Partager

cover art for #4 Maud Wallaert, fondatrice de Mana Mani

Sobriété et marketing ... Possible ?

#4 Maud Wallaert, fondatrice de Mana Mani

Ep. 4

Mana Mani c’est une marque qui propose des produits lavables et des cosmétiques solides, fabriqués en France dans des matières naturelles et biodégradables et avec des ateliers d'insertion. Rien que ça !

Marion Duchatelet interroge pendant 50 minutes Maud Wallaert sur sa définition du marketing pour une petite boite qui veut entreprendre de la manière la plus engagée possible.

J’ai été complètement séduite par Maud, son côté “à fond” et surtout surtout l’intégration de ses convictions dans sa stratégie d’entreprise, ce qui créé un bel alignement.


Retrouvez le site de Mana Mani : www.manamani.com

Musique : Wind in the Cherry Trees - Vantyze https://www.vantyze.com

More episodes

View all episodes

  • 30. #30 Charlotte Blondel, Co-créatrice de l'agence Déjà Demain

    39:22
    Comment fait-on pour rendre désirable la sobriété ? Comment fait-on pour rendre sexy la location, la réparation, le renoncement à l'achat ? Dans le dernier épisode du podcast Sobriété & Marketing, Marion Duchatelet accueille Charlotte Blondel, co-fondatrice de l’agence de rédaction Le Sens du Poil. Après 10 ans, Charlotte et son associée Anne-Laure Marchand repositionnent leur agence de rédaction en une agence 100% dédiée à la création de nouveaux récits appelée Déjà demain. Dans cet épisode, elle nous explique les raisons de ce repositionnement, son ressenti sur le monde actuel et le rôle crucial des entreprises pour y répondre. Si vous êtes curieux de savoir comment une entreprise peut se réinventer pour devenir un acteur du changement, cet épisode est pour vous.Voici une partie des questions que je lui ai posée :Pourquoi la création de l'agence Déjà Demain était une nécessité ?Comment fait-on pour rendre désirable le renoncement ? Comment fait-on pour rendre sexy la location, la réparation, la sobriété ?Peux-tu me donner des exemples de nouveaux récits ?Les nouveaux récits entrainent le changement du modèles d'affaires ou c'est l'inverse ?Comment gère-t-on la skyzophrénie des entreprises ? L'envie de changer d'un côté et l'impératif business de l'autre ?Bonne écoute !Liste des sujets évoqués pendant l'épisode :Le super bouquin de Frédéric Lallou sur « Reinventing Organizations » qui a retourné le cerveau de Charlotte : https://www.reinventingorganizations.com/La méthode 2030 glorieuses : https://www.2030glorieuses.org/La méthodologie de Badsender dont parle Charlotte : la chaine de sobriété marketing
  • 29. #29 Nathalie Patrat, Directrice Exécutive de l’ESG Act

