Partager

Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

Le podcast qui donne la paroles aux familles "extra-ordinaires": homoparentales, monoparentales et adoptantes

Familles homoparentales, monoparentales par choix ou de fait, adoptantes, elles vous racontent leur parcours et leur quotidien à ce micro. Les enfants vont bien est le premier podcast qui donne la parole aux fam
Dernier Épisode6/18/2021

Sarah & Amélie: Trouver sa place après l'arrivée d'un enfant

Saison 2, Ép. 37
Il est indéniable que l’arrivée d’un enfant chamboule une vie. Pour certains c’est le premier qui fait tanguer le couple pour d’autres c’est le deuxieme ou l’un des suivants. Quelque soit notre configuration familiale, il y a un moment où l’on doit retrouver sa place, construire différemment, le duo devient un trio ou un quatuor. Je crois qu’il faut en parler parce que, particulièrement quand nous passons par un parcours d’accès à la parentalité comme les nôtres, nous nous interdisons bien souvent de réfléchir à l’éventualité de ne pas arriver à faire cette bascule de 2 à 3 ou de 3 à 4, ou à la possibilité que nous puissions rencontrer des difficultés une fois parents.Quand Amélie et Sarah ont pris la décision de se lancer dans la parentalité, elles on fait le choix d’une insémination artisanale et vous savez maintenant, que Oui, ce n’est pas une légende, bien des enfants voient le jour grâce à cette méthode qui n’est pas toujours un parcours du combattant. Rapidement elles ont vu naître leur petite Rahel tant attendue. Mais son arrivée ne s’est pas déroulée comme prévue, pas comme ce qu’on raconte dans les livres. Entre un accouchement difficile qui a laissé des marques indélébiles à Sarah et cette fusion que l’on rencontre souvent à la naissance entre la maman qui a accouché et son enfant, Sarah a eu du mal à trouvé sa place. La plus grosse difficulté qu’elle a rencontré réside dans le fait qu’elle n’a jamais pu en parler à un modèle référent. Et pour cause, entourée uniquement de papas, qui avaient donc cette même position qu’elle, celle du parent qui n’a pas porté, elle ne s’est jamais retrouvée dans leurs ressentis. Si pour Sarah, toute cette aventure n’a jamais fait ciller son couple, il est indéniable qu’elles ont du se transformer pour s’adapter à ce nouveau statut de famille de 3. Aujourd’hui tout est apaisé, pour elles 3, et je sais que cela va rassurer certain.es d’entre vous, car c’est une question qui revient régulièrement dans vos messages: vais-je arriver à trouver ma place une fois parent? Je vous rassure, la question se pose pour tous les couples, quelque soit notre sexualité et il n’y a pas de réponse ni de guide universel. En revanche, le fait d’avoir conscience de cette difficulté nous arme pour réussir. Je vous souhaite une bonne écoute.
6/18/2021

Sarah & Amélie: Trouver sa place après l'arrivée d'un enfant

Saison 2, Ép. 37
Il est indéniable que l’arrivée d’un enfant chamboule une vie. Pour certains c’est le premier qui fait tanguer le couple pour d’autres c’est le deuxieme ou l’un des suivants. Quelque soit notre configuration familiale, il y a un moment où l’on doit retrouver sa place, construire différemment, le duo devient un trio ou un quatuor. Je crois qu’il faut en parler parce que, particulièrement quand nous passons par un parcours d’accès à la parentalité comme les nôtres, nous nous interdisons bien souvent de réfléchir à l’éventualité de ne pas arriver à faire cette bascule de 2 à 3 ou de 3 à 4, ou à la possibilité que nous puissions rencontrer des difficultés une fois parents.Quand Amélie et Sarah ont pris la décision de se lancer dans la parentalité, elles on fait le choix d’une insémination artisanale et vous savez maintenant, que Oui, ce n’est pas une légende, bien des enfants voient le jour grâce à cette méthode qui n’est pas toujours un parcours du combattant. Rapidement elles ont vu naître leur petite Rahel tant attendue. Mais son arrivée ne s’est pas déroulée comme prévue, pas comme ce qu’on raconte dans les livres. Entre un accouchement difficile qui a laissé des marques indélébiles à Sarah et cette fusion que l’on rencontre souvent à la naissance entre la maman qui a accouché et son enfant, Sarah a eu du mal à trouvé sa place. La plus grosse difficulté qu’elle a rencontré réside dans le fait qu’elle n’a jamais pu en parler à un modèle référent. Et pour cause, entourée uniquement de papas, qui avaient donc cette même position qu’elle, celle du parent qui n’a pas porté, elle ne s’est jamais retrouvée dans leurs ressentis. Si pour Sarah, toute cette aventure n’a jamais fait ciller son couple, il est indéniable qu’elles ont du se transformer pour s’adapter à ce nouveau statut de famille de 3. Aujourd’hui tout est apaisé, pour elles 3, et je sais que cela va rassurer certain.es d’entre vous, car c’est une question qui revient régulièrement dans vos messages: vais-je arriver à trouver ma place une fois parent? Je vous rassure, la question se pose pour tous les couples, quelque soit notre sexualité et il n’y a pas de réponse ni de guide universel. En revanche, le fait d’avoir conscience de cette difficulté nous arme pour réussir. Je vous souhaite une bonne écoute.
6/11/2021

