Belle Trace

Partager

[REDIFFUSION] Brahim Asloum : "Être petit, c’est ce qui m’a le plus perturbé dans ma vie. La boxe m’a permis de m’épanouir"

Cet été, nous vous proposons de réécouter les meilleurs épisodes de Belle Trace. Cette semaine, l'ancien boxeur Brahim Asloum, champion olympique de boxe à Sydney en 2000, est l’invité de Flo Masnada.

 

Tout au long de cet échange, il évoque ses débuts à Bourgoin-Jallieu, son titre de champion de France UNSS et son départ pour l’INSEP où il reste quatre ans. (01:33)

  

Dans Belle Trace, Brahim Asloum évoque aussi la recherche du beau geste dans le noble art (05:45) : "Mon plaisir, c’est d’attendre la bonne ouverture", jubile-t-il.

 

Il est évidemment question de son titre olympique à Sydney en 2000 (08:54). Il revient sur son périple qui a duré une quinzaine de jours.

 

Issu d’une famille de boucher, il raconte une anecdote sur sa jeunesse et une histoire de petit bout de papier qui a déclenché le respect de sa famille (18:23). Brahim Asloum évoque aussi les rencontres qui ont compté dans sa carrière (21:28). Il détaille enfin en longueur sa carrière chez les professionnels (33:30)

  

C'est tout cela que le boxeur raconte cette semaine dans le podcast "Belle Trace", sur Eurosport.

 

Bonne écoute

 

Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :

 

Abdelatif Benazzi : "Mon premier haka ? J'ai regardé dans mon pantalon pour voir ce qu'il y avait"

 

Samir Aït Saïd : "A Paris, ça va être un happy ending"

 

Yannick Bestaven : "Humidité permanente, chauffage inexistant... Pendant 80 jours, on vit comme des sangliers"

 

Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.

 

Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport ici

 

Animation : Flo Masnada

 

Production : Bababam



Plus d'épisodes

9/13/2022

Valérie Nicolas : "Les gardiennes n'avaient pas bonne réputation dans notre génération"

Cette semaine dans Belle Trace, Flo Masnada reçoit la handballeuse Valérie Nicolas.L'ex gardienne de 47 ans raconte l'importance de son poste dans son sport et les spécificités de son rôle qu'elle a découvert par hasard dans sa jeunesse, alors qu'elle occupait une place de joueuse de champ en ligue de Bretagne. Un poste qu'elle a mis du temps à apprécier. (5:54)Elle se remémore la finale des Mondiaux de 2003 face à la Hongrie pendant laquelle "elle ne touche pas un ballon pendant 40 minutes". Une rencontre à côté de laquelle elle passe mais qui reste un de ses plus grands souvenirs de joueuse. (22:34)Après une première partie de carrière en France, la Bretonne raconte son passage au Danemark où elle a remporté la Ligue des champions avec Viborg et a ramené une maîtrise de la langue danoise (27:40) avant de finir par revenir sur sa reconversion profesionnelle au travers de la ville de Nice et dans les médias ! Il sera aussi questions de Paris 2024 et même de sandball !Bonne écoute !Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Muriel Hurtis : "La piste me permettait de m'exprimer, d'extérioriser"[REDIFFUSION] Justine Henin : "Très peu de gens ont cru en mon rêve"Franck Cammas : Être navigateur, c’est être un mélange entre pilote de F1 et alpiniste"Patricia Meunier-Lebouc : "Quand Tiger Woods est arrivé, le golfeur a été enfin reconnu comme un athlète"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport iciAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport
9/6/2022

Muriel Hurtis : "La piste me permettait de m'exprimer, d'extérioriser"

Cette semaine dans Belle Trace, Flo Masnada reçoit l'athlète Muriel Hurtis.L'ex sprinteuse de 43 ans raconte notamment l'avant course lors de la finale du 4x100 m lors des Championnats du monde 2003 dans la chambre d'appel. Alignée avec Patricia Girard-Léno, Sylviane Félix et Christine Arron, elle explique que le jeu d'intimidation des Américaines juste avant d'entrer en piste et comment elles ont collectivement su se concentrer pour remporter la médaille d'or. (3:02)Un titre obtenu alors que la Française ne se predestinait pas du tout à une carrière dans le sport et elle s'est même mise très tard à l'athlétisme, qu'elle découvre grâce à un professeur de sport qui a su déceler chez elle des aptitudes pour la course. (12:05)La Bondynoise retrace son parcours aux JO, entre Sydney où elle avoue avoir mal géré et s'être dispersée : "Je voulais tout faire", et Athènes où elle apprend sa grossesse en arrivant sur place (19:25) à une époque où la gestion entre sport et maternité était beaucoup moins évidente que maintenant.Bonne écoute !Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Raphaël Poirée : "Si nous trustons les podiums, il y a une raison, nous sommes différents"Carole Montillet : "Pour être championne olympique, j’ai pris une paire de skis que je ne connaissais pas"Antoine Kombouaré : "C'est un énorme privilège d'être l'entraîneur du club dans lequel j'ai débuté"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport iciAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport
8/30/2022

[REDIFFUSION] Richard Dacoury : "Le beau geste est quelque chose qui me nourrissait"

Durant l'été, nous rediffusons des épisodes du podcast "Belle Trace". Cette semaine, l'ancien basketteurs Richard Dacoury est l’invité de Flo Masnada.Joueur du CSP Limoges pendant 18 ans, le basketteur français revient sur sa quête de l'esthétisme et du beau jeu (05:59) qu'il juge indissociable du sport : "C'est ça qui t'embarque". Cette quête l'a animé dès sa découverte du sport et durant toute sa carrière professionnelle. Interrogé sur son parcours, le nonuple champion de France raconte sa love story avec Limoges, club avec lequel il remporte l'Euroligue en 1993 (13:30) où il avait un statut particulier dans le vestiaire : "J'étais un peu le garant des valeurs du club". Retour aussi sur sa carrière en bleu et notamment sur un douloureux souvenir lors du tournoi olympique de 1984 à Los Angeles, où il est privé du match face aux Etats-Unis pour une raison surréaliste (32:15). Désormais consultant, il livre son regard sur la génération actuelle du basket français (36:45) : "Le basket à la française a la cote !" Bonne écoute ! Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace : Raphaël Poirée : "Si nous trustons les podiums, il y a une raison, nous sommes différents" Carole Montillet : "Pour être championne olympique, j’ai pris une paire de skis que je ne connaissais pas" Antoine Kombouaré : "C'est un énorme privilège d'être l'entraîneur du club dans lequel j'ai débuté" Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter. Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport ici Animation : Flo Masnada Production : Eurosport