Et si...

Partager

ÉPISODE SPÉCIAL - Et si le foot féminin devenait le foot féministe ?

ÉPISODE SPÉCIAL avec Melissa Plaza, ancienne footballeuse professionnelle et docteure en psychologie du sport.

Et si le foot féminin devenait le foot féministe ?


On aborde avec elle la question du sexisme et de la misogynie dans le sport, en particulier dans le foot, ainsi que les réponses insuffisantes de la FFF face à ce problème. On aborde également les injonctions à la féminité auxquelles sont confrontées beaucoup d'athlètes femmes. On parle aussi de la délicate question de l'inceste, au cœur de l'actualité en ce moment en France, et de l'âge légal du consentement. Et plus globalement, on évoque l'avenir du combat féministe, dans le sport et en dehors.


Parmi nos références bibliographiques :

  • Mélissa PLAZA, Pas pour les filles, Robert Laffont, 9 mai 2019 - 174 pages
  • Béatrice Barbusse, Du sexisme dans le sport, Appaloosa LHS Editions, 13 oct. 2016 - 165 pages
  • Grand format : entretien avec Béatrice Barbusse sur le sexisme dans le sport, https://rugbyaufeminin.com/grand-format-entretien-avec-beatrice-barbusse-sur-le-sexisme-dans-le-sport/
  • https://ablock.fr/melissa-plaza-le-foot-a-ete-lechauffement-de-ma-vie-mais-jetais-promise-a-autre-chose/


Production : Camille Maestracci et Benoît Hamon. Réalisation : Camille Maestracci. Musique : Emma Beatson. Graphisme : Vincent Rouillac


Plus d'épisodes

11/2/2020

Et si on mesurait le bien-être plutôt que la croissance ?

Et si on mesurait le bien-être plutôt que la croissance ? Dans cet épisode, on s'interroge sur notre obsession du PIB, et comment cet indicateur phare ignore en réalité tout un tas d'éléments qui nous permettent de mesurer le bien-être d'une société. L'accès au logement, l'accès au soins, l'empreinte écologique de notre activité, le lien social : autant d'exemples parmi d'autres, d'indicateurs essentiels pour mesurer notre qualité de vie, que le PIB écarte totalement. Alors certes, la crise économique est bien là, elle nous frappe de plein fouet, et ses conséquences vont être terribles sur beaucoup d'hommes, de femmes, d'enfants. Mais elle ne doit pas nous empêcher de porter attention à d'autres critères fondamentaux, qui participent tout autant voire plus que le PIB, à évaluer l'état de notre société, et la direction qu'elle prend.Entretien avec Florence Jany-Catrice, économiste, professeure à l'université de Lille, co-autrice des "Nouveaux indicateurs de richesse" (La Découverte "Repères", 2016, 4e ed.)Parmi nos références bibliographiques : Gadrey, Jean, et Florence Jany-Catrice. Les nouveaux indicateurs de richesse. La Découverte, 2012Présentation au Conseil de l’Europe en 2008, Florence Jany-Catrice, “Les indicateurs de progrès”Florence Jany-Catrice: «La croissance n’est pas un indicateur approprié pour répondre aux enjeux duXXIesiècle», Adrien Franque, Libération, 10 novembre 2018 https://www.liberation.fr/planete/2018/11/10/florence-jany-catrice-la-croissance-n-est-pas-un-indicateur-approprie-pour-repondre-aux-enjeux-du-xx_1690017Bovar, O., Demotes-Mainard, M., Dormoy, C., Gasnier, L., Marcus, V., Panier, I., Tregouët, B., 2008. Les indicateurs de développement durable, L’Économie française : comptes et dossiers, Paris, Insee, 51-71, (http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/ ECOFRA08c.PDF)https://blogs.alternatives-economiques.fr/sas/2015/03/02/de-nouveaux-indicateurs-pour-un-nouveau-modele-de-developpement-la-proposition-de-loi-adopteehttp://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r2505.asp Production : Camille Maestracci et Benoît Hamon. Réalisation : Camille Maestracci. Musique : Emma Beatson. Graphisme : Vincent Rouillac
10/5/2020

Et si on arrêtait de s'asseoir ?

