Poulain Raffûte

Partager

Jérôme Fillol: "Porter le maillot toulousain devant mon grand-père agenais, ça m'a toujours fait rire"

On a tous dans nos contacts et surtout dans nos souvenirs ces mecs qui nous marquent dans notre cher rugby. Des mecs qui attachent et qui accrochent, les indéboulonnables de l’amitié, toujours au soutien sur et en dehors du terrain, les fidèles parmi les fidèles. Ceux qui, en un quart de seconde et en un fou rire au téléphone, peuvent te faire traverser la France pour des retrouvailles et une bringue efficace en pleine semaine de boulot. Bref ceux qui savent, qui sentent et qui sont là.


Je vous mets au défi de ne pas en trouver un dans vos répertoires. Perso, je pourrais vous citer toutes celles et ceux qui, grâce au rugby, m'ont permis de grandir et d'affronter la vie : il y a les Luc, les Pierre, les Salim, les Eugénie, les Norbert, les Rodolphe, les Topher, les Nani... et au milieu de cette liste infinie, il y a Jérôme Fillol. Presque 20 ans d’amitiés.


Biberonné au rugby, enfant de la balle ovale, tout n’a pas été rose pour la belette et pourtant il a l’un des plus beaux palmarès du rugby français et une belle reconversion. Il faut dire qu'il n’a pas dormi et a su anticiper l’après.


Formé à Agen passé par Toulouse, puis au Stade Français, il s'expatriera quelques saisons au Racing avant de finir sur un titre en 2015 avec le Stade Français. Cinq boucliers de Brennus, autant de clubs et 17 ans de carrière plus tard, le voilà, à bientôt 44 ans, père de deux garçons, et gérant de deux enseignes à Bordeaux : La Belle Saison et O Bureau.


Fils et petit-fils de rugbyman, il a plusieurs fois porté le maillot des Baabaas dont le grand-père, Guy Basquet, était l’un des créateurs. Je pourrais vous écrire un livre sur l’animal tellement j’ai de belles anecdotes sur lui, sur nous mais, comme on le dit toujours, tout ce qui est dans le rugby reste dans le rugby... Alors autant entrer tout de suite dans le vif du sujet.


Bienvenue Mila dans Poulain Raffûte... et bonne écoute !


Emission concoctée par Raphaël Poulain, raffûteur en chef, et Arnaud Beurdeley, journaliste reporter au Midi-Olympique, et réalisée par Sébastien Petit, journaliste pour Eurosport.


Ecoutez d'autres épisodes :


Kevin Gourdon : "Je suis super excité par cette nouvelle vie qui m'attend"


Jérémy Clamy-Edroux : "Peu importe le jugement des gens, ma seule crainte, c'était celui de mon père"


Hugo Bonneval : "Je n'ai pas la force mentale de me dire que ma carrière est finie"


Gillian Galan : "J’aimerais faire un match d’adieu avant de passer à une nouvelle vie"


Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.


Retrouvez tous les podcasts d'Eurosport ici

Plus d'épisodes

6/27/2022

La fierté d'Alexandre Ruiz : "Montpellier a fait taire quelques mauvaises langues"

Ce lundi, Olivier Azam devait participer au podcast animé par Raphaël Poulain et Arnaud Beurdeley… mais un titre de champion de France, cela se fête ! D’où son forfait de dernière minute. Alexandre Ruiz, lui aussi sacré en tant que membre du staff du MHR vendredi, l’a remplacé au pied levé. L’ancien arbitre avait déjà participé à l'émission, l'an passé. Il parle de son rôle et du triomphe montpelliérainRuiz revient sur la finale remportée par Montpellier face à Castres, vendredi, et la bringue qui a suivi (2:51). Un élément clef dans ce succès : l'esprit de "revanche" qui a animé tous les coaches du MHR (7:39).Son passé d'homme au sifflet est bien derrière lui. Il appuie là-dessus, précisant qu'il n'est pas seulement là pour gérer l'aspect "discipline" de la préparation des joueurs (8:40).Alexandre Ruiz présente aussi sa double casquette : dimanche, il a aussi failli être champion de France... en Honneur, dans le club de Sète, qu'il entraîne (11:06).Le coach de 35 ans livre également son regard sur la critique, et le recul qu'il estime devoir prendre, par rapport aux réseaux sociaux notamment (28:28). Bonne écoute !Emission concoctée par Raphaël Poulain, raffûteur en chef, et Arnaud Beurdeley, journaliste reporter au Midi-Olympique, et réalisée par Simon Farvacque, journaliste pour Eurosport.Ecoutez d'autres épisodes :Pierre Rabadan : "Je m'implique dans mes nouvelles activités avec les mêmes intensité et volonté que sur le terrain"Fulgence Ouedraogo : "J'ai du mal à m'y faire et à l'admettre, une grande page de ma vie va s'arrêter"Jérôme Fillol: "Porter le maillot toulousain devant mon grand-père agenais, ça m'a toujours fait rire"Vous pouvez réagir à cet épisode surnotre page Twitter.Retrouvez tous lespodcasts d'Eurosport ici
6/21/2022

