Poulain Raffûte

Partager

Lenaïg Corson: "Ne plus parler de l'équipe de France féminine, c'est difficile à vivre"

Cette semaine, place aux femmes. Et une femme en particulier : voici Lenaïg Corson, joueuse internationale du Stade Français ! Née à Paimpol, une petite bourgade de Bretagne, et après avoir été heptathlonienne dans sa jeunesse, notre invité commence le rugby sur le tard au Stade Rennais Rugby en 2009. Elle connaîtra sa première sélection avec le XV de France en 2012 puis avec l'équipe de France à 7 jouant tantôt 2e ligne tantôt ailière.


Joueuse athlétique, elle fait partie de ces femmes qui ont popularisé le rugby féminin ces 10 dernières années avec notamment une montée en puissance et des résultats face aux Anglaises et aux All-Blacks qui positionne l'équipe de France dans le trio de tête des équipes mondiales.


Et pourtant, malgré de très bons résultats, malgré ce vent de fraîcheur féminin face à un rugby masculin gangréné par des guerres d'égo et des résultats décevants de l'équipe de France ces dernières années, malgré un rugby de mouvement et un état d'esprit collectif de battantes qui te fait lever de ton canapé et courir dans ton salon aux côté des Trémoulières, des Julie Aneyry, des Safi N'Diaye et autres soeurs Ménager, et bien non, le rugby féminin reste encore l'enfant pauvre de notre sport et c'est bien dommage...


Alors c'est avec un énorme plaisir que je reçois Lenaïg pour nous parler de son rugby, de ses actions sur et en dehors du terrain pour faire évoluer son sport qui mérite sa place au soleil, aux côtés des hommes et non plus derrière eux. Problème sociétal, me direz-vous, c'est à nous de jouer pour faire évoluer les mentalités et c'est ce que j'espère faire en invitant une joueuse rugbywoman dans Poulain Raffûte. Parce que la femme n'est plus l'avenir de l'homme mais bien son présent !

Plus d'épisodes

9/27/2022

Giovanni Habel Küffner : "J'aimerais porter le maillot bleu face aux Blacks le 8 septembre 2023"

Épisode 5 de cette nouvelle saison avec un nouveau format. Accompagné d’Arnaud Beurdeley, journaliste du Midi Olympique, Raphaël Poulain reçoit Giovanni Habel Küffner, 3e ligne du Stade Français, après avoir décortiqué l’actualité du rugby.Dans la première partie de ce podcast, Raphaël Poulain revient sur la lourde mais courageuse décision d'arrêter Bernard Le Roux pour les six prochains mois en raison d'une commotion cérébrale décelée après un coup reçu à la tête lors du match du Racing contre Lyon. (01:15)L'invité de la semaine à découvrir est donc Giovanni Habel Küffner, nouveau 3e ligne du Stade Français, d'origine néo-zélandaise, samoane et allemande, avec un prénom à consonnance italienne et une vie française après être issue de la filière JIFF : une vraie "salade de fruits" pour reprendre ses termes. S'il a débarqué à Paris cette saison, il a lancé sa carrière professionnelle en France dans la Section paloise il y a 7 ans quand il avait 20 ans. (03:23)En fin de podcast, Raphaël Poulain reviendra sur l'actualité du rugby autour du Racing 92 et de la nomination de Stuart Lancaster à la tête de l'équipe première la saison prochaine, de Guy Novès et enfin du LOU de Xavier Garbajosa. (26:07)Bienvenue dans Poulain Raffûte et bonne écoute !Emission concoctée par Raphaël Poulain, raffûteur en chef, et Arnaud Beurdeley, journaliste reporter au Midi-Olympique, et réalisée par Sébastien Petit, journaliste pour Eurosport.Ecoutez d'autres épisodes :Baptiste Serin : "J'ai l'étiquette du challenger, mon objectif est de revenir en équipe de France"Joe Rokocoko : "Mon cœur balance désormais entre la France et les All Blacks"
9/20/2022