Et si on arrêtait de s'asseoir ? On vous parle des dangers de la sédentarité, le fait de rester assis de manière prolongée, nouveau fléau de notre société contemporaine. Il n'est pas rare aujourd'hui que l'on reste au total jusqu'à 10h assis par jour, et cela n'est pas sans avoir des conséquences sur notre santé et notre espérance de vie. Selon le professeur Frédéric Dutheil, avec qui l'on s'est entretenu, c'est même la première cause de mortalité évitable dans le monde. Ainsi la sédentarité tue plus que le tabac. On va donc parler de l'évolution de nos modes de vie qui nous a menés à rester plus longtemps assis, et des possibilités à notre portée pour nous redresser et vivre mieux !Entretien avec le Professeur Frédéric Dutheil, médecin, chef du service Santé Travail au CHU de Clermont-Ferrand et spécialiste des questions de sédentarité.Parmi nos références bibliographiques : Sédentarité et activité physique en milieu professionnel, Frédéric Dutheil,Jean Ferrières,Yolande Esquirol, La Presse Médicale, Elsevier, July–August 2017F. Dutheil, J. Ferrières, V. Magnon, G. Boude, Y. Esquirol, La sédentarité au travail : un risque professionnel à part entière, Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement, Volume 81, Issue 1, 2020, Page 63, ISSN 1775-8785, https://doi.org/10.1016/j.admp.2019.12.010 CARRÉ, François. Danger sédentarité: Vivre plus en bougeant plus. Cherche Midi, 2013.Nos os sont plus fragiles que ceux de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, voici comment yremédier, Karen Hindet Charlotte Roberts , 2018, https://theconversation.com/nos-os-sont-plus-fragiles-que-ceux-de-nos-ancetres-chasseurs-cueilleurs-voici-comment-y-remedier-108394Rapport de l’Inserm, Activité physique : Prévention et traitement des maladies chroniques, 2019Le Breton David, « Se remettre debout : marcher pour se sentir vivant », Empan, 2020/2 (n° 118), p. 15-21. https://www.cairn.info/revue-empan-2020-2-page-15.htmLE BRETON, David. Marcher la vie: Un art tranquille du bonheur. Métailié, 2020Production : Camille Maestracci et Benoît Hamon. Réalisation : Camille Maestracci. Musique : Emma Beatson. Graphisme : Vincent Rouillac
9/14/2020

Et si l'école n'était jamais finie ?

Et si l’école n’était jamais finie ? On vous parle notamment des écoles populaires au Danemark, ces lieux ouverts à tous, à tout âge et à tout moment de la vie, où l’on vient s’instruire, non pas pour se former à un métier et décrocher un travail, mais pour simplement mieux vivre ensemble. Peut-on, à la lumière de l'expérience danoise, envisager l'éducation autrement, non plus comme seul vecteur d'employabilité, mais comme un moyen d'émancipation, d’enrichissement personnel, et d'accompagnement tout au long de la vie, qui nous apprend à mieux faire société.Entretien avec Fabrice Carrière, journaliste français habitant au Danemark depuis trente ans.Parmi nos références bibliographiques : Frédéric Rauser, « L’éducation au Danemark », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 36 | 2004, 175-182.https://journals.openedition.org/ries/1550#tocto2n4Ove Korsgaard, « Grundtvig et la formation des adultes en Scandinavie : une innovation radicale », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 79 | 2018, 149-156. https://journals.openedition.org/ries/7189 René Bagorski. Formation professionnelle pour adultes: Big Bang à tous les étages. Éducation permanente, Arcueil : Éducation permanente, 2019, Former demain : utopies, enjeux, tendances, pp. 61-69.Chamahian Aline, « Reprendre des études à l'âge adulte : les effets sur les liens intergénérationnels à l'université et dans la famille », Recherches familiales, 2011/1 (n° 8), p. 91-100. DOI : 10.3917/rf.008.0091. URL : https://www.cairn.info/revue-recherches-familiales-2011-1-page-91.htmOCDE. « L'envie d'apprendre vient en apprenant. Participation des adultes à la formation tout au long de la vie ». In Les indicateurs de l'éducation à la loupe, n° 26, nov. 2014, 4 pProduction : Camille Maestracci et Benoît Hamon. Réalisation : Camille Maestracci. Musique : Emma Beatson. Graphisme : Vincent Rouillac