Partager

L'Art du NFT

Les NFT vont radicalement changer le monde de l'art et de la culture, on en parle ?

L’Art du NFT présenté par Lucie-EleonoreRiveron CEO de FauveParis, maison de ventes aux enchères à Paris et Benjamin Spark artiste, podcasteur et formateur NFT.Ce podcast met en lumière des artistes, des galeries et des
Dernier Épisode6/29/2022

Episode 47 - Abdoulaye, le crypto-artiste prédestiné pour les NFT !

Saison 2, Ép. 47
Pour l'actualité de la semaine, nous revenons sur le drop de WALLKANDA.ART, la plateforme de street art NFT qui propose à la vente les oeuvres de 15 artistes urbains à partir de ce jeudi 30 Juin. Ces street artistes internationaux vont pouvoir vendre leurs créations urbaines au travers de la technologie NFTLe mot du jour est «lazy minting» qui revient à proposer aux artistes de placer leurs œuvres en NFT sur une plateforme sans avoir à payer les frais de gaz. C’est l’acheteur qui paiera ces frais au moment de l’achat en finalisant et en inscrivant le NFT sur la plateformePour ce dernier épisode de la saison 3 de l'art du NFT, nous recevons l’artiste Abdoulaye, un jeune crypto-artiste de 28 ans dont tout le monde parle.Il est né à New-York, il a vécu en Cote d’Ivoire et s’est formé au graphisme 3D à Paris.C’est tout naturellement qu’il s’est tourné vers les NFT en octobre 2020 soit bien avant les autres. Il s’est mis dans les pas des plus grands et notamment BEEPLE qui lui a inspiré l’envie de bâtir des collections d’œuvres sur plusieurs plateformes NFT.Il ne cache pas que sa maîtrise de l’anglais et son éducation multi-culturelle l’a aidé à comprendre très vite les codes du graphisme 3D et à bâtir une carrière dans les NFT. Son style artistique est à mi-chemin entre l’art procédural et la recherche du «beau». Abdoulaye est en quête d’esthétique et de perfection visuelle.Il établit un pont graphique et spirituel entre plusieurs cultures, plusieurs blockchains et plusieurs façons d’exprimer un monde intérieur qui vous dévore.
6/29/2022

Episode 47 - Abdoulaye, le crypto-artiste prédestiné pour les NFT !

Saison 2, Ép. 47
Pour l'actualité de la semaine, nous revenons sur le drop de WALLKANDA.ART, la plateforme de street art NFT qui propose à la vente les oeuvres de 15 artistes urbains à partir de ce jeudi 30 Juin. Ces street artistes internationaux vont pouvoir vendre leurs créations urbaines au travers de la technologie NFTLe mot du jour est «lazy minting» qui revient à proposer aux artistes de placer leurs œuvres en NFT sur une plateforme sans avoir à payer les frais de gaz. C’est l’acheteur qui paiera ces frais au moment de l’achat en finalisant et en inscrivant le NFT sur la plateformePour ce dernier épisode de la saison 3 de l'art du NFT, nous recevons l’artiste Abdoulaye, un jeune crypto-artiste de 28 ans dont tout le monde parle.Il est né à New-York, il a vécu en Cote d’Ivoire et s’est formé au graphisme 3D à Paris.C’est tout naturellement qu’il s’est tourné vers les NFT en octobre 2020 soit bien avant les autres. Il s’est mis dans les pas des plus grands et notamment BEEPLE qui lui a inspiré l’envie de bâtir des collections d’œuvres sur plusieurs plateformes NFT.Il ne cache pas que sa maîtrise de l’anglais et son éducation multi-culturelle l’a aidé à comprendre très vite les codes du graphisme 3D et à bâtir une carrière dans les NFT. Son style artistique est à mi-chemin entre l’art procédural et la recherche du «beau». Abdoulaye est en quête d’esthétique et de perfection visuelle.Il établit un pont graphique et spirituel entre plusieurs cultures, plusieurs blockchains et plusieurs façons d’exprimer un monde intérieur qui vous dévore.
6/23/2022

