Belle Trace

Partager

Henri Leconte : "Si je n’avais pas été tennisman de haut niveau, j’aurais été acteur mais ce n’est pas fini"

Henri Leconte est l'invité de Belle Trace cette semaine. Aux côtés de Flo Masnada, l'ancien joueur de tennis revient sur des moments forts de sa carrière et en particulier la finale de la Coupe Davis 1991 qu'il a remporté avec la France. Un entretien passionnant.

Plus d'épisodes

5/17/2022

Jean-François Clervoy : "L'expérience de vie d'un astronaute, c'est de voir la planète depuis l'espace"

Le spationaute Jean-François Clervoy est l'invité de Flo Masnada cette semaine dans Belle Trace. Pour débuter, les deux évoquent des souvenirs d'enfance et les ricochets qu'il a étudié de manière presque scientifique.Il est question de tennis ensuite, sujet de sa thèse obtenue à Polytechnique et qui lui a permis de décrocher deux places pour la finale de Roland-Garros 1981.Il est question de transmission également entre John Young et lui ainsi qu'entre lui et Thomas Pesquet.(14:41) Comment est-il devenu astronaute ? Grâce à son père et son instituteur de CM2 ! Découvrez cette séquence fabuleuse.(17:10) Comment sont sélectionnés les spationautes ? Et comment sont-ils formés ensuite ? Jeff nous détaille le processus.Le jour du départ est ensuite évoqué. (25:10) Comment cela se passe-t-il ? "Je suis excité parce que je sais que c'est pour de bon", affirme-t-il. Il est question de la vision de la planète terre ensuite, vue depuis l'espace. "L'expérience de vie d'un astronaute, c'est de voir la planète depuis l'espace."Jeff Clervoy évoque aussi comment le corps bouge dans l'apesanteur (32:00).Enfin, dans la séquence conseils (41:20), il évoque la croyance en ses rêves. "Quoi que tu fasses, donne le meilleur de toi-même", affirme-t-il.Bonne écoute !Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Raphaël Poirée : "Si nous trustons les podiums, il y a une raison, nous sommes différents"Carole Montillet : "Pour être championne olympique, j’ai pris une paire de skis que je ne connaissais pas"Antoine Kombouaré : "C'est un énorme privilège d'être l'entraîneur du club dans lequel j'ai débuté"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport iciAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport
5/10/2022

Thu Kamkasomphou : "Je suis une chercheuse d'or, j'espère ramener de Paris une médaille qui brille comme le soleil"

Cette semaine, Flo Masnada reçoit Thu Kamkasomphou dans le podcast Belle Trace.(01:23) Née au Laos, la pongiste de 53 ans parle de ses origines et de son arrivée en France à l’âge de 10 ans. Elle raconte la fuite de son pays vers la Thaïlande puis la France où elle arrive d’abord à Créteil puis à Rennes avec sa famille. C’est grâce à son père qu’elle se met au tennis de table.(09:26) Alors qu’elle commence à évoluer dans des structures pour sportifs de haut niveau, on lui diagnostique une périartérite noueuse qui lui affecte les jambes. A 17 ans, elle ne peut plus s’entraîner, prend des traitements lourds. Ce n’est que peu avant les Jeux de Sydney qu’on lui propose de concourir en handisport.(12:55) Thu prépare sa 7e olympiade pour tenter de remporter une nouvelle médaille pour les Jeux de Paris en 2024. Où puise-t-elle sa force de caractère et toujours y retourner, après déjà deux titres paralympiques remportés en simple ? “Je suis une chercheuse d’or”, lance-t-elle. Elle explique ne rien laisser au hasard pour se maintenir au plus haut niveau.(29:10) Forcément, lorsqu’on glâne un total de sept médailles aux Jeux Paralympiques, on a beaucoup de souvenirs à raconter. Pour Belle Trace, elle nous livre les plus beaux moments de sa carrière et notamment son titre paralympique à Pékin, dans le pays où le tennis de table est le sport roi.Pour conclure, elle évoque la trace qu’elle aimerait laisser : “Je voudrais qu’on retienne deux choses de moi. La première : mes performances ; et la deuxième : j’espère être une belle personne”Bonne écoute !Ecoutez d'autres épisodes de Belle Trace :Raphaël Poirée : "Si nous trustons les podiums, il y a une raison, nous sommes différents"Carole Montillet : "Pour être championne olympique, j’ai pris une paire de skis que je ne connaissais pas"Antoine Kombouaré : "C'est un énorme privilège d'être l'entraîneur du club dans lequel j'ai débuté"Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport iciAnimation : Flo MasnadaProduction : Eurosport