades, permettre aux enfants de visiter le camion, leur parler de l’aventure et des possibles. Au total 20 classes font parties du projet.Liste des pays traversés à ce jour : 🇫🇷🇧🇪🇳🇱🇩🇪🇩🇰🇸🇪🇳🇴🇫🇮🇪🇪🇱🇻🇱🇹🇵🇱🇸🇰🇭🇺🇷🇸🇲🇰🇬🇷🇹🇷🇮🇷🇦🇪🇴🇲🇵🇭🇰🇷🇯🇵🇨🇦Pour aller plus loin:www.souriresautourdumonde.comhttp://www.facebook.com/SouriresAutourDuMondehttp://www.instagram.com/souriresautourdumondehttps://www.facebook.com/groups/voyageravecsonvehicule/
6/12/2020

Road of S’miles

Saison 1, Ép. 12
Voyage européen en mode de vie minimaliste. Léa et Thomas vous parlent de leur aventure extraordinaire appelée Road of S’miles.Tom & Lélé, alias #lespoxins sont originaires de Caen et de banlieue parisienne. Ils ont choisi un Fiat Ducato pour un voyage européen d’une durée prévue de 3 ans.Pour cet épisode Thomas et Léa nous parlent depuis la Normandie.Road of S’miles est une idée de Léa qui depuis petite fait du caravaning avec sa famille. Lors de leur rencontre, après s’être découverts, ils ont décidé sur un coup de tête de concevoir un van pour sillonner les routes d’Europe.Tous les deux créatifs et complémentaires, leurs métiers en commun ont permis de tester et créer Road of S’miles. Le papa de Léa les a grandement inspiré… il est menuisier et crée des espaces réduits depuis des dizaines d’années. Son entreprise a fait faillite. Léa et Thomas ont soudainement réalisé que la vie est courte... ils ont décidé de travailler avec lui, ce qui lui a redonné le sourire, leur premier sourire… de Road of S’miles. Leur camion est maintenant homologué. Chauffage, douche, toilettes, cuisine… ils expliquent comment ils arrivent a économiser l’eau grâce à un kit de la start-up française https://oopla.fr/produit-ecologique/kit-economie-eau-robinets-douche/ … et https://www.webasto-comfort.com/fr-fr/chauffage/vehicules-de-loisirs/pour le chauffage et l’eau chaude. Il ne manquait plus qu'un filtre à eau https://www.berkeywaterfilterseurope.fr/assistance-berkey/guides/filtre-a-eau-ou-epurateur-deauqui leur permet de boire toute les eaux. Bien équipé non?La vie est plus minimaliste, sachant que dans un camion il est possible de mettre beaucoup de choses… "on va consommer moins, faire des achats quotidiens plutôt que pour des plaisirs furtifs."Les rencontres sont éphémères mais faciles, “on est plus heureux maintenant». "Les aurevoirs sont parfois douloureux, se terminent quelquefois avec des larmes, que de belles rencontres pendant le voyage."Par exemple Margot et Julien, https://www.instagram.com/hellotravelers_/, les Coflocs https://www.instagram.com/lescoflocs/ et Ludivine de https://www.instagram.com/un_electron_libre/."Le sourire est ce qui permet nos rencontres. Le voyage porte ce nom aussi. On n’a rien d’exceptionnel hormis notre sourire.... Nous nous sommes rencontrés sur Tinder, nous avions la même petite phrase sur le sourire, du coup ça a tout de suite matché. Quand on fait des rencontres, le langage universel reste le sourire, quel que soit les langues.""Le voyage était une étape supplémentaire de notre couple. Quand nos copains aspirent à construire une maison, se marier, faire des enfants, nous on a choisi de vivre dans 6 mètres carrés. Vivre en van oblige bien sur à mettre de l’eau dans notre vin quand il le faut....quelques mois pour se roder, pour prendre quelques habitudes, se caler…aujourd’hui nous sommes plus fort que jamais ensemble."Les toilettes dans un van… et bien ce n’est pas un problème! "un indispensable surtout… pas toujours évident en ville, ou en pleine nature quand on tombe sur ces coins très pollués par les excréments des autres." Le choix de toilettes chimiques est un vrai choix stratégique qui ne dérange pas le couple. Aucune odeur dans le camion, une vidange obligatoire régulière, c’est un vrai plus pour le voyage.Écouter Tom et Léa, ils vous racontent tout sur leur vie en voyage.Pour en savoir plus:https://www.instagram.com/roadofsmiles/https://roadofsmiles.fr/https://linktr.ee/roadofsmiles