Episode 46 - Camille Roux, l'ingénieur entrepreneur devenu artiste génératif

Saison 2, Ép. 46
L’actualité revient sur la décision de l’artiste Justin Aversano, célèbre artiste NFT, d’ouvrir une galerie de plus 3 000 m2 en Californie pour exposer ses propres photographies et celles d'autres artistes.Le mot cryptodu jour est «doxer» qui consiste à révéler son identité sur les réseaux et ainsi ne plus se cacher derrière un pseudo comme c'est la coutume dans le web3.Aujourd’hui nous recevons Camille Roux, un artiste d’art génératif qui excelle dans le monde NFT. Camille est ingénieur en informatique et entrepreneur. On peut dire qu’il est tombé dans l’art génératif ou plutôt aspiré par cette nouvelle forme de création qui a explosé avec les NFT.Ingénieur de formation, Camille a toujours codé. C'est un peu par hasard qu'il commence à utiliser cet outil pour créer d'abord de la musique, puis ensuite des images, qui trouvent toujours leur source dans des recherches formelles. Pour Camille Roux, art et mathématiques sont intimement liés, et il développe son esthétique passe par la pureté géométrique. La découverte de Fxhash, plateforme d'art génératif sur la blockchain Tezos, est un vrai bouleversement, qui lui permet d'explorer de nouvelles pistes de creative coding et de se faire connaître sur la scène crypto artistique. Il minte également sur 256art, 8bidou, tout en restant l'affût de toutes les nouvelles plateformes comme typed.art, et en ayant été sélectionné par le collectif New French Touch pour minter sur SuperRare, platefome d'œuvres d'art s'il en est.
6/8/2022

Episode 44 - Lapin Mignon, un long parcours jusqu'au crypto-art

Saison 2, Ép. 44
L’actualité de la semaine : Jben est un artiste qui dessine sur le sable lors des marées basses puis photographie ses œuvres éphémères pour les vendre en NFT.Le mot du jourest « whitelist »qui est une liste sur laquelle on peut s'inscrire pour avoir la chance de minter le NFT d’une collection en avant-première. On parle aussi de "allow list", "GMI list pour "Gonna Make It" ou "mint pass".Cette semaine, nous recevons l’artiste Cécile, aka Lapin Mignon, une vraie crypto-artiste qui vit en Angleterre.Sa première vie s'est déroulée derrière un bureau pour l’industrie automobile, pendant 16 ans. L’art a toujours été sa préoccupation profonde mais difficile d’assumer une carrière d’artiste dans la vraie vie. Heureusement la découverte des NFT a définitivement convaincu (et permis à) Cécile de devenir une artiste à plein temps!Le déclic a eu lieu en 2019 lorsque ses amis l’ont entraînée sur Editional, une plateforme NFT qui permettait aux créateurs et créatrices d’exposer leur travail, mais sans le vendre à l'époque : personne n’avait encore eu l’idée saugrenue d’acheter de l’art numérique !En juillet 2020 elle reprend le train des NFT mais cette fois sur la plateforme Rarible qui lui permet (enfin) de vendre son premier NFT. C'est le début d’une grande aventure qui l’entraine sur la voie du succès, de rencontres avec la communauté mondiale des crypto-artistes et des collectionneurs et collectionneuses fanatiques qui accumulent des œuvres numériques à la vitesse de la validation d’un block sur Ethereum.Lapin Mignon travaille à partir de l'aquarelle puis numérise ses œuvres papier et les retravaille grâce à de multiples outils numériques. Elle réalise des expérimentations et des collaborations, par exemple pour sa collection de PFP "Mignons" générée par algorithme.Son dernier projet, le Mignonverse, est inspiré par l’univers de Saint-Exupéry, peuplé de «mignons» qui vivent et interagissent dans un monde poétique et délicat.. comme un lapin mignon.
5/30/2022

Episode 43 - Art Can Die, le projet Web3 qui permet aux artistes de produire leurs œuvres grâce à la blockchain

Saison 2, Ép. 43
L’actualité c’est le drop de NFT de reproductions numériques d'œuvres du grand artiste expressionniste Egon Schiele par le Léopold Museum de Vienne. L’argent levé permettra au musée d’acquérir une œuvre de jeunesse de l’artiste que l’on vient de découvrir, presque 100 ans après sa création!Le mot crypto du jour est le mot«burn». Un NFT peut être brûlé et ainsi être désactivé sur la blockchain. Rien ne peut disparaître de la blockchain par définition mais un token peut être placé dans une zone morte qui interdit quiconque de pouvoir interagir à nouveau avec lui.Nous recevons aujourd’hui Romain Verlomme-Fried, conseiller pour la start-up Art Can Die qui aide les artistes à financer la production et la vente de leurs œuvres.Romain est commissaire-priseur, il vit à Marseille et a déjà lancé plusieurs projets NFT donc la société TokenToMe, dans l’optique de rapprocher les passionné•es d’art des créateurs et créatrices.Romain a l’habitude dans son métier de se trouver confronté aux problèmes d’authentification des œuvres qu’il vend aux enchères. Ainsi la blockchain et les NFT l’ont immédiatement interpellé et il s’est plongé complètement dans cet univers.Art Can Die procède d’une démarche vraiment originale. C’est une société de promotion et de production d’art hybride. C’est à dire que les créateurs et créatrices de tous domaines peuvent soumettre leur travail afin d’être accompagné·es et financé·es pour atteindre des collectionneurs et collectionneuses.Art Can Die va bientôt mettre en place une DAO, c’est-à-dire un système de gouvernance ouvert aux détenteurs et détentrices du $DIE, le token de la société, qui leur permettra de voter et choisir parmi les différents projets artistiques. Le projet porte une dimension financière pour l’art bien sûr mais aussi associative et communautaire pour soutenir encore mieux les artistes.Une grande exposition inaugurale aura lieu à Bangkok en septembre 2022 et présentera des artistes et artisans de tous les horizons: peinture, écriture, verrerie...Art Can Die propose aussi un studio de création et de production 3D afin d’accompagner les artistes traditionnel•les dans la numérisation de leur travail pour aborder le continent immense et très prometteur de l’art en NFT.
5/19/2022

