Partager

cover art for #6 Rémy Companyo, co-fondateur et CMO chez ILEK

Sobriété et marketing ... Possible ?

#6 Rémy Companyo, co-fondateur et CMO chez ILEK

Ep. 6

ILEK, c’est votre fournisseur d’énergie, proche et positive. Pendant près de 50 minutes, Rémy Companyo cofondateur et CMO d’ILEK est venu nous parler de la naissance du projet, mais aussi et surtout de communication et de marketing. S’il fallait résumer ce podcast, je choisirais cette phrase de Rémy : “On ne veut pas qu’ILEK soit une réussite, on veut que la transition énergétique se fasse, et le plus vite possible !”


Retrouvez le site d’ILEK ici : https://www.ilek.fr/


Liste des références citées pendant le podcast : La convention des entreprises pour le climat ==> https://cec-impact.org/


Musique d’intro : Wind in the cherry trees by Vantyze

https://www.vantyze.com/

More episodes

View all episodes

  • 27. #27 Vincent David, fondateur et connecteur invétéré de L'agence RUP

    43:26
    Vincent David, fondateur de l'agence RUP, nous partage sa vision sur la communication engagée et le rôle crucial des organisations dans les transformations sociales et environnementales. Ses propos révèlent comment l'intégrité, l'éthique et l'engagement, tant au niveau personnel que professionnel, peuvent modeler le secteur de la communication pour mieux servir le bien commun.Vincent met l'accent sur la sélection rigoureuse des projets et des clients, un luxe qui permet à RUP d'aligner son travail sur ses valeurs fondamentales : "Nous, on a le choix. On a le luxe, peut-être d'une certaine manière. Et c'est aussi un engagement de choisir nos clients dans le sens où on a la chance d'avoir beaucoup de demandes entrantes et donc on est en capacité de refuser certains clients si en effet, ils ne sont pas alignés avec ce pour quoi on se bat." Cette approche sélective renforce la mission de l'agence d'engendrer un impact social et environnemental positif.Avec Vincent, nous avons aussi discuté du mode de fonctionnement coopératif de RUP, soulignant l'impact positif de cette structure sur la culture d'entreprise et la satisfaction des clients : "Nous, on a un fonctionnement très horizontal depuis le début... C'était un peu logique de rester dans cette dynamique de SCOP, parce que si on avait créé une SARL, il aurait fallu qu'on fasse un pacte d'actionnaires." Ce modèle coopératif favorise une répartition équitable des revenus, une prise de décision démocratique et renforce l'engagement de l'agence envers ses principes éthiques.Le site internet de l’agence RUP : https://lagencerup.fr/Liste des références citées pendant le podcast :ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) - https://www.ademe.frMax Havelaar France - https://www.maxhavelaarfrance.orgCoordination Sud (La coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale) - https://www.coordinationsud.orgShell - https://www.shell.comCoopaname (Coopérative d’activité et d’emploi) - https://www.coopaname.coopCommunication et démocratie - https://www.communication-democratie.orgLève les yeux - https://www.levelesyeux.com/Groupe UP (précédemment connu sous le nom de Chèque Déjeuner) - https://www.up.coopTotal - https://www.total.comAction Contre la Faim - https://www.actioncontrelafaim.org
  • 26. #26 Brice Johner : de Marketeur à Humoriste inclusif et écolo

    42:34
    L’humour au service de la communication responsable.En avril 2022, j'ai croisé le chemin de Brice Johner alors qu'il était Marketing Manager chez Sami.eco, la plateforme qui calcule le bilan carbone de Badsender.En novembre 2023, un post sur mon fil Linkedin attire mon attention : Brice est devenu un humoriste inclusif et écolo. Intriguée, je l'ai invité à partager son parcours, entre marketing et humour, au micro du podcast Sobriété & Marketing.Au cours de notre échange, j'ai abordé plusieurs questions :Dans ta présentation LinkedIn, tu te qualifies d'écolo depuis 10 ans et optimiste depuis 9,5 ans. Il s’est passé quoi pendant 6 mois ?Comment ton entourage a-t-il réagi lorsque tu leur as annoncé que tu te lançais dans l'humour ?Les organisations hésitent souvent entre un ton léger / rassembleur ou un ton radical pour faire passer leurs messages. Toi tu penses que le ton de l’humour marche mieux ?Peut-on réellement rire de sujets aussi sérieux que le dérèglement climatique ?Existe-t-il un type d'humour plus efficace que d'autres pour aborder ces sujets ?Ne risque-t-on pas de minimiser l'importance des enjeux en les traitant avec humour ?L'humour permet-il aux organisations d'éviter le greenwashing ?Je vous retranscris ici 2 passages de l’épisode :"Il n'y a pas de recette miracle. Je pense que ce qui compte, c'est de tester et de s'adapter le plus possible à son audience. C'est de trouver la façon la plus optimale pour transmettre le message qu'on veut leur faire passer. Les conséquences du dérèglement climatique vont toucher tout le monde. Il va falloir en parler à tout le monde. Et pour ça, je pense qu'il faut utiliser toutes les formes de communication possibles." - Brice Johner"Faire rire en communiquant les chiffres d'un rapport du GIEC, comme le fait qu'en 2050, il y aura 500 millions de migrants climatiques, peut choquer, surtout on ne connait pas cette info. On passe par des émotions telles que la peur, la colère et l'angoisse. C'est là que l'humour est d'une importance capitale, non pas pour minimiser les conséquences, mais pour prendre du recul et s'autoriser à souffler."- Brice JohnerVous pouvez retrouver Brice sur LinkedIn : Brice JohnerEt son site KOOL : Mettre l'écologie à l'agenda, c'est KOOL
  • 25. #25 [Hors série] Quels sont les codes du design militant ? Avec Thomas Defossez