    32:59
    Comment former les nouvelles générations aux enjeux de la transition écologique et sociale ? Si de nombreuses entreprises déploient des fresques et des ateliers dans tous les sens, comment allons-nous former la jeunesse afin qu’ils soient prêts à relever les défis qui s’annoncent ?Depuis le début de notre podcast, nous avons rencontré de nombreux dirigeants, directeurs marketing et autres spécialistes de la communication responsable. Mais quand on sort de l’école, est-ce que l’on est prêt ? Est-ce que l’on est conscient ? Est-ce que l’on comprend la problématique ? Et surtout… est que ce l’on a vraiment envie de changer les choses ?Dans ce nouvel épisode du podcast Sobriété et Marketing, Nathalie Patrat, directrice exécutive de ESG Act vient nous parler de la création de l’école de management du développement durable."Je me souviens assez nettement, c'était un cours de géographie en CE2... Et ça m'avait choqué. À l'époque, je me disais : C'est bizarre, les gens, ils passent leur temps à couper des arbres pour faire pousser des trucs.”À la tête de ESG Act, elle explique la raison d'être de l'école : former les jeunes aux métiers du développement durable. Ceci afin de répondre aux besoins croissants des entreprises en expertise autour des sujets de transition écologique et sociale. ESG Act propose une éducation qui intègre des compétences en responsabilité sociétale des entreprises (RSE) à des disciplines plus traditionnelles comme le marketing et la gestion de projet, préparant ainsi les étudiants à être des acteurs du changement dans leurs futurs milieux professionnels."On va donner des compétences RSE pour faire responsabilité sociétale des entreprises, pour qu'ils puissent accomplir leur métier, leur carrière de façon beaucoup plus soutenable et durable qu'on ne le fait aujourd'hui.”Durant l’interview, j’ai eu l’occasion de l’interroger sur le choix de la terminologie “Développement durable”. Terminologie loin d’être neutre dans le monde de l’entreprise. Ce fut aussi l’occasion de se demander pourquoi il a été nécessaire de créer une toute nouvelle école plutôt que d’intégrer ces sujets au sein des autres établissements du groupe ESG."On va intégrer des choses autour de l'économie de la fonctionnalité, par exemple. On va parler de nouveaux modèles d'affaires, de nouveaux modes de gouvernance, de façon à ce que les jeunes puissent les mettre en œuvre.”"Je sais que le cours où la décroissance a été abordée a généré du débat parce qu'effectivement, on est dans un monde où c'est quand même encore très iconoclaste, on va dire, de parler de ces sujets.”Site internet de ESG Act : https://www.esg-act.org/ Liste des références citées pendant le podcast :The Shift Project – https://theshiftproject.org/Surf Riders Foundation – https://www.surfrider.fr/Loom – https://www.loom.fr/
  • 28. #28 Georges Basdevant, CEO de Captain Cause

    42:45
    Captain Cause est une plateforme de don en ligne qui s’associe au programme de fidélité des entreprises. Leur mission ? Rendre le marketing plus responsable et solidaire en déplaçant une partie des budgets marketing des entreprises vers les associations.Concrètement ? Une marque souscrit à Captain Cause. Elle choisit plusieurs associations. Les clients du programme relationnel de cette marque reçoivent des “difts” (nom inventé par Captain Cause : contraction de don+gift) qu’ils vont pouvoir reverser à la cause de leur choix. Une nouvelle manière pour les marques de faire plaisir avec du sens et d’affirmer leurs engagements.Et ça cartonne. En 18 mois, plus de 200 entreprises (Accor, FDJ, Orange, BCG, Mirakl...) ont souscrit à Captain Cause. En 1 an, 1 million d’euros ont été collecté et reversé à des causes. Ils ont bâti un catalogue de plus de 80 associations. Captain Cause vient de rentrer dans le top 120 des entreprises à impact les plus prometteuses par le Mouvement Impact France. Et ils ne vont pas s’arrêter en si bon chemin. Leur ambition ? Rediriger 1 milliard d’euros vers des causes !Voici une partie des questions que j’ai posé à Georges Basdevant pendant notre échange :Comment on réinvente les programmes de fidélité à points ? Qu’est-ce qu’on raconte aux clients ?N’est-ce pas trop difficile de bousculer les programmes de fidélité des marques lorsque ceux-ci génèrent des revenus non négligeables pour les entreprises qui ont des impératifs business élevés ?Comment sélectionnez-vous les associations ?Comment vous assurez-vous que les entreprises sont sincères ? Qu’elles ne se servent pas de Captain Cause pour faire du greenwashing ?Peux-tu nous donner quelques exemples de montants de dons récoltés et ce que les associations en ont fait ?Quel est votre modèle économique ?Qui sont vos investisseurs ?Est-ce que vous alignez vous-mêmes vos convictions dans le choix de vos pratiques ou outils ?Est-ce que vous intégrez l’IA dans votre plateforme ?Bonne écoute !Nous en parlons dans l’épisode :Pour vous inscrire la newsletter nobullshit de Captain Cause : Pour lire l’épisode Selency dont parle Georges Badsdevant dans l’épisode : Et bien sûr, pour en savoir plus sur Captain Cause: https://captaincause.com/
  • 27. #27 Vincent David, fondateur et connecteur invétéré de L'agence RUP