Episode 42 - Julien Gachadoat, le bras articulé du dessin génératif

Saison 2, Ép. 42
L’actualité de la semaine revient sur les NFT de la Fondation Vasarely à Aix en Provence qui vont permettre à cette belle institution de restaurer les fresques murales du maître qui se dégradent avec le temps. D’autres NFT vont aussi proposer à leurs détenteurs des visites privées du musée et un dîner exceptionnel.Le mot crypto du jour est le concept de«NFT on-chain», qui représente le codage sur la blockchain d’une œuvre digitale sans le recours à une image et seulement avec l’aide de lignes de codes. Le NFT est ainsi totalement décentralisé et possède un caractère éternel.Aujourd’hui nous recevons Julien Gachadoat, artiste dans le domaine du dessin génératif. Précisons qu’il s’agit d’une imprimante d’un nouveau genre, avec un bras articulé qui tient un crayon et qui dessine un motif codé par l’artiste.Julien se présente comme un artiste qui produit des images programmées avec du code qu’il développe lui-même.Avec une mère galeriste d’art à Bordeaux et un père fondu d’informatique, forcément Julien choisit de ne vexer aucun de ses parents en choisissant un mix de compétences: il sera donc artiste-codeur. Julien aime la logique et les mathématiques, et aussi les jeux vidéos ce qui le rapproche de l’art graphique et visuel. Il expose ses dessins génératifs en 2020 puis se penche vers les NFT en 2021 et découvre alors un monde fascinant qui lui permet de coder directement sur la blockchain ses idées nouvelles d’art généré par du code informatique.Il est accepté par la célèbre collection «Art Blocks» qui propose à des artistes NFT du monde entier de générer des œuvres abstraites et géométriques à travers un algorithme "artistique"qui révèle des images aléatoires. Une grande aventure pour l’artiste et surtout pour le collectionneur qui achète une œuvre non encore-créée!
5/11/2022

Episode 41 - Jaen, un avatar trop court pour un si grand talent !

Saison 2, Ép. 41
L’actualité c’est l’ouverture par SuperRare d’une galerie d’art physique à New York, et c’est une grande première pour une plateforme pure NFT et pure digitale. SuperRare devient super réel.Le mot crypto de la semaineest le mot «wallet», portefeuille numérique en français, outil indispensable pour gérer sa crypto et ses NFT.Nous recevons l’artiste Jaen (prononcez Jean comme le prénom) l'un des OG du crypto art français. Jaen a toujours su au fond de lui qu'il était artiste, crayonnant sans relâche ppur traverser enfance et adolescence. On est toujours en mode survie quand on est un artiste!Pourtant Jaen commence par échouer à entrer en école d'art et se dirige finalement vers les langues étrangères, qui l'amène à passer plusieurs années au Japon, où il découvre et analyse l’art contemporain japonais et notamment celui de Takashi Murakami. L'art finit par le rattraper et d’abord photographe puis street artiste, Jaen se découvre artiste numérique au moment même où les NFT font irruption. Fin 2020 il postule chez SuperRare, est accepté illico et est propulsé crypto-artiste à succès! En quelques mois il gagne sa vie grâce à ses œuvres et se sent enfin libre et encouragé par toute une communauté. Le crypto-art est une véritable renaissance et doit aussi servir l’intérêt général, comme par exemple replanter des arbres, le nouveau projet NFT de Jaen! A suivre…En nous racontant sa façon de rêver éveiller et de tenter de maîtriser ses rêves nocturnes, Jaen nous guide sur la voie de son art numérique, fantasmagorique et empreint de surréalisme.