Eléonore & Pavana: accompagner la transidentité chez une petite fille

Saison 2, Ép. 36
Est-ce que vous vous êtes déjà interrogé sur votre réaction si un jour un de vos enfants vous annonçait qu’il souhaitait changer de genre, celui assigné à sa naissance?Évidemment vous imaginez cette discussion avec un enfant adulte ou un ado. Est-ce que vous imaginez quelle serait votre capacité à entendre et accompagner cette annonce si elle émanait d’un enfant dans ce que l’on peut encore qualifier de petite enfance? C’est ce que Pavana et Adrien ont réussi à détecter et à percevoir dans le mal-être de leur enfant, assigné garçon à la naissance. Eléonore a su mettre des mots et exprimer ses besoins, elle a notamment su expliquer qu’elle avait une coeur de fille et un coeur de garçon, et que son coeur de petit garçon allait devoir s’envoler. Quelle maturité elle a du haut de ses 6 ans! Quelle chance elle a eu aussi, de voir le jour dans une famille qui avait la capacité d’accueillir ce questionnement sur l’identité d’un de ses enfants! Je le dis plusieurs fois dans l’épisode, je trouve Pavana et Adrien admirables dans la prise en charge et l’écoute qu’ils ont eu de leur petite fille. Ils ont su détecter le mal être, l’accompagner et guider Eléonore dans sa volonté de devenir une petite fille, en grandissant autour par la même occasion. Je tiens à vous préciser que j’ai parfois pu être maladroite dans l’enregistrement en n’employant pas les bons mots et je tiens à m’en excuser, il s’agit surtout de méconnaissance et en aucun cas d’une volonté de nuire. Je vous laisse découvrir l’histoire de Eléonore, racontée par sa maman Pavana à mon micro ✨Je vous souhaite une bonne écoute.
6/4/2021

Yoann & Jérémy: Mes papas, la princesse et la fée

Saison 2, Ép. 35
Il n’y a pas un schéma plus courant qu’un autre dans nos familles, et je crois pouvoir dire que chaque famille est unique aussi bien dans sa composition que dans son accès à la parentalité. On pourrait qualifier nos parentalités d’alternatives. J’ai coutume de dire qu’il n’y a pas un parcours type ou idéal mais un parcours pour chaque famille. Alors comme trouver un album jeunesse qui soit semblable à notre vie a nous? Déjà il est difficile pour nous adulte de s’identifier à un héros qui ne nous ressemble pas physiquement, alors si en plus il mène une vie totalement différente de la nôtre, c’est de l’ordre de l’impossible. Vous imaginez pour un enfant? Se construire avec des schémas qui ne sont pas ceux de son quotidien, et se les voir représenter à outrance, dans chaque livre, chaque film, chaque jeu qu’on lui propose? Il y a de quoi se sentir en décalage. Une solution simple s’est imposée à Yoann pour raconter à ses enfants leur conception. Il devait l’écrire puisqu’il ne trouvait pas un album qui corresponde à leur parcours. En 1 an de temps, son livre pour enfant: mes papas, la princesse et la fée a vu le jour. En 1 an de temps durant lequel il a aussi fait grandir ses tous petits bébés, Kiara et Louis qu’ils ont eu avec Jeremy par le biais d’une GPA en Californie.Évidement, je n’ai pas résisté à lui demander de me raconter leur parcours. Et je peux vous dire qu’il est chouette ce parcours, et assez exceptionnel, parce qu’avoir des jumeaux par le biais d’une GPA c’est un peu comme gagner un double ticket d’accès au bonheur. Je vous laisse découvrir l’histoire de Yoann et Jeremy, la princesse, la fée, Kiara et Louis ----------------------------------Compte instagram de Yoann: @mespapasSite internet: www.mespapas.com----------------------------------Musique de cet épisode:Josh Woodward I'll be right behind you JoséphineJe vous souhaite une bonne écoute.
5/28/2021

