Les Voix de la Photo

Partager

#53 Emmanuelle Fructus (Un livre - une image)

Saison 1, Ép. 53

Nous commençons l’année 2022 en beauté avec la galeriste, marchande, collectionneuse et artiste Emmanuelle Fructus. Dans cet épisode, Emmanuelle nous a parlé avec gourmandise du plaisir de consulter et collectionner des photographies de famille (elle possède un fonds d’environ 30 – 50 0000 photos). Chaque artiste et marchand a une lecture très différente de la photographie vernaculaire et les photos qui l'intéressent sont les images banales, celles qui restent au fond des caisses, les images pauvres et non pas les curiosités. Emmanuelle Fructus nous présente un panorama du marché de la photographie anonyme depuis ses débuts il y a une trentaine d’année jusqu’à les évolutions des ventes dématérialisées sur des plateformes ou sur Instagram. Nous avons aussi abordé la mise en avant de la photographie anonyme dans les institutions et le marché de l’art lié à un intérêt grandissant vers l’art brut. Pour former notre œil aux images elle nous conseille de voir mais surtout d’acheter des photos. Et commencer une collection de photographie est accessible, en effet vous pouvez trouver des images entre 1 euros et 100 euros chez des marchands et dans sa boutique à Paris ! Bonne écoute


1’50 - Sa formation, son entourage familial et l’origine de sa passion pour la photographie

6’10 – Première carrière d’iconographe à l’Agence Vu’, Agence Getty puis Agence Métis

9’50 – Pourquoi elle a créé Un livre – une image

14’ – L’histoire du marché de la photographie anonyme

17- Où acheter de la photographie anonyme en ligne

19’30 – Constat d’une ambiance très masculine et violente dans l’acquisition des images

22’ - « Dans le milieu de la photographie anonyme on passe autant de temps à vendre une image qui coûte une dizaine d’euros que des images à des milliers d’images »

24’- Les marchands et les collectionneurs sont aux premières loges pour identifier des pratiques avant les historiens

37’ – Intérêt pour la photographie anonyme : intérêt grandissant vers l’art brut qui a régénéré l’art contemporain

42’ – Obsédée par l’image stéréotypée de la photo de famille, les images banales qui restent au fond des caisses


Le LinkedIn d'Emmanuelle Fructus : https://www.linkedin.com/in/emmanuelle-fructus-71609585/

Le site de la galerie Un livre une image : https://unlivre-uneimage.com/about

L'Instagram d'Emmanuelle Fructus : https://www.instagram.com/emmanuellefructus/

L'Instagram d'Un livre une image : https://www.instagram.com/unlivre_uneimage/


Pour participer à l'évolution du podcast, merci de remplir ce formulaire pour que j'apprenne à mieux vous connaître pour vous apporter du contenu véritablement utile en répondant à vos questionnements du quotidien : https://forms.gle/2BmW7LW84HnChSEr7

Vos retours sont très importants pour améliorer ce podcast donc n'hésitez pas à m'envoyer vos questions, remarques et suggestions sur les réseaux sociaux ou par email @lesvoixdelaphoto ou lesvoixdelaphoto@gmail.com

Plus d'épisodes

5/4/2022

#61 Jeff Ropars et Franck Nemni (Vincennes Images Festival)

