Les enfants vont bien: homoparentalité et autres schémas familiaux

Partager

Florence et Marion: Le deuil périnatal

Saison 3, Ép. 7

Je vous retrouve ce lundi pour la suite de l’épisode dont le sujet est le deuil périnatal. Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à écouter l’épisode de la semaine dernière: l’épisode 6 dans lequel Florence nous raconte leur parcours, leur grossesse et la naissance sans vie de leur petit Ambroise.


Lorsque nous avons terminé cet enregistrement, nous pensions avoir tout évoqué. Et puis quelque jours plus tard, nous nous sommes souvenues du thème initial: traiter du deuil périnatal. Et Ce n’est pas ce que nous avions abordé. Florence est revenue spontanément vers moi pour me proposer d’enregistrer à nouveau, parce que ce deuil peut toucher tout le monde, qu’il n’est pas réservé à des situations spécifiques.


La jolie surprise a été que Marion, qui n’avait pas réussi à me parler de son deuil quelques semaines plus tôt, à pris la parole cette fois-ci pour me parler de leur après, de ce qu’il se passe quand on ne rentre pas avec son bébé de la maternité.


Ce que je retiens de cet épisode, outre l’émotion et le cœur et le corps qui flanchent, c’est la force que dégagent Florence et Marion! Encore une fois merci, merci à vous de m’avoir fait confiance pour conserver un souvenir sonore de votre petit Ambroise.

Plus d'épisodes

11/29/2021

Alexandre: Laisser le libre acces aux origines des enfants issus de don

Saison 3, Ép. 12
Est-ce que vous vous êtes déjà posé la question de savoir si vos parents étaient bien vos parents biologiques? Je vous avoue que je n’en ai jamais douté, et pourtant, mes beaux parents, qui sont généalogistes de métier, déconstruisent chaque jour mes certitudes. Le sujet de cet épisode n’est pas l’adultère (même s'il est sous-jacent dans la recherche d’Alexandre) mais bien la recherche de leur géniteur par les enfants issus de don. Alors Alexandre le dit très bien, il n’était pas à la recherche d’un père mais de réponses sur ses origines. Je n’imagine même pas ce qu’Alexandre a pu ressentir lorsqu’il a découvert, suite au décès de ses parents, que son père n’était pas son géniteur. J’aurais été bousculer à sa place. Alexandre est le président de l’association PMAnonyme, l’association vers laquelle il s’est immédiatement tourné pour être guidé dans ses recherches. Chaque jour ils reçoivent des personnes à la recherche de leur donneur, des parents ayant eu recours à un donneur qui souhaite s’informer sur le discours à tenir, et même des donneurs. Depuis 2018, ils comptabilisent 77 donneurs retrouvés et quand on se penche sur les conditions de conservation des dossiers, la faible qualité des renseignements pris par les CECOS au début des dons, on se rend compte de l’envergure de la tâche qui attend ces enfants issus de don. La levée de l’anonymat est une question clivante dans la mise en application de la nouvelle loi bioéthique. La grande crainte est qu’elle freine les dons. D’un autre côté, à l’écoute de cet épisode, cette levée de l’anonymat semble essentielle pour laisser la possibilité ou non d’accéder à ses origines.Je vous laisse découvrir le témoignage d’Alexandre et je vous souhaite une bonne écoute.
11/22/2021

Nathan et Jean Baptiste: L'adoption, une histoire de famille

Saison 3, Ép. 11
J’aime beaucoup vous proposer des épisodes sur l’adoption. Pourquoi? Parce que je crois que depuis que je suis toute petite, j’entends que c’est un parcours du combattant, donc dans mon imaginaire c’est un peu une chimère.Alors j’ai un peu l’impression de vivre un Happy end comme a chacun de mes enregistrements me direz vous, mais ceux là ont une saveur particulière, celle de l’exploit. Alors qu’en vrai, c’est un réel accès à la parentalité, il peut être choisit ou être une solution de repli, mais c’en est un.En revanche, ce qui ne diffère pas de mon imagination c’est la longueur et la persévérance qu’il faut inoculer dans ces parcours, ajouter à cela nos compositions familiales «atypiques», comme aiment à le souligner certains de ces services, et vous obtenez un savoureux cocktail de doutes, de stress et d’inquiétudes. Alors voilà, je le redis, chacun de ces épisodes a une saveur douce etsavoureuse. Pour Nathan etJB,le votedu mariage pour tous qui a ouvert l’accès a l’adoption pour les couples de même sexe, leur a donné le sésame de l’accès à leur parentalité, celle qu’ils voulaient, celle qui était leur évidence. Ils ont vécu leur parcours sereinement, avec certitude et surtout bien entouré par des professionnels compétents et non discriminants. L’arrivée dans leur famille de leur petit Gael a été l’aboutissement de cette aventure qui aura duré 6 ans.Je vous laisse découvrir leur histoire, je vous promets que l’émotion est palpable!Je vous souhaite une bonne écoute