Léo Coly : "Le Stade Montois a su se faire aimer de nouveau par Mont-de-Marsan"

Nous avons tous suivi (surtout notre confrère Olivier Canton) le parcours stratosphérique de Mont-de-Marsan cette annéeet nous avions tous aussi prédit au coin du bar ou sur nos canapés la montée de ce club jaune et noir en Top 14. Raté.Tous les ingrédients étaient réunis pour que la fête soit belle: un public de fou, une bande de potes avec ce grain de folie qui fait les grandes équipes, de la jeunesse, de l’expérience, Julien Tastet, Rémi Talès faisant partie du staff et issus du club, une saison record et quelques déguisements qui prouvaient que le groupe vivait bien et pourtant c’est bel et bien à la fin du bal qu’on paye les musiciens...Le club landais n’a pas été récompensé de cette saison. Qu’elles sont dures et tragiques parfois ces phases finales. Injustes même, au vu de la manière dont Mont-de-Marsan à rouler sur la Pro D2... mais c’est le sport ! Quand on dit que cette Pro D2 est rude, âpre, engagée, compliquée, elle permet aussi d’être une pépinière de talents, un vivier de jeunes pousses qui s’aguerrissent dans le dur pour venir un jour côtoyer le très haut niveau. C’est le cas de Léo Coly numéro 9 de cette équipe et futur espoir du rugby français. C’est la révélation de cette saison et le futur numéro 9 de Montpellier !C’est déjà un joueur bien expérimenté malgré son âge : 22 ans! Alors comment ce jeune né à Rennes et ayant découvert le rugby à Biscarosse est devenu champion du monde en 2019 et surtout le titulaire indiscutable de ce club mythique? Comment a-t-il vécu la montée en puissance de son club cette saison et cette notoriété grandissante?Bienvenue dans Poulain Raffûte !Emission concoctée par Raphaël Poulain, raffûteur en chef, et Arnaud Beurdeley, journaliste reporter au Midi-Olympique, et réalisée par Sébastien Petit, journaliste pour Eurosport.Ecoutez d'autres épisodes :Pierre Rabadan : "Je m'implique dans mes nouvelles activités avec les mêmes intensité et volonté que sur le terrain"Fulgence Ouedraogo : "J'ai du mal à m'y faire et à l'admettre, une grande page de ma vie va s'arrêter"Jérôme Fillol: "Porter le maillot toulousain devant mon grand-père agenais, ça m'a toujours fait rire"Vous pouvez réagir à cet épisode surnotre page Twitter.Retrouvez tous lespodcasts d'Eurosport ici
6/14/2022

Yannick Bru : "Nulle part ailleurs j'avais senti de telles marques d'amour et j'ai retrouvé la force de repartir"

Que c’est bon ces phases finales ou les masques tombent enfin les soirs de victoires.On peut enfin se lâcher, larguer la pression, décompresser et laisser apparaître un sourire de soulagement qui en dit long sur ces saisons longues, dures et intenses.La particularité de Yannick Bru, quand il célèbre la victoire finale, ce sont les bras en l’air cherchant l’accolade et ce sourire de gosse qui réapparaît enfin après toutes ces semaines, ces mois de stress. Et il les a souvent levés les bras en tant que joueur, entraineur et manager ! Je ne vous fais pas l’historique de son palmarès, ça serait presque indécent tellement l’armoire dégueule de trophées chez Yannick.Non, au-delà de cette réussite encore marquée par ce titre de champion de ProD2 et cette montée en Top 14, ce qui est marquant chez ce monsieur c’est sa fidélité, son engagement et sa combativité. Souvenez-vous ces droites partagées généreuses avec Mathieu Blin et David Auradou entre autres.Fidélité parce que nous avons reçu Jeff Dubois il y a quelques semaines qui a encore formé un super duo ou l’amitié prime et les valeurs sont partagées. J’avais senti lors de notre échange une vraie fierté et une joie non dissimulée lorsqu’on lui a parlé de toi, Yannick, et de votre duo. Ce qui prouve que des amitiés sincères peuvent nous faire faire de jolis voyages peu importe la destination même si c’est toujours plus agréable de partir le cul assis sur un bouclier.Bienvenue Yannick Bru dans Poulain RaffuteEmission concoctée par Raphaël Poulain, raffûteur en chef, et Arnaud Beurdeley, journaliste reporter au Midi-Olympique, et réalisée par Hadrien Hiault, journaliste pour Eurosport.Ecoutez d'autres épisodes :Pierre Rabadan : "Je m'implique dans mes nouvelles activités avec les mêmes intensité et volonté que sur le terrain"Fulgence Ouedraogo : "J'ai du mal à m'y faire et à l'admettre, une grande page de ma vie va s'arrêter"Jérôme Fillol: "Porter le maillot toulousain devant mon grand-père agenais, ça m'a toujours fait rire"Vous pouvez réagir à cet épisode surnotre page Twitter.Retrouvez tous lespodcasts d'Eurosport ici