    43:26
    Vincent David, fondateur de l'agence RUP, nous partage sa vision sur la communication engagée et le rôle crucial des organisations dans les transformations sociales et environnementales. Ses propos révèlent comment l'intégrité, l'éthique et l'engagement, tant au niveau personnel que professionnel, peuvent modeler le secteur de la communication pour mieux servir le bien commun.Vincent met l'accent sur la sélection rigoureuse des projets et des clients, un luxe qui permet à RUP d'aligner son travail sur ses valeurs fondamentales : "Nous, on a le choix. On a le luxe, peut-être d'une certaine manière. Et c'est aussi un engagement de choisir nos clients dans le sens où on a la chance d'avoir beaucoup de demandes entrantes et donc on est en capacité de refuser certains clients si en effet, ils ne sont pas alignés avec ce pour quoi on se bat." Cette approche sélective renforce la mission de l'agence d'engendrer un impact social et environnemental positif.Avec Vincent, nous avons aussi discuté du mode de fonctionnement coopératif de RUP, soulignant l'impact positif de cette structure sur la culture d'entreprise et la satisfaction des clients : "Nous, on a un fonctionnement très horizontal depuis le début... C'était un peu logique de rester dans cette dynamique de SCOP, parce que si on avait créé une SARL, il aurait fallu qu'on fasse un pacte d'actionnaires." Ce modèle coopératif favorise une répartition équitable des revenus, une prise de décision démocratique et renforce l'engagement de l'agence envers ses principes éthiques.Le site internet de l’agence RUP : https://lagencerup.fr/Liste des références citées pendant le podcast :ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) - https://www.ademe.frMax Havelaar France - https://www.maxhavelaarfrance.orgCoordination Sud (La coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale) - https://www.coordinationsud.orgShell - https://www.shell.comCoopaname (Coopérative d’activité et d’emploi) - https://www.coopaname.coopCommunication et démocratie - https://www.communication-democratie.orgLève les yeux - https://www.levelesyeux.com/Groupe UP (précédemment connu sous le nom de Chèque Déjeuner) - https://www.up.coopTotal - https://www.total.comAction Contre la Faim - https://www.actioncontrelafaim.org
  • 26. #26 Brice Johner : de Marketeur à Humoriste inclusif et écolo

    42:34
    L’humour au service de la communication responsable.En avril 2022, j'ai croisé le chemin de Brice Johner alors qu'il était Marketing Manager chez Sami.eco, la plateforme qui calcule le bilan carbone de Badsender.En novembre 2023, un post sur mon fil Linkedin attire mon attention : Brice est devenu un humoriste inclusif et écolo. Intriguée, je l'ai invité à partager son parcours, entre marketing et humour, au micro du podcast Sobriété & Marketing.Au cours de notre échange, j'ai abordé plusieurs questions :Dans ta présentation LinkedIn, tu te qualifies d'écolo depuis 10 ans et optimiste depuis 9,5 ans. Il s’est passé quoi pendant 6 mois ?Comment ton entourage a-t-il réagi lorsque tu leur as annoncé que tu te lançais dans l'humour ?Les organisations hésitent souvent entre un ton léger / rassembleur ou un ton radical pour faire passer leurs messages. Toi tu penses que le ton de l’humour marche mieux ?Peut-on réellement rire de sujets aussi sérieux que le dérèglement climatique ?Existe-t-il un type d'humour plus efficace que d'autres pour aborder ces sujets ?Ne risque-t-on pas de minimiser l'importance des enjeux en les traitant avec humour ?L'humour permet-il aux organisations d'éviter le greenwashing ?Je vous retranscris ici 2 passages de l’épisode :"Il n'y a pas de recette miracle. Je pense que ce qui compte, c'est de tester et de s'adapter le plus possible à son audience. C'est de trouver la façon la plus optimale pour transmettre le message qu'on veut leur faire passer. Les conséquences du dérèglement climatique vont toucher tout le monde. Il va falloir en parler à tout le monde. Et pour ça, je pense qu'il faut utiliser toutes les formes de communication possibles." - Brice Johner"Faire rire en communiquant les chiffres d'un rapport du GIEC, comme le fait qu'en 2050, il y aura 500 millions de migrants climatiques, peut choquer, surtout on ne connait pas cette info. On passe par des émotions telles que la peur, la colère et l'angoisse. C'est là que l'humour est d'une importance capitale, non pas pour minimiser les conséquences, mais pour prendre du recul et s'autoriser à souffler."- Brice JohnerVous pouvez retrouver Brice sur LinkedIn : Brice JohnerEt son site KOOL : Mettre l'écologie à l'agenda, c'est KOOL
  • 25. #25 [Hors série] Quels sont les codes du design militant ? Avec Thomas Defossez

