LES GENS QUI LISENT SONT PLUS HEUREUX

Partager

#40 - Erik Orsenna : "Le vrai confinement, c'est n'être que soi-même"

Ép. 40

En plein confinement, le groupe Editis a proposé à ses auteurs de contribuer à un recueil inédit intitulé "Des mots par la fenêtre". Une collection de 64 textes mise en vente au prix de 4,99 euros sur le site Lisez.com.


L’intégralité des bénéfices sera reversée à la Fondation Hôpitaux de Paris Hôpitaux de France, dans une période où les personnels soignants font preuve d’un courage et d’un dévouement sans faille dans la lutte contre le coronavirus.


Dans ce numéro, c’est Erik Orsenna qui a accepté d’échanger avec moi par téléphone. Prix Goncourt en 1988 pour "L’exposition coloniale", homme engagé, défense de la lecture et de l’environnement, c'est une personnalité qui promène sa curiosité, son érudition et son enthousiasme sur le monde qui l’entoure.


Avec humour et humilité, un brin de révolte aussi, il m’a livré son regard, précieux, sur les événements que nous traversons.

Plus d'épisodes

5/28/2020

#43 - Guillaume Musso : "Écrire un nouveau roman, c’est 50% d’excitation et 50% de terreur !"

Ép. 43
GuillaumeMusso: "Écrire un nouveau roman, c’est 50% d’excitation et 50% de terreur!"Dans cet épisode, mon invité est le romancier français GuillaumeMusso.Fidèle à son rythme d’un livre par an, GuillaumeMussoaccompagne la réouverture des librairies avec "La vie est un roman" (Calmann-Lévy), un thriller à tiroirs qui ravira ses fans de la première heure comme les nouveaux. Et ils sont toujours plus nombreux puisque depuis 9 ans, cet ancien prof d’éco est l’écrivain qui vend le plus en France, avec encore 1,4 millions d'exemplaires en 2019.C’est dans son ancien appartement parisien, reconverti en atelier d'écriture, que Guillaume m’a reçu pour parler de ce nouveau roman nourri par son amour de la lecture et des écrivains.Tout commence à New York, dans une immense tour de verre où la romancière Flora Conway vit avec sa fille Carrie en prenant soin de se tenir à l’écart du cirque médiatique et de l’adulation de son public.Lors d’une partie de cache-cache, l’enfant disparaît. Portes et fenêtres sont fermées, les caméras de surveillance ne témoignent d’aucune intrusion dans l’appartement…Le mystère est total et il serait cruel d’en dire plus, sinon que "La vie est un roman" est unMussoencore plus addictif que les précédents grâce à sa construction imprévisible et à l’intensité de héros qui luttent contre leurs démons.