Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

Partager

Bertille & Laurette: Belle-mère, maman de coeur

Saison 2, Ép. 25

Et si on parlait du rôle de belle-mère, ce rôle qui a une telle mauvaise presse, ce rôle qui est systématiquement représenté par des personnages détestés des enfants dans les dessins animes, Disney notamment. Il a pour synonyme le mot marâtre très largement employé pour désigner la 2eme épouse, celle qui arrive après le départ de la 1ere, et qui déteste et maltraite les enfants issus du 1er mariage.


C’est aussi un terme qui définit 2 liens de parenté différents. La belle-mère est la nouvelle femme issue de secondes noces, mais aussi la mère du conjoint. Dans tous les cas, son aura est plutôt mauvaise. Cela fait un moment que je me dis qu’il faudrait employer un mot différent, un mot moins connoté pour ce coparent qui arrive et prend la suite de l’ancien époux/se.


Bertille est l’antithèse de cette définition est pourtant, pourtant elle partait de loin. Elle ne voulait pas d’enfant c’était clair, net et définitif. Elle ne portait aucun intérêt à la parentalité. Et puis elle a rencontré Laurette, qui avait construit une vie de famille avant elle, qui l’a bousculé dans ses certitudes, qui lui a fait découvrir ce qu’était la vie de famille avec des enfants.


Aujourd’hui Bertille partage avec Jules et Lilly sa vie, ses valeurs et sa passion. Bertille est créatrice de lingerie, vous l’aurez peut être reconnu, elle est la créatrice de la marque inclusive et engagée Bertille Isabeau. Elle le dit, ses pièces portent le nom de femmes importantes, et spoiler, une des pièces de sa future collection s’appellera Lilly. Alors si ce n’est pas une déclaration, ça y ressemble fortement.


Et je ne peux pas ne pas vous citer ce poste Instagram très révélateur de cette embarcation dans le tourbillon de l’amour filiale. Elle y dit: « Je vis avec un ourson, enfin avec 2 oursons pour être juste. Ce sont mes beaux-enfants. Ils me sont essentiels. Nous sommes une famille queer, recomposée et nous sommes si heureux. Love U »


Alors si vous avez encore des doutes sur ce que vous pourriez ressentir pour vos beaux-enfants, prenez le temps d’écouter cet épisode, vous allez prendre un shoot d’amour et de confiance.


Bienvenue dans la vie d’une famille recomposée.


---------------------------------------------------------------------


Musique de cet épisode:

Josh Woodward I'll be right behind you Joséphine


---------------------------------------------------------------------


Compte instagram de Bertille: @bertilleisabeau


Plus d'épisodes

5/7/2021

Hélène & Garance: maman solo entourée de son village

Saison 2, Ép. 32
Qui a dit qu’il fallait attendre le prince ou la princesse charmant (e) pour avoir des enfants. L’adage ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants est tellement loin de l’évolution de notre société. Les compositions familiales de nos générations sont multiples et variées. On s’affranchît des règles dans lesquelles nous avons été éduqués et qui ont prouvé leur défaillance pour vivre avec plus de liberté. Nous déconstruisons des idées reçus quotidiennement et vivons passionnément au sein de nos familles colorées. Helene a, elle aussi, du déconstruire, pour atteindre son rêve. Et d’ailleurs, elle continue à déconstruire, autour d’elle et en elle. Elle le dit très bien, un jour elle a compris. Elle a compris qu’elle n’avait pas besoin de la rencontre parfaite pour concevoir un bébé mais qu’elle pouvait devenir maman et ensuite rencontrer son âme sœur. Elle a compris surtout qu’il ne fallait pas qu’un couple pour élever un enfant, mais plusieurs personnes qui comptent. Alors quand elle a intégré tout ça, c’est avec tout son village qu’elle a construit son projet et qu’elle a donné naissance à sa petite Garance.Helene s’est rendue au Danemark, pays choisi et convoité, qui permet l’accès à la PMA aux femmes seules. Son parcours est un parcours que nous connaissons toutes, fait de montagnes russes émotionnelles, et la encore, c’est son village qui l’a accompagné pour les surmonter. Je vois laisse découvrir cette histoire tendre et émouvante d’une maman qui a choisi de ne pas attendre de rencontrer son compagnon de vie pour rencontrer son bébé. Je vous souhaite une bonne écoute.
4/30/2021

Marc & Jérôme: L'adoption pour tous.tes

Saison 2, Ép. 31
L’adoption d’enfants pupilles d’état s’est ouverte à nous, familles homoparentales, avec l’ouverture du mariage à toustes. C’est une option de parcours dans nos accès à la parentalité, option que nous écartons souvent, découragés d’avance par l’immobilisme bureaucratique. Et pourtant, pourtant certaines de nos familles voient leurs efforts et leur patience couronnés de succès. Marc me la fait remarquer. Il m’a fait remarquer qu’il trouvait dommageable que je n’aborde pas plus souvent cette possibilité et surtout que nous en ayons tous une perception erronée, parce que lui et son mari n’avaient pas eu ce ressenti là durant leur parcours. Marc et Jérôme font partis des tous premiers couples homosexuels à être apparentés à un petit garçon. Ils sont aujourd’hui les heureux parents d' Arthur. Alors Marc a voulu faire passer un message d’espoir, un message positif. Oui c’est un parcours long qui demande de la patience et de la pugnacité, mais il n’y a pas de distinction entre les couples, leur sexualité n’est pas une condition à l’apparentement d’un enfant. Et surtout, à la clé, il y a l’accès à la parentalité, sous une autre forme que la GPA ou la coparentalité, qui sont les seules autres options « ouvertes » aux couples d’hommes. Oui j’ai mis ouvertes entre guillemet, parce que si on y réfléchit, la GPA n’est pas ouverte, elle est tolérée et maintenant relativement sécurisée et la coparentalité n’est toujours pas sécurisée pour les 2 papas de la famille. Même nous qui nous battons pour l’accès à la PMA devont nous rappeler de la difficulté, tout autre, que rencontre les familles de papas. Marc m’a livré un témoignage émouvant et porteur d’espoir, il m’a partagé, sans tabou, les émotions qu’ils ont traversé, les doutes et le cheminement qu’ils ont fait faire à leur entourage. Ils ont fait tomber des idées reçues et ont surtout toujours gardé espoir, même dans les périodes d’attente qui sont si difficiles. Je vous laisse découvrir l’histoire de Marc et Jérôme