CYEK - LE PODCAST

Partager

CHRISTIAN AGBOBLI... au micro de CYEK

Saison 2020, Ép. 6

Le 13 juillet 2020, Christian Agbobli occupera le fauteuil de vice-recteur à la Recherche, à la création et à la diffusion de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Une nomination survenue le 30 avril dernier à la suite du CA de ladite université.


Premier neoquébécois d'origine africaine à occuper un tel poste au sein d'une université francophone québécoise, détenteur d’un doctorat en communication du programme conjoint de l’UQAM, de l’Université Concordia et de l’Université de Montréal, Christian Edem Kokou Agbobli est professeur au Département de communication sociale et publique depuis 2006 et assume depuis 2017 la direction de ce département à l'UQAM. De 2013 à 2014, il a exercé les fonctions de vice-doyen à la recherche et à la création à la Faculté de communication; dirigé par intérim le programme de doctorat en communication en 2013; et assumé de 2010 à 2013 les responsabilités de directeur de l’unité de programmes de 2e cycle en communication.


Professeur titulaire, spécialiste de la communication internationale et interculturelle, titulaire depuis 2018 de la Chaire UNESCO en communication et technologies pour le développement et membre honoraire de l’Association internationale des Études et Recherches sur l’information et la communication, Christian Agbobli parle de son parcours, de sa nouvelle mission et plus... Au micro de Cyrille Ekwalla.

Plus d'épisodes

10/6/2020

NOUR FARHAT... au micro de CYEK

Saison 2020, Ép. 8
Figure montante et médiatique du barreau du Québec, l'avocate montréalaise Nour Farhat a fait la Une des medias québécois il y a quelques mois lorsqu'elle a fait une lettre ouvert au Premier ministre du Québec, François Legault, l'accusant presque d'avoir "briser ses rêves". Le coupable ? La loi 21 dite loi sur la laicité de l'État. Aux yeux de cette jeune avocate, musulmane et portant le hijab, la loi 21 a pour conséquence : " ... non seulement (qu')une personne portant un signe religieux ne pourra exercer la fonction de juge ou de procureur de la Couronne, elle ne pourra exercer la fonction d’avocat dans les différents ministères québécois ou aux bureaux régionaux de l’aide juridique, ni occuper le poste de greffier d’une cour municipale, par exemple.". Et d'ajouter " (qu') Il s’agit là d’un véritable obstacle à l’accès à l’emploi des avocates et avocats appartenant à des minorités religieuses. " Depuis, je caresse le rêve de devenir procureure de la Couronne. Pour y parvenir, je complète présentement des études de cycles supérieures en droit criminel et pénal.". Aujourd'hui, Nour Farhat défend " un client" qui a esté en justice contre cette loi, qui au demeurant la concerne elle-même : " Or, je suis une jeune avocate qui porte le voile et le projet de loi 21 fait obstacle à mes rêves et ambitions et ce, sur la base de mes croyances religieuses."Comment gère-t-elle cette situation ? Cette question est le prétexte choisi par Cyrille Ekwalla pour avoir une conversation avec cette femme déterminée et engagée.(c) NeoQuébec - Octobre 2020