Stella: J'ai 9 ans et je vis dans une famille avec 2 Mamans

Quand Marion et Elisabeth sont venues vers moi pour m’informer que Stella leur avait dit, après avoir écouté l’épisode enregistré avec Juliette (pour mémoire l’épisode 1 de la saison2) qu’elle aussi voulait raconter la normalité de sa famille, je dois vous avouer que j’étais aux anges, et plutôt assez fière d’avoir réussi mon pari! Ce pari que j’ai fait il y a plus d’un an, de normaliser nos familles aux yeux de la société en donnant la parole à nos enfants. Je le répète, ce sont nos meilleurs ambassadeurs, les premiers témoins de nos vies, ce sont eux qui font changer l’opinion et qui font bouger les lignes. Bien souvent nous avons constaté que le sourire et la joie de vivre de nos 4 têtes blondes ont bousculé les esprits étroits et notre plus belle victoire est d’avoir vu revenir une dame âgée sur ses pas après avoir demandé qui était la maman de cette magnifique petite fille qu’était Juliette. Elle est revenue après être partie plutôt choquée de la réponse, pour affirmer à Juliette qu’elle avait bien de la chance d’avoir 2 mamans. Il a fallu 1 minute à Juliette pour convaincre. Vous imaginez le pouvoir de nos enfants? Stella fait partie de cette armée qui milite en notre faveur, elle a 9 ans, 2 mamans et est très bien dans ses baskets, même si, comme elle le dit, elle en a marre d’expliquer qu’elle a 2 mamans. C’est sa normalité, elle ne devrait pas avoir à la justifier. Et pourtant elle continue avec ses mamans à éduquer! Elles offrent et prêtent des outils pédagogiques aux Maîtresses pour, petit à petit, inclure toutes les diversités dans la pédagogie enseignée dans la classe de Stella et elles ont foi dans les avancées que permettront leurs démarches. Je crois qu’un vrai mouvement est en marche et que nous ouvrons une bien belle voie à nos enfants et à leurs enfants. Je vous laisse découvrir le témoignage de Stella et de ses mamans.Je vous souhaite une bonne écoute ----------------------------------Musique de cet épisode:Josh Woodward I'll be right behind you Joséphine
5/21/2021

Mots d'enfants qui ont 2 mamans: Juliette, Apolline, Camille & Emma

Saison 2, Ép. 33
Le moins que l’on puisse dire c’est que cette semaine a été riche en événement. La journée internationale de la famille directement suivie de la journée internationale de lutte contre les LGBTQIA+ phobies, m’ont fait, une fois n’est pas coutume, un peu plus exposer ma famille. Pour nous c’est avant tout un acte militant que de montrer que nos enfants vont bien, qu’elles sont épanouies et à l’aise avec ce que nous sommes, avec leur réalité. Ces enfants, comme vous tous et toutes, nous les avons désirés ardemment, nous avons renoncé à certaines valeurs pour pouvoir les avoir et notamment à nos valeurs citoyennes, quelque part. Nous avons été au delà de cette loi qui n’avance pas. Nous qui sommes toujours très respectueuses de lois, et civiques, avons du nous affranchir de l’aval de notre pays pour voir notre famille exister. Nous n’avons aucun regret et le referions 1000 fois s’il le fallait, pour autant, ce serait tellement égalitaire de nous accorder cet accès à la PMA pour toutes ainsi qu’a la GPA pour tous. Ces enfants, élevés dans l’amour et la fierté de nos familles, sont la source de certaines inquiétudes dans toutes nos familles. Car si nous, nous n’avons aucun doute sur leur bien-être et nos capacités à les élever dans la bienveillance et les valeurs que nous souhaitons leur partager, il n’en est pas de même pour la société qui projette ses peurs et ses interrogations directement sur eux ou sur nous, immisçant ainsi le doute dans nos têtes de parents. Alors les plus à même de nous répondre ne sont-ils pas les principaux concernés? Vous le savez, je n’ai pas eu beaucoup de témoignages d’enfants sur le podcast et ça se comprend, mais je n’ai rien lâché et je vais commencer à pouvoir vous en proposer. Et une chose est sure, je peux vous assurer que nos enfants vont bien! Cette semaine aussi, Apolline, Camille et Emma vont avoir 6 ans. C’est un âge a partir duquel, je trouve, les enfants arrivent mieux à exprimer leurs idées et à mettre des mots sur leurs émotions. J’ai souhaité vous partager un peu plus de notre intimité pour vous rassurer et pour ouvrir la voie. Nous avons enregistré un épisode à 6 pour clôturer cette belle semaine de visibilité et de fête. Vous l’entendrez ce n’est pas simple de canaliser 4 enfants sur une période de temps aussi longue que 15 minutes, le son est teinté de leurs mouvements sur la couverture, qui, je le pensais, devait absorber les bruits. Je vous remercie de votre compréhension quant à ce point. Je vous souhaite une bonne écoute. ----------------------------------Musique de cet épisode:Josh Woodward I'll be right behind you Joséphine
5/14/2021

