Partager

cover art for #2 Sébastien, un agriculteur dans l’âme.

Les Déviations

#2 Sébastien, un agriculteur dans l’âme.

Ep. 2

Sa vie personnelle reprend également des couleurs puisqu’il rencontre sa deuxième femme avec laquelle il aura 2 enfants. Sébastien s’acharne au boulot. Levé tôt, couché tard, il ne compte pas ses heures…et sacrifie un peu le temps passé avec ses enfants.


Et si le métier d’agriculteur rêvé plus jeune était finalement la clé du bonheur ? Sébastien y pense de plus en plus. Transitions Pro Île-de-France l’aide à financer ce rêve. En 2020, il trouve une formation d’éleveur, et se replonge en enfance. C’est décidé, il deviendra agriculteur et élèvera ses enfants en pleine nature.


Aujourd’hui, Sébastien a fini sa formation, et déménage dans sa nouvelle ferme en novembre. Sans Transitions Pro Île-de-France, il n’en serait sûrement pas là…

More episodes

View all episodes

  • 2. #2 Karine Monneron : Travailler avec l'humain

    35:00
    Mais après dix belles années dans cette rédaction, les choses changent. Membre de petites équipes complémentaires qui prenaient le temps de poser les choses, de créer une relation avec les personnes dont elle racontaient les histoires, elle doit tout faire plus vite. Le monde des médias évolue. Il fallait faire plus, avec des équipes réduites.Karine Monneron doit enchaîner les sujets. Elle se déplace sans arrêt et a de plus en plus de mal à produire ce qu'elle estime être un travail bien fait.Elle éprouve moins de plaisir à travailler, mais refuse de se plaindre. Bien payée par une entreprise solide et prestigieuse, elle prend le mal-être qui s'installe dans sa vie pour une futilité. Hors de question de s'apitoyer sur son sort qui n'avait, selon elle, rien de comparable avec ce qu'avaient pu connaître ses proches.« Ça va passer », se disait-elle.Jusqu'au jour où ça n'est plus passé du tout. Découvrez d'autres histoires comme celle-ci dans nos livres et magazines. Disponibles en librairie et sur notre site internet.
  • 1. #1 Karine Monneron : Travailler avec l'humain

    36:16
    S'écouter est parfois plus difficile qu'on ne le pense.Karine, issue d'un milieu ouvrier, a grandi avec l'idée qu'il faut savoir affronter les difficultés de la vie. Passionnée par le pouvoir de l'image, elle s'est fixée très tôt l'objectif de devenir journaliste. Même si les contraintes de ce métier semblaient peu compatibles avec le schéma familial qu’elle avait en tête.École, stages, alternance, Karine Monneron a suivi le parcours qu'elle s'était tracée, jusqu'à atterrir dans une grande chaîne nationale. Caméra en main, elle aimait raconter l'actualité, la vie, le quotidien des hommes et des femmes qu'elle rencontrait via les images qu'elle tournait.*Rendez-vous la semaine pour découvrir la suite de son histoire.
  • Samuel Durand : « Il n’y a pas d’âge pour trouver sa voie »

    25:50
    Samuel Durand, auteur et conférencier sur le futur du travail, démystifie le cliché selon lequel la quête de sens serait réservée aux jeunes. Il nous plonge dans les évolutions récentes du monde du travail, débouchant sur une nouvelle forme de salariat, mêlant flexibilisation, autonomie et engagement des collaborateurs. D'autres avis d'experts vous attendent dans nos livres et magazines. À retrouver en librairie et sur notre site internet.
  • 2. #2 Adrien Sfecci : du burn out à la reprise d'entreprise

    27:39
    Le jour de ses 30 ans, son père, à la tête de l’entreprise Orsteel, lui fait comprendre qu’il a besoin de lui. C’est un tournant pour Adrien : c’est décidé, il va reprendre l’entreprise familiale avec son frère.8 ans plus tard, il nous raconte comment il a multiplié le chiffre d’affaires par 10, tout en alliant valorisation de savoir-faire anciens, excellence et innovation technologique vertueuse sur le plan environnemental.D’autres parcours inspirants vous attendent dans nos livres et magazines. Ils sont disponibles en librairie et sur notre site internet.
  • 1. #1 Adrien Sfecci : du burn out à la reprise d'entreprise

    27:17
    Une fois ses études terminées, Adrien Sfecci se lance dans une entreprise ambitieuse : créer sa propre enseigne de fleurs à Nice.Mais très vite, c’est la descente aux enfers.En l’espace de 6 mois, il a un impayé : lui qui ne s’est encore jamais versé de salaire voit sa société liquidée. Sa vie personnelle est durement impactée : il subit successivement un divorce, un burn out et une remise en question complète de sa vie.Il est finalement recruté par Lidl, en tant que responsable secteur.Mois après mois, il reprend confiance en lui. Il découvre la satisfaction de recevoir un salaire pour le fruit de son travail et comprend les erreurs qu’il a commises en tant qu’entrepreneur.*Rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir la suite de son histoire.
  • Olivier Remoissonnet : sauver un savoir-faire en le décarbonnant