    41:33
    Y a-t-il des similitudes graphiques au sein des organisations engagées ? Existe-t-il des éléments de design efficaces pour transmettre des messages forts ? Pour répondre à ces questions, Thomas Defossez, designer de l’agence Badsender a procédé à une pige d’identité visuelle de 45 organisations que ce soit dans le domaine de l’écologie, du social, de la liberté d’information, de la politique, et même du retail. Il nous présente son analyse et ses conclusions.Premier hors série de l’année avec la bande audio d’un live organisé par Badsender le 8 février 2024. Si vous voulez avoir l’image, rendez-vous sur la chaîne Youtube de Badsender : https://www.youtube.com/watch?v=DKbGo85mHvM
  • 24. #24 Alexane Renaut, fondatrice de Com on the moon et CMO de Bedycasa

    50:44
    En décembre, j'ai eu la chance de croiser la route d'Alexane Renaut. Alexane est une jeune et talentueuse entrepreneure. Elle mène de front une agence de communication, une vie de podcasteuse, elle est CMO de Bedycasa, mais aussi prof de yoga (et de communication). Bref, Alexane s'embarque dans 10 000 aventures, toujours avec une pêche d'enfer !"Le mot authenticité, il est présent par exemple dans mon slogan, mais ce n'est pas pour faire joli. En fait, c'est parce que je trouve que c'est hyper important." – Alexane RenautDans cet épisode de notre podcast "Sobriété et Marketing", nous abordons le parcours personnel et professionnel d'Alexane. Nous parlons de communication éthique et responsable, de bien-être, de développement personnel. Alexane nous explique comment elle intègre le yoga dans son parcours professionnel, des défis du passage du statut de salariée à celui d'entrepreneure, de l'importance de l'authenticité, de la passion et de l'alignement des valeurs dans la vie professionnelle."Je me suis rendu compte que j'en avais vraiment besoin de me reconnecter à la nature et à l'essentiel et de me dire : 'Bon, ok, il y a une vie de travail, mais aussi il y a ta vie. Tu dois apprendre à te connaître, à t'accepter, à te comprendre pour mieux travailler avec les autres finalement, et avoir des relations plus saines.'" – Alexane RenautRetrouvez le site de Com on the Moon : https://www.comonthemoon.com/Et Alexane sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/alexanerenaut/Liste des références citées pendant le podcast : Bedycasa, Team for the PlanetMusique d’intro : Wind in the Cherry Trees, Vantyze, https://www.vantyze.com/
  • 23. #23 Paul Charon, co-fondateur d'OMAJ