Clémence et Anaïs: Plan parallèle, L'adoption // Rediffusion //

Saison 2, Ép. 33
J'adore cette citation: « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait » Mark TwainJe parle systématiquement d’adoption dans les épisodes, d’adoption par le conjoint. Par contre c’est la première fois que je vais aborder l’apparentement d’un enfant à un couple femmes. La première fois pour la simple et bonne raison que c’est encore une forme d’accès à la parentalité qui reste marginale dans nos familles.Clémence et Anais se sont rencontrées il y a 8 ans, elles se sont lancées dans leur projet 1 an et demi après leur rencontre. Aujourd’hui elles sont les heureuses mamans de Gustave. Alors je vous spoile un peu la fin, mais il est à noter que pour le moment, mes interviews ne ressencent que des familles avec enfants.Gustave est l’un des premiers enfants confiés à un couple de femmes, à un couple homosexuel. En parallèle de leur parcours de PMA, Clemence et Anais ont mené un parcours d’adoption. Elles auront vécu 6 ans, de tentatives, d’échecs, d’errance médicale, de doutes, de renoncements, d’annonces de grossesse de leur entourage, pour qu’alors qu’elles tiraient définitivement un trait sur leur désir de maternité et qu’elles envisageaient de devoir conjuguer leur futur à 2, l’univers leur envoie le plus beau des signes.La vie avait un plan pour elles!Elles ont déplacé des montagnes, fait bougé les lignes, n’ont jamais failli et surtout n’ont jamais cessé d’avancer alors même que l’administration leur disait que c’était impossible. Aujourd’hui elles vivent cette merveilleuse aventure qu’est la maternité depuis près d’1 an que leur petit Gustave leur a été confié.Je vous laisse découvrir ce témoignage poignant, vivre avec moi ces montagnes russes émotionnelles qui m’ont submergé quand j’ai moi même découvert leur parcours au micro d’Elise de @prenonsuncafe.Je vous souhaite une bonne écoute----------------------------------Musique de cet épisode:Josh Woodward I'll be right behind you Joséphine
5/7/2021

Hélène & Garance: maman solo entourée de son village

Saison 2, Ép. 32
Qui a dit qu’il fallait attendre le prince ou la princesse charmant (e) pour avoir des enfants. L’adage ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants est tellement loin de l’évolution de notre société. Les compositions familiales de nos générations sont multiples et variées. On s’affranchît des règles dans lesquelles nous avons été éduqués et qui ont prouvé leur défaillance pour vivre avec plus de liberté. Nous déconstruisons des idées reçus quotidiennement et vivons passionnément au sein de nos familles colorées. Helene a, elle aussi, du déconstruire, pour atteindre son rêve. Et d’ailleurs, elle continue à déconstruire, autour d’elle et en elle. Elle le dit très bien, un jour elle a compris. Elle a compris qu’elle n’avait pas besoin de la rencontre parfaite pour concevoir un bébé mais qu’elle pouvait devenir maman et ensuite rencontrer son âme sœur. Elle a compris surtout qu’il ne fallait pas qu’un couple pour élever un enfant, mais plusieurs personnes qui comptent. Alors quand elle a intégré tout ça, c’est avec tout son village qu’elle a construit son projet et qu’elle a donné naissance à sa petite Garance.Helene s’est rendue au Danemark, pays choisi et convoité, qui permet l’accès à la PMA aux femmes seules. Son parcours est un parcours que nous connaissons toutes, fait de montagnes russes émotionnelles, et la encore, c’est son village qui l’a accompagné pour les surmonter. Je vois laisse découvrir cette histoire tendre et émouvante d’une maman qui a choisi de ne pas attendre de rencontrer son compagnon de vie pour rencontrer son bébé. Je vous souhaite une bonne écoute. ----------------------------------Musique de cet épisode:Josh Woodward I'll be right behind you Joséphine