    37:38
    Fils d’artisans coiffeurs, Olivier est attiré par l’univers de la fabrication. Dès son plus jeune âge, il aime comprendre de quoi sont faites les choses. C’est donc naturellement qu’il s’intéresse à l’industrie.Olivier rentre par hasard dans une brosserie en 1998 : c’est une révélation. Il découvre alors un produit qui le passionne et un métier qu’il ne quittera plus.Mais sous la pression de la concurrence étrangère, l’entreprise dans laquelle il travaille est placée en redressement judiciaire en 2011.Olivier ressent alors une colère intérieure : tout n’a pas été fait pour empêcher la délocalisation et les pertes d’emplois qui en découlent.En quelques semaines, il tente un pari fou et monte un plan de reprise avec un associé.En 2012, le plan est accepté par le tribunal : La Brosserie Française est née.Pour survivre, pas le choix, l’entreprise doit faire différemment. Il travaille à fond la responsabilité de ses produits afin de leur donner ce que la concurrence qui fabrique à l’autre bout du monde, ne peut pas lui donner : une empreinte carbone très basse.10 ans plus tard, La Brosserie Française a plus que doublé son chiffre d’affaires, tout en divisant (proportionnellement) par 4 sa consommation d’électricité.Olivier veut démontrer qu’il peut y avoir une viabilité économique à faire du Made in France.Dans son interview, il nous raconte les coulisses de son parcours riche en rebondissements.D’autres parcours inspirants vous attendent dans nos livres et magazines. Ils sont disponibles en librairie et sur notre site internet.
  • Bernadette Dodane : réussir près des siens

    44:51
    Bernadette naît et grandit dans un petit village, à d’Arc-et-Senans. Petite, elle a tout de la petite fille parfaite. Elle est bien élevée, sérieuse, studieuse et travailleuse. Elle est le trésor de ses parents. De son père surtout.Comme la quasi-totalité des membres de sa famille, elle se prépare à devenir enseignante. Mais, quand elle doit quitter son foyer pour poursuivre ses études, son père, inquiet de la voir s'éloigner, entre en dépression.Bernadette, n'aime pas l'idée de voir souffrir cet homme qu'elle aime tant. Elle décide alors de rester près des siens et de suivre ses études par correspondance.Elle se dit alors que c'est près de son village et de sa famille qu'elle devra chercher l'emploi qui lui permettra de se réaliser.Une opportunité se présente un jour dans l'usine métallurgique d'Arc-et-Senan, non loin de chez elle. Elle y découvre un univers industriel qui l'intéresse et y rencontre son futur mari.Soucieuse de garder une activité professionnelle, malgré les mœurs d'une époque encore peu habituée à voir des femmes travailler dans ces secteurs, elle développe une expertise dans la gestion et la comptabilité.Ces compétences lui seront précieuses quand, un beau jour, une opportunité de reprise d'entreprise se présentera à elle et à son mari. *Cet épisode a été réalisé en partenariat avec Origine France Garantie et la La Plage aux Entrepreneurs.
  • 2. #2 Marine Miro-Padovani : Trouver sa flamme

    26:47
    Marine devient peu à peu celle qu’elle ne voulait pas devenir : elle traîne des pieds pour aller au travail, râle et sent qu’elle n’est pas épanouie.Alors qu’elle se disait qu’elle ne souhaitait pas continuer dans une activité qui ne lui convenait plus, elle remarque la présence d’un fleuriste en bas de chez elle.Ses souvenirs d’enfance lui reviennent immédiatement. Elle se rend alors compte qu’elle veut en faire son métier.Mais comment se reconvertir sans argent ?C’est à ce moment-là que Marine découvre Transitions Pro Ile-de-France, qui va l’aider à changer de vie.Découvrez la suite de son périple jusqu’aux coulisses du Georges V dans ce podcast.*Cet épisode a été réalisé grâce au soutien de Transitions Pro IDF.*
  • 1. #1 Marine Miro-Padovani : Trouver sa flamme

    28:26
    Pendant plusieurs années, Marine travaille pour une structure réputée du milieu théâtrale. En mars 2020, la crise du Covid survient et la plonge dans une période d’attente interminable. L’activité finit par reprendre, mais elle a perdu la passion qu’elle avait pour ce métier.*Cet épisode a été réalisé grâce au soutien de Transitions Pro IDF**Rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir la suite de son témoignage.*