    41:33
    Y a-t-il des similitudes graphiques au sein des organisations engagées ? Existe-t-il des éléments de design efficaces pour transmettre des messages forts ? Pour répondre à ces questions, Thomas Defossez, designer de l’agence Badsender a procédé à une pige d’identité visuelle de 45 organisations que ce soit dans le domaine de l’écologie, du social, de la liberté d’information, de la politique, et même du retail. Il nous présente son analyse et ses conclusions.Premier hors série de l’année avec la bande audio d’un live organisé par Badsender le 8 février 2024. Si vous voulez avoir l’image, rendez-vous sur la chaîne Youtube de Badsender : https://www.youtube.com/watch?v=DKbGo85mHvM
  • 24. #24 Alexane Renaut, fondatrice de Com on the moon et CMO de Bedycasa

    50:44
    En décembre, j'ai eu la chance de croiser la route d'Alexane Renaut. Alexane est une jeune et talentueuse entrepreneure. Elle mène de front une agence de communication, une vie de podcasteuse, elle est CMO de Bedycasa, mais aussi prof de yoga (et de communication). Bref, Alexane s'embarque dans 10 000 aventures, toujours avec une pêche d'enfer !"Le mot authenticité, il est présent par exemple dans mon slogan, mais ce n'est pas pour faire joli. En fait, c'est parce que je trouve que c'est hyper important." – Alexane RenautDans cet épisode de notre podcast "Sobriété et Marketing", nous abordons le parcours personnel et professionnel d'Alexane. Nous parlons de communication éthique et responsable, de bien-être, de développement personnel. Alexane nous explique comment elle intègre le yoga dans son parcours professionnel, des défis du passage du statut de salariée à celui d'entrepreneure, de l'importance de l'authenticité, de la passion et de l'alignement des valeurs dans la vie professionnelle."Je me suis rendu compte que j'en avais vraiment besoin de me reconnecter à la nature et à l'essentiel et de me dire : 'Bon, ok, il y a une vie de travail, mais aussi il y a ta vie. Tu dois apprendre à te connaître, à t'accepter, à te comprendre pour mieux travailler avec les autres finalement, et avoir des relations plus saines.'" – Alexane RenautRetrouvez le site de Com on the Moon : https://www.comonthemoon.com/Et Alexane sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/alexanerenaut/Liste des références citées pendant le podcast : Bedycasa, Team for the PlanetMusique d’intro : Wind in the Cherry Trees, Vantyze, https://www.vantyze.com/
  • 23. #23 Paul Charon, co-fondateur d'OMAJ

