NO FILTER

9/4/2020

NO FILTER #13 « On a commencé par recevoir des morts et des mourants »

Saison 3, Ép. 13
Yémen, 2020. Comment faire face au coronavirus dans l’un des pays les plus difficiles d’accès, en guerre, en période de pandémie et sans moyen de transport ? Caroline et son équipe jusqu’au-boutiste vont y parvenir au prix de négociations intenses. Deux centres sont ouverts, l’un à Sanaa dans le nord, l’autre à Aden dans le sud : les malades arrivent à bout de souffle.Un peu de contexteDepuis l’intervention d’une coalition internationale menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis contre les Houthis en mars 2015, le conflit au Yémen s’est étendu, entraînant une crise de grande ampleur pour la population. Médecins Sans Frontières est un des rares acteurs humanitaires présents dans ce pays où l’accès est extrêmement restreint.MSF a traité 14 370 cas de malnutrition entre mars 2015 et octobre 2018, dans les gouvernorats de Hajjah, Saada, Amran, Ibb et Taiz. Dans les zones dans lesquelles MSF travaille, la malnutrition touche en premier lieu les enfants ayant des pathologies associées.En avril 2020, le premier cas de coronavirus est déclaré au Yémen. Le centre de traitement Covid-19 géré par MSF à Aden est la seule structure dédiée de tout le sud du Yémen. Cependant, beaucoup de patients arrivent trop tardivement pour être soignés et cela, ajouté au manque de personnel et d’équipements, ce qui a conduit à une nette hausse de la mortalité, bien supérieure à ce qiui a pu être observé par nos équipes avec d’autres maladies. Outre l’arrivée de nombreux patients dans un état critique, un autre problème se pose également : un grand nombre de soignants parmi les malades, y compris au sein du personnel de santé de MSF.En savoir plusQui sommes-nous ?Médecins Sans Frontières est une association médicale humanitaire internationale, créée en 1971 à Paris par des médecins et des journalistes. Depuis près de cinquante ans, Médecins Sans Frontières apporte une assistance médicale à des populations dont la vie ou la santé sont menacées, en France ou à l’étranger : principalement en cas de conflits armés, mais aussi d'épidémies, de pandémies, de catastrophes naturelles ou encore d'exclusion des soins.Suivez-nous aussisurFacebookInstagramTwitterLinkedinCréditsNO FILTER Un podcast de Médecins Sans Frontières qui vous embarque dans notre quotidien d’humanitaires. Une nouvelle voix chaque saison, des récits de terrain personnels et sans détour.Sound design : Christophe RémyIllustration : Jean Mallard
9/4/2020

NO FILTER #12 « Ce genre de journée où rien ne marche »

Saison 3, Ép. 12
Soudan du Sud, 2008. Ouvrir un programme de chirurgie à Aweil, tenter d’ouvrir une malle d’urgence avec une clé de voiture, finir à l’arrière d’un pick up, sous la pluie, en direction d’un hôpital inondé, et réussir en quelques mois à prendre en charge 5 000 enfants malnutris.Un peu de contexte 2008 : Ouverture d'un projet de soins secondaires et hospitaliers de MSF à Aweil dans la région Bah El Ghazal du Nord2011 : Indépendance du Soudan du Sud après l'organisation d'un référendum.2013 : Affrontements entre groupes armés dans la capitale Juba, en décembre. Le conflit qui oppose depuis 2013 l’armée sud soudanaise à des groupes d’opposition a provoqué le déplacement de plusieurs millions de Sud-Soudanais. Ils vivent dans la peur des affrontements et des exactions, avec très peu d’accès aux soins de santé.De nombreux habitants du Soudan du Sud ont fui vers les pays frontaliers, la République démocratique du Congo, l’Ethiopie, le Soudan, le Kenya et plus particulièrement l’Ouganda. En novembre 2016, soit quelques mois après les combats violents qui ont eu lieu à Juba la capitale, ils étaient près de 2 000 par jour à fuir les exactions et les violences. Les camps de réfugiés, comme celui de Bidibidi dans le district Yumbe, en Ouganda,ont rapidement atteint leur capacité maximale et on compte plus d’un million de réfugiés sud-soudanais dans le pays (HCR, 2018).En savoir plusQui sommes-nous ?Médecins Sans Frontières est une association médicale humanitaire internationale, créée en 1971 à Paris par des médecins et des journalistes. Depuis près de cinquante ans, Médecins Sans Frontières apporte une assistance médicale à des populations dont la vie ou la santé sont menacées, en France ou à l’étranger : principalement en cas de conflits armés, mais aussi d'épidémies, de pandémies, de catastrophes naturelles ou encore d'exclusion des soins.Suivez-nous aussisurFacebookInstagramTwitterLinkedinCréditsNO FILTER Un podcast de Médecins Sans Frontières qui vous embarque dans notre quotidien d’humanitaires. Une nouvelle voix chaque saison, des récits de terrain personnels et sans détour.Sound design : Christophe RémyIllustration : Jean Mallard
9/4/2020