    54:40
    Peu de temps après le Black Friday, j'ai été captivé par un post sur LinkedIn de Paul Charon, co-fondateur d'OMAJ. Dans ce post, Paul expliquait le dilemme que le Black Friday posait aux marques engagées. Ses propos ont suscité ma curiosité, et après quelques échanges, j'ai eu l'occasion d'interviewer Paul pour notre podcast "Sobriété et Marketing".Dans cet épisode, Paul partage avec nous sa prise de conscience personnelle quant à l'impact des CSP+ (catégorie socioprofessionnelle supérieure). Il évoque également la dissonance cognitive professionnelle qui l'a conduit, en collaboration avec Marine Daul Mernier, à créer OMAJ. OMAJ est une plateforme de vente de vêtements de seconde main qui s'efforce de rendre l'expérience utilisateur aussi fluide et attrayante que l'achat de produits neufs, en mettant l'accent sur l'excellence du service aussi bien côté vendeur qu’acheteur.Nous abordons ensuite un sujet délicat mais crucial : l'essor des vêtements de seconde main au cours des dernières années, qui semble faire de l'ombre aux associations caritatives comme Label Emmaüs. Paul en est conscient et explique les mesures mises en place par OMAJ pour éviter de concurrencer de manière négative ces associations. OMAJ est une entreprise à mission, qui a des objectifs qui vont au-delà du simple profit financier. Et l’un de ces objectifs est de promouvoir des modes de consommation responsables en évitant leurs potentiels dérives.Paul partage également avec nous l'expérience d'OMAJ lors du Black Friday et des soldes en général. Peut-on être une entreprise engagée et participer au Black Friday ? Cela nuit-il à l'image de marque ? Il nous explique le concept du Dilemme Friday et des soldes libres. Comment et pourquoi ils ont pris cette décision, ainsi que les résultats obtenus.Nous discutons enfin de l'entreprise à mission, de sa raison d'être, de son impact sur les investisseurs et de la manière dont cela se traduit dans la feuille de route de l'entreprise, ainsi qu’au quotidien dans la production de contenu.J’espère que cet épisode vous plaira !
  • 22. #22 Timothée Saumet, Chief Impact Officer chez Efalia

    52:32
    Il y a quelques semaines, j’ai été interpellé par un post LinkedIn de Timothée Saumet, Chief Impact Officer chez Efalia. Dans ce post, Timothée relatait une conférence qu’il avait donnée et durant laquelle il avait été contredit lorsqu’il affirmait que l’on ne pouvait pas se contenter des “petits pas”. J’ai trouvé le propos très direct et bien formulé, et quelques échanges plus tard, Tim se retrouvait interviewé dans notre podcast “Sobriété et Marketing”.Dans cet épisode, nous revenons en long et en large sur le rôle des entreprises dans la transition écologique et sociale. Nous avons un peu moins parlé de marketing et de communication responsable que d’habitude, mais dans le même temps, si une entreprise n’est pas alignée dans ses plus hautes sphères, le marketing et la communication ne peuvent pas faire grand chose."Faire les choses bien, c'est une chose, mais ensuite, il faut vraiment le faire savoir pour que tout le monde puisse se mettre en mouvement.” - Timothée SaumetTimothée partage son parcours professionnel et son rôle en tant que Chief Impact Officer chez Efalie. Il met en avant son engagement actif dans des actions environnementales et sociétales au sein de l'entreprise. Il nous parle de son engagement associatif. Il souligne l'importance d’une communication transparente et chiffrée pour sensibiliser les collaborateurs et montrer l'impact réel des actions RSE.Timothée nous exprime aussi sa colère envers le greenwashing et insiste sur le besoin d’authenticité et de transparence dans la communication des actions RSE."C'est le jeu de reconnaître les choses qu'on ne fait pas bien. Il est important d'avoir ces retours d'expérience pour pouvoir expliquer à nos pairs ce que nous avons fait de bien et ce que nous avons fait de moins bien.”- Timothée SaumetEn conclusion, Timothée nous encourage à agir de manière positive pour sensibiliser et convaincre, soulignant que le partage équitable de la valeur est un sujet crucial pour progresser vers des pratiques entrepreneuriales durables.Retrouvez le site de Efalia : https://www.efalia.com/Liste des références citées pendant le podcast : PatagoniaMusique d’intro : Wind in the cherry trees, Vantyze, https://www.vantyze.com/
  • 21. #21 Julie Mathews, Fondation GoodPlanet

    41:19
    J'ai rencontré Julie Mathews lors du lancement de la fresque du Marketing. Ses propos francs sur la nécessité de consommer et vendre moins pour un avenir durable m'ont marqué.Julie travaille à la Fondation Goodplanet, aidant les entreprises à adopter des pratiques plus durables. Elle aborde la diversité des approches de la transition écologique et les défis de changer les mentalités et les modèles économiques. Selon elle, la transition doit être volontaire et toucher le cœur des gens.Nous avons discuté de la conscience des équipes marketing des enjeux écologiques. Julie voit ces équipes comme le lien entre l'entreprise et l'extérieur, ressentant souvent une dissonance cognitive.Nous avons aussi parlé de la fresque du marketing, un outil de sensibilisation. Julie insiste sur le fait que comprendre les enjeux est la première étape, mais un accompagnement est nécessaire.Nous avons abordé l'inertie des entreprises face au changement. Selon Julie, il est plus facile de changer comment un produit est fabriqué que les tactiques marketing. Les entreprises hésitent à changer leur modèle économique et leurs sources de revenus.Pour un changement radical, Julie évoque l'entreprise à mission, intégrant des missions non économiques dans leurs statuts. Cela implique un changement de paradigme et de gouvernance, préférant évoluer plutôt que de toujours distribuer des dividendes aux actionnaires.Bonne écoute !Organisations citées dans cet épisode :Pocheco : https://pocheco.com/fr/Emmaüs : https://emmaus-france.org/
  • 20. #20 Marie Chaillou, agence INSPIRE, ex-directrice marketing et communication RSE chez Décathlon

