Partager

Derrière l'objectif

Sur le terrain avec un grand reporter

Missionnés par les médias aux quatre coins de la planète pour témoigner du bruit et de la fureur du monde, les grands reporters couvrent des évènements extrêmes : guerres, épidémies, putschs, attentats, conflits... Sur l
10/15/2022

PRO : Les grands reporters sont-ils objectifs

Saison 2, Ép. 10
"Derrière l'objectif" des professionnels : nouveau rendez-vous tous les 15 du mois pour questionner la profession de grand reporter.Les grands reporters sont-ils objectifs ? C'est la question qu'on a posé à Jean-Claude Coutausse, qui photographie la vie politique française pour Le Monde depuis 18 ans.Le photojournaliste Jean Claude Coutausse démarre sa carrière à l’AFP, puis suit l’actualité pour Libération et l’agence Contact Press Images pour lesquels il couvre de nombreuses zones de conflits : de la guerre du Golfe, à la famine en Somalie en 92, au conflit en ex-Yougoslavie… Depuis 2005, Jean Claude Coutausse travaille pour le quotidien Le Monde pour qui le photographe suit désormais l’actualité politique française : la campagne présidentielle de Ségolène Royale, l’élection de François Hollande et plus récemment celle d’Emmanuel Macron, Président qu’il suit dans tous ses déplacements. Jean Claude Coutausse a aussi couvert le tremblement de Terre en Haïti en 2010 pour le journal, pays qu’il connaît bien puisque le journaliste a aussi fait du grand reportage pour les magazines National Geographic et Geo sur le monde du Vaudou. Un monde qu’il nous invite découvrir aussi dans le précédent épisode de Derrière l'objectif : "J'ai toujours considéré que la réalité avait beaucoup plus de talent que l'imagination".  Episode enregistré à Visa pour l'image 2022.
9/5/2022

"Pour quelques euros, on vend ces femmes, ces gamines issues de familles très pauvres à des bordels"

Saison 2, Ép. 7
Photoreporter depuis plus de 30 ans, Marie Dorigny désormais membre de l’agence MYOP a rejoint le monde de la photographie en 1989 lors de la révolution roumaine et a réalisé depuis des reportages engagés sur le travail des enfants, la condition des femmes ou les formes contemporaines d’esclavages.Ses photographies, publiées dans la presse nationale et internationale, ont également été exposées à maintes reprises : les galeries photos de la FNAC ont accueilli son travail sur l’esclavage domestique, Festival Visa pour l’Image à Perpignan celui des enfants et de l’accaparement des terres, ou encore la Bibliothèque Nationale de France a permis d’exposer ses photographies sur la prostitution et l’immigration clandestine… « Displaced, femmes en exil », un reportage réalisé sur commande en 2016, pour le Parlement Européen, a été exposé durant trois mois à Bruxelles ainsi qu’à Visa pour l’Image. Il s’agissait d’appuyer visuellement la sortie d’un rapport parlementaire sur les Femmes en exode, de la Grèce à l’Allemagne. Derrière l’objectif de Marie Dorigny qui a consacré une grande partie de sa carrière à dénoncer la prostitution dans le monde : son travail commence en Asie dans les années 90.Cet épisode a été enregistré en public aux Rencontres de la photographie d'Arles (édition 2022), en partenariat avec l'agence MYOP.