NO FILTER #11 « Lampe à pétrole et kétamine »

Saison 3, Ép. 11
Darfour, 2006. C’est la première mission de Caroline : au milieu des camps de déplacés, elle va gérer un centre médical et faire face à une épidémie de choléra. C’est dans le désert, à la lampe à pétrole, qu’elle et son équipe sauvent la vie de quatre personnes, blessées par balle. Direction le Djebel Marra.Un peu de contexte MSF intervient au Soudan depuis 1979. Actuellement, l'organisation gère trois hôpitaux au Darfour du Nord et un au Darfour-Occidental, et soutient les réfugiés du Soudan du Sud dans le Darfour-Oriental. MSF assiste également deux hôpitaux dans l'État du Nil Blanc pour venir en aide à la population soudanaise locale et aux réfugiés du Soudan du Sud. Dans l'État d'Al Qadarif, au Soudan, MSF mène un projet de traitement et de recherche sur la leishmaniose viscéraleEn savoir plusQui sommes-nous ?Médecins Sans Frontières est une association médicale humanitaire internationale, créée en 1971 à Paris par des médecins et des journalistes. Depuis près de cinquante ans, Médecins Sans Frontières apporte une assistance médicale à des populations dont la vie ou la santé sont menacées, en France ou à l’étranger : principalement en cas de conflits armés, mais aussi d'épidémies, de pandémies, de catastrophes naturelles ou encore d'exclusion des soins.Suivez-nous aussisurFacebookInstagramTwitterLinkedinCréditsNO FILTER Un podcast de Médecins Sans Frontières qui vous embarque dans notre quotidien d’humanitaires. Une nouvelle voix chaque saison, des récits de terrain personnels et sans détour.Sound design : Christophe RémyIllustration : Jean Mallard
9/4/2020

NO FILTER #10 « Rencontrer Ben Laden »

Saison 3, Ép. 10
Côte d’Ivoire, 2011. Caroline rentre d’Haïti, où un séisme a fait plus de 200 000 morts en début d’année. Elle file directement à Abobo, un quartier d’Abidjan. La ville est alors en proie à de violents combats. Elle y découvre une file d’attente de plus de 5 000 personnes devant l’hôpital, qui verra naître des centaines de bébés au milieu des affrontements.Un peu de contexte A partir du 28 février 2011 , les équipes de MSF sont intervenues dans les quartiers Nord d'Abidjan pour répondre aux urgences médicales et à l'afflux de blessés survenus au moment des combats. Mais à la fin du mois d'avril 2011, le niveau de violence a toutefois chuté et le personnel de santé a progressivement repris ses activités dans les hôpitaux d'Abidjan. Si des difficultés persistaient, le ministère de la Santé disposait des ressources humaines nécessaires à la poursuite des activités médicales.En savoir plus sur nos activités actuelles en Côte d'IvoireQui sommes-nous ?Médecins Sans Frontières est une association médicale humanitaire internationale, créée en 1971 à Paris par des médecins et des journalistes. Depuis près de cinquante ans, Médecins Sans Frontières apporte une assistance médicale à des populations dont la vie ou la santé sont menacées, en France ou à l’étranger : principalement en cas de conflits armés, mais aussi d'épidémies, de pandémies, de catastrophes naturelles ou encore d'exclusion des soins.Suivez-nous aussisurFacebookInstagramTwitterLinkedinCréditsNO FILTER Un podcast de Médecins Sans Frontières qui vous embarque dans notre quotidien d’humanitaires. Une nouvelle voix chaque saison, des récits de terrain personnels et sans détour.Sound design : Christophe RémyIllustration : Jean Mallard