    40:39
    “C’est la com et le marketing qui doivent accélérer la transformation de l’entreprise. Et pas l’inverse.” Dans cet épisode du podcast "Sobriété et Marketing", Marion Duchatelet reçoit Marie Chaillou. Marie a travaillé pendant huit ans comme journaliste avant de rejoindre Décathlon. Pendant dix ans, elle a occupé divers postes de communication dans l'entreprise. Les cinq dernières années, bien que son titre officiel ait été Directrice marketing et communication pour le développement durable du groupe, elle préférait le titre de Directrice de l'information et de la communication. Depuis début 2023, elle continue de travailler sur les mêmes sujets en aidant d'autres organisations et entreprises. Elle a créé l’agence Inspire, un projet qui accompagne les équipes marketing et communication dans les défis de la transition environnementale.“Il y a beaucoup de pressions et les premières pressions sont internes”. Marie explique qu’il faut en priorité accompagner ce mouvement de transition en interne avant de lancer de grandes campagnes de communication. Il faut rendre une information claire et transparente disponible dans l'entreprise pour les salariés et pour les parties prenantes. Elle explique son rôle dans la mise en œuvre de cette vision auprès des équipes locales et des marques : formation, accompagnement pour les mettre en action. Elle estime qu'il est important de partager les difficultés rencontrées, là où on en est, le chemin qu’il reste à parcourir.Elle parle ensuite de l’importance de la place de la RSE dans l’organisation de l’entreprise. Si la RSE est rattachée au Comex, il y a des choses à faire. Si la RSE est rattachée à la com, moins. Nous parlons de la complexité de parler de ces sujets dans les comités exécutifs, et la nécessité de générer de la valeur autrement que par le produit neuf.Elle discute de l'importance du prix, de la nécessité de rassurer sur le prix juste et de faire comprendre ce qui se cache derrière un prix. Elle parle aussi de la complexité du marché tiré vers le bas par des plateformes où le prix ne signifie plus rien.Nous parlons du rôle de média de toute entreprise et de la responsabilité d’influence. Pour elle, toute organisation, qu’elle soit agence de marketing, prestataire, partenaire doivent challenger les briefs des annonceurs et exiger de faire avancer les choses.Nous parlons également de co-construction, les marques doivent collaborer par secteur d'activité pour créer des alliances à l'échelle de la filière professionnelle.Bonne écoute !
  • 19. #19 Pierre Guilbaud, co-fondateur Marketing Flow

    53:08
    « Le problème ce n’est pas le marketing ou les outils, c’est ce que les gens en font. »Dans ce podcast, Marion Duchatelet discute avec Pierre Guilbaud, cofondateur de Marketing flow. Marketing Flow c’est une plateforme qui aide les marketeurs des entreprises engagées à décupler leur impact positif via des techniques marketing. Leur objectif ? les aider à gagner des parts de marché pour que les entreprises engagées deviennent la norme.Pierre donne sa vision du marketing. Pour lui, “le problème de n’est pas le marketing ou les outils, c’est ce que les gens en font”. Nous discutons de la subjectivité du marketing, des noeuds au cerveau que ce métier procure pour les marketeurs engagés : vendre via code promo ou pas ? investir dans les ads sur Meta ou pas ?, vendre via amazon ou pas ? etc.”Il n’y a rien qui peut battre - 50% pendant 48 heures.” Il nous parle de la puissance de la promotion et de l’engrenage dans lequel une entreprise peut être si ses revenus sont établis en utilisant ce levier. “Tu ne peux plus jamais en sortir, il est beaucoup trop puissant.” Tout se joue selon lui au niveau du business plan de l’entreprise : les leviers marketing utilisés se calent forcément à la vitesse de croissance décrite dans le business plan.Pour en savoir plus sur Marketing flow : https://www.marketingflow.fr/ Pour vous inscrire à la newsletter personnelle de Pierre : https://pierreguilbaud.substack.com/ Le guide du marketing responsable avec 30 membres marketing : https://www.marketingflow.fr/le-guide-du-marketing-responsable