Saison 1, Ép. 61
Jeff Ropars et Franck Nemni, respectivement fondateur et président du Vincennes Images Festival prennent la parole dans cet épisode pour nous parler de leurs passions pour la photographie et du VIF. Le festival de la photo amateur qui a lieu tous les deux ans aura lieu du 18 au 22 mai 2022 à Vincennes (expos, conférences, grand prix, fêtes, workshop) est une initiative portée par les bénévoles du club photo Vincennes Images. Dans cet échange nous abordons les difficultés et les joies d’organiser un festival de photo amateur, mais aussi des projets des prochaines éditions et de l’importance de l’engagement des bénévoles pour réaliser un festival de plus en plus ambitieux année après année. Bonne écoute!1’20 – Le parcours de Franck Nemni et le Vincennes Images Festival2’55 – Comment on organise un festival comme le Vincennes Images Festival5’ – Le parcours de Jeff Ropars et le Vincennes Images Festival8’ – Le Vincennes Images. Un des plus grands clubs photo de France avec plus de 250 membres9’50 – Le festival est une initiative des membres du club14’30 – La première édition en 2015. Depuis le début une mise en relation entre amateurs et professionnels (fêtes, conférences, stands expo vente, grand concours,…)21’14 – Les évolutions dans le milieu de la photographie :- Passage du numérique au smartphone mais aussi volonté de revenir à des techniques ancienne- Malgré la consommation importante de photographies, c’est de plus en plus difficile pour les photographes de vivre de leurs métiers32’50 – Leurs conseils pour des photographes qui veulent postuler au festival37’15 – Le VIF est un endroit de networking : exemple de carrière qui ont décollés après le VIF : Pauline Petit en 2019, mais aussi des photographes plus reconnus qui étaient peu exposé avant le VIF Nikos Aliagas, …39’ – La prochaine édition : 18 au 22 mai prochain et les expositions seront visibles jusqu’au 13 juin 202248’ – Comment devenir bénévole ? -> contact@vif-photo.com Instagram du VIF : https://www.instagram.com/vif_photo/Site du VIF : https://www.vif-photo.com/Pour suivre l'actualité du podcast vous pouvez vous inscrire à la newsletter ici : https://beacons.ai/lesvoixdelaphoto etretrouvez le podcast sur Instagram, Facebook et LinkedIn @lesvoixdelaphoto
4/20/2022

#60 Fiammetta Horvat (Frank Horvat Studio)

Saison 1, Ép. 60
Fiammetta Horvat, légataire du photographe Frank Horvat revient sur les difficultés et questionnements que pose la gestion d’un fond de photographies tels que les tirages vintages et posthumes mais aussi les NFT. Elle revient sur les différents financements d’une structure comme la sienne pour permettre la conservation et diffusion d’un fond de photographies et la mise en lumière de la collection de photographies de son père mais aussi la création d’un lieu ouvert aux collaborations avec d’autres structures. Bonne écoute !02’00 – Son enfance au côté de son père photographe de mode, Frank Horvat dans les années 8005’40 – Une carrière à Londres pendant 25 ans dans le théâtre13’50 – Une collaboration avec son père pendant les 3 dernières années de sa vie17’40 – Ses débuts pour monter des projets avec des musées, éditeurs, galeries… 18’50 – Au décès de son père, elle est allée voir tous les ayants droits, fondations pour comprendre comment structurer sa structure et se positionner dans le milieu de la photo26’20 – Une structure: fonds de photo patrimoniale (tirage, négatifs…), sa collection de photo (un manifeste de photographie, un musée), le lieu qui permettra des collaborations avec d’autres structures29’20 – Dans les premiers mois, elle a vécu l’angoisse de garder le lieu. Ce fut un grand soulagement quand elle a su que la région et la mairie vont le protéger.33’50 – L’aspect financier du fond: la vente de tirage (galeries, vente aux enchères et agent), les expositions, l’édition ne rapporte rien et des partenariats avec des maisons de mode40’55 – Retracer l’histoire d’un tirage c’est retracer l’histoire de la photographie43’45 – Le marché de la photo est tout le temps à l’écoute et évolue constamment45’50 – Son père disait qu’il produisait des images et pas des tirages52’ - Des conseils pour des photographes: organises son travail et se renseigner auprès des fonds photo français57’ – Question de la légitimité: Il a des créateurs et des passeurs et elle est passeurApplication de Frank Horvat : https://www.horvatland.com/WEB/en/home.htmInstagram de Frank Horvat Studio : https://www.instagram.com/frankhorvatstudio/Pour suivre l'actualité du podcast vous pouvez vous inscrire à la newsletter ici : https://beacons.ai/lesvoixdelaphoto etretrouvez le podcast sur Instagram, Facebook et LinkedIn @lesvoixdelaphoto