    54:40
    Peu de temps après le Black Friday, j'ai été captivé par un post sur LinkedIn de Paul Charon, co-fondateur d'OMAJ. Dans ce post, Paul expliquait le dilemme que le Black Friday posait aux marques engagées. Ses propos ont suscité ma curiosité, et après quelques échanges, j'ai eu l'occasion d'interviewer Paul pour notre podcast "Sobriété et Marketing".Dans cet épisode, Paul partage avec nous sa prise de conscience personnelle quant à l'impact des CSP+ (catégorie socioprofessionnelle supérieure). Il évoque également la dissonance cognitive professionnelle qui l'a conduit, en collaboration avec Marine Daul Mernier, à créer OMAJ. OMAJ est une plateforme de vente de vêtements de seconde main qui s'efforce de rendre l'expérience utilisateur aussi fluide et attrayante que l'achat de produits neufs, en mettant l'accent sur l'excellence du service aussi bien côté vendeur qu’acheteur.Nous abordons ensuite un sujet délicat mais crucial : l'essor des vêtements de seconde main au cours des dernières années, qui semble faire de l'ombre aux associations caritatives comme Label Emmaüs. Paul en est conscient et explique les mesures mises en place par OMAJ pour éviter de concurrencer de manière négative ces associations. OMAJ est une entreprise à mission, qui a des objectifs qui vont au-delà du simple profit financier. Et l’un de ces objectifs est de promouvoir des modes de consommation responsables en évitant leurs potentiels dérives.Paul partage également avec nous l'expérience d'OMAJ lors du Black Friday et des soldes en général. Peut-on être une entreprise engagée et participer au Black Friday ? Cela nuit-il à l'image de marque ? Il nous explique le concept du Dilemme Friday et des soldes libres. Comment et pourquoi ils ont pris cette décision, ainsi que les résultats obtenus.Nous discutons enfin de l'entreprise à mission, de sa raison d'être, de son impact sur les investisseurs et de la manière dont cela se traduit dans la feuille de route de l'entreprise, ainsi qu’au quotidien dans la production de contenu.J’espère que cet épisode vous plaira !
  • 22. #22 Timothée Saumet, Chief Impact Officer chez Efalia

    52:32
    Il y a quelques semaines, j’ai été interpellé par un post LinkedIn de Timothée Saumet, Chief Impact Officer chez Efalia. Dans ce post, Timothée relatait une conférence qu’il avait donnée et durant laquelle il avait été contredit lorsqu’il affirmait que l’on ne pouvait pas se contenter des “petits pas”. J’ai trouvé le propos très direct et bien formulé, et quelques échanges plus tard, Tim se retrouvait interviewé dans notre podcast “Sobriété et Marketing”.Dans cet épisode, nous revenons en long et en large sur le rôle des entreprises dans la transition écologique et sociale. Nous avons un peu moins parlé de marketing et de communication responsable que d’habitude, mais dans le même temps, si une entreprise n’est pas alignée dans ses plus hautes sphères, le marketing et la communication ne peuvent pas faire grand chose."Faire les choses bien, c'est une chose, mais ensuite, il faut vraiment le faire savoir pour que tout le monde puisse se mettre en mouvement.” - Timothée SaumetTimothée partage son parcours professionnel et son rôle en tant que Chief Impact Officer chez Efalie. Il met en avant son engagement actif dans des actions environnementales et sociétales au sein de l'entreprise. Il nous parle de son engagement associatif. Il souligne l'importance d’une communication transparente et chiffrée pour sensibiliser les collaborateurs et montrer l'impact réel des actions RSE.Timothée nous exprime aussi sa colère envers le greenwashing et insiste sur le besoin d’authenticité et de transparence dans la communication des actions RSE."C'est le jeu de reconnaître les choses qu'on ne fait pas bien. Il est important d'avoir ces retours d'expérience pour pouvoir expliquer à nos pairs ce que nous avons fait de bien et ce que nous avons fait de moins bien.”- Timothée SaumetEn conclusion, Timothée nous encourage à agir de manière positive pour sensibiliser et convaincre, soulignant que le partage équitable de la valeur est un sujet crucial pour progresser vers des pratiques entrepreneuriales durables.Retrouvez le site de Efalia : https://www.efalia.com/Liste des références citées pendant le podcast : PatagoniaMusique d’intro : Wind in the cherry trees, Vantyze, https://www.vantyze.com/