Partager

cover art for Quand l'héritage pèse lourd

Thune

Quand l'héritage pèse lourd

Ep. 114

Hannah a toujours su qu'elle hériterait avec sa soeur de l'imposante demeure familiale de l'Ouest parisien. Au décès de sa mère, elle a réalisé à quel point ce "cadeau" de 6 millions d'euros était compliqué à assumer.

Comment vivre quand on est chargé de liquider des générations d'ancêtres et comment tirer un trait sur son propre passé ?

D'autant plus que les choses ne sont pas vraiment passées comme prévu.



Un épisode réalisé par Laurence Vély et monté par Frédéric Fortuny. Une production À bas bruit.

More episodes

View all episodes

  • Faut-il beaucoup d'argent pour décrocher une médaille d'or ?

    40:14
    Et voilà, Thune cède à la "mode" des Jeux Olympiques. Alors qu'il partait pour les derniers rounds de qualifications, notre pigiste, Clara Baillot a interviewé l'athlète Thomas Martine, 5eme français d'une discipline qui rapporte beaucoup de médailles à la France : l'escrime, et plus précisément le Sabre. Spoiler, Thomas n'a pas été sélectionné cette année. Mais parmi toutes les raisons qui expliquent cet échec, il y a... la thune, eh oui, on la retrouve décidément partout. Et alors c'est intéressant parce que, en écoutant cet entretien que je n'ai pas réalisé, j'ai réalisé un truc : on pourrait très bien le qualifier d'"inspirant'; ce mot si tendance. Mais oui : le parcours de Thomas Martine est "inspirant" puisque ce garçon du 9-3 s'est élevé à la seule force de sa volonté, malgré les obstacles, notamment matériels, au rang de sportif de très haut niveau. Et vous allez l'entendre il tient aujourd'hui un discours comparable à celui d'un entrepreneur, avec pour produit à commercialiser : lui-même. Curieux twist de la vie, il m'est apparu aussi que, si ce sont les biens les services publiques - écoles, subventions - qui lui ont permis de découvrir l'escrime, et de s'y élever, il arrive désormais à un moment de sa vie où cette solidarité ne lui permet plus de progresser et de poursuivre sa route à haut niveau. Il a donc évolué vers un discours très libéral : être le meilleur, trouver les entreprises ou les sponsors privés qui le suivront... Bref, argent public, argent privé, réussite publique, bonheur privé... Voici quelques mots clefs pour des questionnement qui ne manqueront pas de se poser à vous pendant l'été après l'écoute de cet épisode très JO. Bons jeux toutes et tous et bonne écoute ! PS : Thomas Martine est toujours en recherche de sponsoring... à bon entendeur !
  • EXTRAIT // "La rancoeur sur l'argent, elle est venue plus tard..."

    01:27
    Voici un court extrait de l'épisode très "Jeux olympiques" qui sort demain ! Bonne écoute !
  • 131. Vivre de son humour (et avec un TDAH). Avec Olivia Moore

    59:53
    Il y a 13 ans, après un burn-out, Olivia Moore est devenue humoriste. Son métier, son gagne-pain, c'est la scène.Dans cet épisode, on va parler de son rapport compliqué à l'argent (merci les parents), d'indépendance financière, du modèle économique de l'humour, de l'impact du TDAH sur les finances. Et puis, comme Olivia est engagée, elle a beaucoup réfléchi à sa position - d'où elle vient, d'où elle parle - et à ce que son rapport à l'argent raconte.Un épisode dense et une parole clairvoyante.
  • SUPER BONUS // Vous croyez avoir des "problèmes de tréso" ? Ecoutez ça !

    02:06
    Quand on a parlé avec Hélène, vigneronne du Bordelais, de ses paiements à 30 / 60 / 90 jours, il y a un truc auquel on n'avait pas du tout pensé... Bonne écoute !
  • BONUS // "Mon conjoint doit subvenir à nos besoins"

    06:23
    Pour prolonger la dégustation, pardon, la discussion avec Hélène, savourez ces confidences sur la thune dans son couple... vous vous y retrouverez peut-être ! Bonne écoute !
  • 130. A Bordeaux, une vigneronne... vraiment dans le rouge

    01:00:10
    Sacrée période n'est-ce pas ? J'avais enregistré cet épisode très "terroir", très "trésor français" bien avant cette séquence nationale si étrange et perturbante. Je l'aime bien cet épisode, déjà parce qu'il nous emmène à la campagne, et aussi parce que dans le parcours d'Hélène, on voit bien cette France aux prises avec un monde qui bouge. C'est la trame de son histoire de thune : elle a grandi dans un domaine splendide, qui s'est un peu reposé sur son glorieux passé. Elle s'est d'abord éloignée de ce monde qui refusait de changer, elle a vu d'autres pays, d'autres cultures. Mais finalement, elle est revenue et aujourd'hui, elle se bat. Pour faire vivre la tradition, ne faut-il pas la réinventer ? Et pour en vivre, ne faut-il pas s'ouvrir aux autres ? Bonne réflexion, et à votre santé !PS : on ne fait pas de pub sur Thune comme vous le savez, et surtout pas pour e l'alcool, mais j'ai goûté le nectar du domaine de Ponty, et c'est un véritable régal. Alors je vous mets quand même le lien vers son site là --> https://vignoblesponty.com/
  • EXTRAIT // Comment ne pas se faire avoir en achetant du vin ?

    01:49
    Un court extrait "bien arrosé" de l'épisode qui sort jeudi.
  • 130. Avocat.e.s : la robe fait-elle la fortune ?

    34:40
    Virginie a toujours voulu être avocate ; ça vient des séries judiciaires qu'elle regardait avec sa mère quand elle était gamine. Son rêve, c'était de défendre la veuve et l'orphelin, pas de rouler en décapotable avec une montre hors de prix à son poignet.Aujourd'hui, les clichés sur les avocats qui roulent sur l'or, elle en a sa claque. Parce que dans sa profession, il y en a pas mal qui galèrent et même qui abandonnent à force de se faire des nœuds au bide en pensant à leurs charges.En plus, Virginie est avocate en Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de France : ses clients, c'est souvent des gens qui galèrent. Alors comment leur faire comprendre le montant de ses honoraires, la valeur de son travail ?