Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

Partager

Florence et Marion: Mamans sans enfant

Saison 3, Ép. 6
Le 15 octobre est une date à retenir, comme beaucoup me direz-vous! Quelle date n’est pas une journée mondiale de quelque chose maintenant. Chaque cause, des plus dérisoires aux plus sérieuses sont célébrées sur le calendrier. Mais le 15 octobre est la journée mondiale de la sensibilisation au deuil périnatal. Dans un podcast qui parle de parentalité, même si cette parentalité a une composante extra-ordinaire, je ne peux pas ne pas traiter du deuil périnatal car il ne nous épargne pas, hélas, quand bien même nos grossesses sont si précieuses car issues d’une PMA, d’une GPA, ou d’une insémination artisanale, en bref d’un parcours long et tortueux.
Cette année encore j’ai souhaité vous faire écouter un témoignage, celui de Florence et Marion, pour affirmer et reconnaître leur parentalité, pour faire exister leur petit Ambroise aux yeux de nous tous, et non pas seulement à ceux de leur cercle proche. Par leur histoire je souhaite véhiculer et faire parler du deuil perinatal, légitimer les familles, leur donner un espace dans lequel elles se reconnaissent et se sentent entourées. Je sais que vous allez me dire, qu’écouter cet épisode et le suivant, vous semble trop difficile, trop engageant émotionnellement, c’est le cas et j’en ai conscience, mais c’est aussi ainsi que vous affirmerez l’existence d’Ambroise et que vous sensibiliserez à votre tour autour du deuil Périnatal. Florence lève le voile sur les difficultés qu’elles rencontrent, devant l’absence de reconnaissance de leur fils et devant la douleur des autres qui les empêche de parler de leur bébé et sur les maladresses à éviter face à des personnes touchées par ce deuil la. Elle nous fait aussi quelques confidences sur leur chemin de vie et les projets qui les animent pour avancer, sur la solidarité incroyable des réseaux sociaux qui les a tant soutenu ces derniers temps .
Cet épisode sera suivi, lundi prochain, du témoignage de Marion sur l’après, sur le comment on surmonte la perte d’un enfant soi même et au sein du couple, un témoignage qui m’a ému et touché en plein cœur.
Florence et Marion vous le savez mais je vous le redis, j’ai fait de belles rencontres grâce à Instagram, vous en faites partie et j’ai vraiment hâte de notre rencontre.
Encore merci pour votre confiance.

Cet épisode a été enregistré il y a un peu plus de 3 semaines, nous y évoquons une cagnotte qui a été complétée très rapidement après. Alors que Léa a demandé le versement de la somme sur le compte de Florence et Marion, Leetchi, le collecteur de la cagnotte, a décidé arbitrairement que le motif de la cagnotte contrevenait aux lois françaises et qu’ils rembourseraient les sommes perçues aux contributeurs. Pour certains c’est à ce moment là que vous avez dû découvrir l’histoire de Florence et Marion. Nous avons fait du bruit, et il en aura fallu pour que Leetchi s’excuse et prenne en charge le montant déjà remboursé de la cagnotte, pour le reverser à Florence et Marion. Bien des péripéties dont elles n’avaient pas besoin! Le motif d’annulation de la cagnotte était l’illégalité des PMA à l’étranger pour les couples de femmes alors même que des cagnottes pour les mêmes motifs étaient versées à des couples hétérosexuels. Je vous laisse juger du niveau d’information de ce site de cagnotte en ligne. La PMA a l’étranger est reconnue et légale depuis 2013 puisqu’elle nous permet l’adoption de nos enfants. Enfin ce n’est pas à vous que je vais apprendre cela.

----------------------------------


Musique de cet épisode:

Josh Woodward I'll be right behind you Joséphine

Plus d'épisodes

11/22/2021

Nathan et Jean Baptiste: L'adoption, une histoire de famille

Saison 3, Ép. 11
J’aime beaucoup vous proposer des épisodes sur l’adoption. Pourquoi? Parce que je crois que depuis que je suis toute petite, j’entends que c’est un parcours du combattant, donc dans mon imaginaire c’est un peu une chimère.Alors j’ai un peu l’impression de vivre un Happy end comme a chacun de mes enregistrements me direz vous, mais ceux là ont une saveur particulière, celle de l’exploit. Alors qu’en vrai, c’est un réel accès à la parentalité, il peut être choisit ou être une solution de repli, mais c’en est un.En revanche, ce qui ne diffère pas de mon imagination c’est la longueur et la persévérance qu’il faut inoculer dans ces parcours, ajouter à cela nos compositions familiales «atypiques», comme aiment à le souligner certains de ces services, et vous obtenez un savoureux cocktail de doutes, de stress et d’inquiétudes. Alors voilà, je le redis, chacun de ces épisodes a une saveur douce etsavoureuse. Pour Nathan etJB,le votedu mariage pour tous qui a ouvert l’accès a l’adoption pour les couples de même sexe, leur a donné le sésame de l’accès à leur parentalité, celle qu’ils voulaient, celle qui était leur évidence. Ils ont vécu leur parcours sereinement, avec certitude et surtout bien entouré par des professionnels compétents et non discriminants. L’arrivée dans leur famille de leur petit Gael a été l’aboutissement de cette aventure qui aura duré 6 ans.Je vous laisse découvrir leur histoire, je vous promets que l’émotion est palpable!Je vous souhaite une bonne écoute
11/8/2021

Anouk: "Je ne cache jamais qui je suis car je n'ai rien à cacher!"

Saison 2, Ép. 9
J’ai enregistré cet épisode avec Anouk cet été, avant même le vote de la loi bioéthique, et en réécoutant notre échange, je me rends compte que les questions sont à la fois pile dans les sujets du moment et complètement obsolètes vu le vrai bond en avant que nous avons fait avec le vote de la nouvelle loi bioéthique, les RCA et RCP, la possibilité d’auto-conserver nos ovocytes et nos spermatozoïdes et la question de la levée de l’anonymat qui exacerbe toutes les sensibilités. Anouk a vécu dans nos familles, c’est une de nos enfants, et vous savez comme j’ai à cœur de donner la parole aux 1ers témoins de nos vies. Je le répète souvent ce sont les meilleurs ambassadeurs de nos parentalités. Anouk a 18 ans, elle a vécu avec 2 mamans séparées, elle nous raconte ce rôle de guide qu’ont eu ses mères chacune dans leur foyer, elle nous relate ses ressentis et son enfance qu’elle qualifie d’heureuse. J’ai été hyper rassurée par son discours, j’ai ressenti une enfant bien dans ses baskets malgré toutes les complexités rencontrées dans sa famille. Merci Anouk pour ta confiance, d’avoir bien voulu te livrer, c’est un acte politique comme tu le dis, et pour nous c’est précieux!Je vous laisse découvrir son témoignage.Je vous souhaite une bonne écoute.Je vous reprends pour vous redonner les références du livre dans lequel Anouk a témoigné: Gosses d’homo, récits d’enfants de couples lesbiens de Kolia Hiffler Wittkowsky aux éditions Max Milo. Vous y retrouverez 16 témoignages d’enfants issus de familles homoparentales tous plus enrichissants les uns que les autres.