Plisson, le prodige secoué n’a rien lâché : "Je ne changerais ce que j’ai vécu pour rien au monde"

Épisode 4 de cette nouvelle saison avec un nouveau format. Toujours accompagné d’Arnaud Beurdeley, Raphaël Poulain vous sert sur un plateau son humeur du jour avant de recevoir un invité eu deuxième partie, et pour terminer Raphaël et Arnaud décortiqueront l’actualité du rugby.Dans la première partie de ce podcast, Raphaël Poulain s’interroge sur ce qui fait encore courir les "mecs exceptionnel(s)" qui jouent toujours en pro’ à près de quarante ans. Et il le fait avec admiration.Le cœur de l’émission est consacré à Jules Plisson, invité du jour. Ancien n°10 du Stade Français, qui a connu le XV de France, Plisson (31 ans) est "à la relance" avec l’ASM Clermont Auvergne. Son passage à La Rochelle (2019-2022) a été couronné de succès, collectivement, mais pas d’une grande réussite individuelle. Il revient dans cette discussion sur sa capacité à se relever des mauvaises passes, mais aussi sur une tonne de bons moments vécus dans le club parisien. En fin de podcast, Raphaël Poulain vous parle de rugby féminin, à l’approche de la Coupe du monde (qui débute le 8 octobre prochain)… puis de ses craintes concernant la Coupe du monde 2023, pour les Bleus cette fois. Gare aux blessures. Il revient également sur le retour à la compétition d’un "héros des temps modernes" : Mathieu Bastareaud. Bonne écoute.Emission concoctée par Raphaël Poulain, raffûteur en chef, et Arnaud Beurdeley, journaliste reporter au Midi-Olympique, et réalisée par Simon Farvacque, journaliste pour Eurosport.Ecoutez d'autres épisodes :Baptiste Serin : "J'ai l'étiquette du challenger, mon objectif est de revenir en équipe de France"Joe Rokocoko : "Mon cœur balance désormais entre la France et les All Blacks"
9/13/2022

Joe Rokocoko : "Mon coeur balance désormais entre la France et les Blacks"

Épisode 3 de cette nouvelle saison avec un nouveau format. Toujours accompagné d’Arnaud Beurdeley, Raphaël Poulain nous sert sur un plateau son humeur du jour avant de recevoir un invité prestigieux eu deuxième partie, et pour terminer Raphaël et Arnaud décortiqueront l’actualité du rugby : Mermoz, la Coupe du monde qui s'annonce dans un an ou encore la belle victoire de Bayonne face au Racing.Pour ce troisième épisode de la saison, Raphaël Poulain accueille une légende du rugby mondial : Joe Rokocoko. Tenez-vous bien : 68 sélections avec les All Blacks et 46 essais ! Aujourd'hui entraîneur des espoirs du Racing 92, il accepte de parler à coeur ouvert de la France, de sa nouvelle mission à Paris et bien sûr des Blacks.Pour Raphaël, Rokocoko, c'est cette pirouette géniale face à l’Italie en Coupe du monde mais aussi de ses plongeons si spéciaux dans l’enbut avec ce sourire figé sur son visage. C'est un joueur hors-normes, capable avec ses 100 kilos de la jouer en frontal mais surtout dans l’évitement cherchant constamment l’intervalle comme nos ailiers de poches. Il est dans la lignée tout aussi spectaculaire d’un Jonah Lomu ou un Christrophe Dominici, un mixte des deux, bref une légende...Bienvenue à tous dans Poulain Raffûte, bonne écoute !Emission concoctée par Raphaël Poulain, raffûteur en chef, et Arnaud Beurdeley, journaliste reporter au Midi-Olympique, et réalisée par Sébastien Petit, journaliste pour Eurosport.Ecoutez d'autres épisodes :Baptiste Serin : "J'ai l'étiquette du challenger, mon objectif est de revenir en équipe de France"Philippe Saint-André : « Le rugby français s’est identifié à notre équipe"