Partager

Le Cap

Boussole pour une nouvelle Terre

Pour nous sortir de l'impasse dans laquelle se trouve notre époque, il nous faut d'urgence co-construire un nouveau récit, proposer une nouvelle direction qui parle au coeur et enthousiasme l'esprit. L'objet de ces podca
6/25/2020

#01 - De la résilience personnelle à la résilience collective

Saison 1, Ép. 1
A l’âge de 30 ans, alors jeune chef d’entreprise, Guibert del Marmol apprend qu'il souffre d'une pathologie lourde à l’issue potentiellement fatale. Tandis que la médecine conventionnelle lui prédit un avenir sombre, il va développer au cours des dix années suivantes une hygiène de vie différente, d’autres convictions et d’autres méthodes de guérison. En mariant le meilleur des sciences modernes avec les approches thérapeutiques ancestrales, il réussit à déjouer le pronostic pessimiste des médecins. Plutôt que le tuer, cette épreuve marque pour lui le début d’une nouvelle vie qui influencera profondément dans les années qui suivront, sa vie d’homme, de chef d’entreprise et d’entrepreneur.Ce parcours de reconstruction a changé sa conception du monde et lui a en outre permis d’acquérir une expérience toute particulière dans le domaine des interactions «science et conscience». Pour vivre plus en cohérence, il décide en 2005 de quitter ses fonctions de directeur général pour mieux servir le monde et les générations futures. D’abord actif dans le «mentoring» de dirigeants et dans la quête de sens des organisations, il co-crée en 2012 la fondation Lunt dont la vocation est d’aider le développement des solutions pionnières pour l’émergence d’un monde plus durable et plus juste. Cette activité va l’amener sur 4 continents à la rencontre des femmes et des hommes qui changent le monde et réconcilient les mots écologie, économie et sens. C’est cette double expérience de résilience personnelle et de rencontres inédites qu’il met aujourd’hui au service de la guérison du monde…Interview et réalisation : Leslie Rijmenams. Musique : Ian Post via artlist.io
6/25/2020

#02 - La société intégrale

Saison 1, Ép. 2
Nous vivons des moments intenses, des transformations profondes. Notre monde semble engagé dans une course folle et chaotique à l’issue incertaine. Pour les anciens grecs, le mot chaos représentait le moment qui précédait la création du monde, l’instant où tout est possible. Il y a donc un nouveau modèle de société à construire qui fasse sens individuellement et collectivement, une société idéale que l’on pourrait appeler intégrale. L'enjeu actuel ? Passer d’un modèle de société dont le point d’attraction central est principalement la finance à une société́ oùle point« pulsant»serait d’abord lesouci du bien commun,l’accès à la dignité́ (c’est-à-dire l’accès à une nourriture saine, à un logement sain et sûr, aux soins de santé et à l’éducation )pour tous et l’assimilation du principe d’interdépendancepar chacun. Cette société́ serait soutenue par des modèles politiques permettant la préservation et l’élévation des gens là où ils demeurent, une force politique agissant comme une force de régulation plutôt que de réglementation. Ces politiques au service plus qu’au pouvoir seraient elles-mêmes soutenues par un modèle économique agissant comme une force de réalisation individuelle et collective et non pas de prédation.Est-ce une utopie de rêver d'un monde comme celui-là̀ ? Assurément et c’est tant mieux car tout commence d’abord par une utopie, une idée folle qui engendre un récit et dont la force et la pertinence génèrent l’inspiration créatrice d’une réalité́ tangible. Ce qu’il y a de terriblement excitant dans l’utopie qui nous occupe, c’est qu’elle est pragmatique et que les composantes et les clés essentielles à son avènement sont déjà̀ en train de germer sur tous les continents.Interview et réalisation : Leslie Rijmenams. Musique : Ian Post via artlist.io
7/2/2020

#03 - Les Femmes et les Hommes "Soleil"

Saison 1, Ép. 3
«Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose... Si tu veux construire un bateau, fais naître dans leur cœur le désir de la mer » *Saint ExupéryPour faire naître dans le cœur des hommes et des femmes cette société intégrale, il nous faut changer le modèle de gouvernance actuel et les comportements qui l’accompagnent souvent. Pour atteindre cette nouvelle destination, nous avons besoin de moins de chefs de guerre et de plus de chefs d’orchestre. Il faut qu’émergent plus d’adultes avec un cœur d’enfant en lieu et place des enfants au cœur d’adulte qui nous gouvernent trop souvent.Ces adultes au cœur d’enfant, ces chefs d’orchestre sont des personnes inspirées. Elles sont animées par une vision pour le collectif, une connaissance plus approfondie d’elles-mêmes et des principes qui régissent notre univers. Elles ne cherchent pas à briller mais elles rayonnent naturellement par la cohérence qu’elles affichent entre l’être et le faire. Ce sont les Femmes et les Hommes «Soleil» indispensables à l’émergence de cette société intégrale. Chacun peut en être, là où il est, dans la réalisation de ce qui lui tient à cœur. La clé, c’est le travail sur soi. C’est comprendre que l’harmonie du tout est avant toute chose la somme des harmonies individuelles et que cette harmonie personnelle commence par la mise en pratique d’une hygiène de vie plus saine mettant en équilibre nos 4 corps: le corps physique, le corps mental, le corps émotionnel et le corps spirituel…Interview : Leslie RijmenamsMusique : Ian Post via artlist.io
7/16/2020

#05 - Une économie régénératrice

Saison 1, Ép. 5
«Rien n’est plus puissant qu’une idée dont le moment est venu» Victor HugoComment construire un modèle de société plus respectueux de chacun, de l’environnement et créateur d’abondance partagéepour tout l’écosystème ? Comment «gérer notre maison» (sens originel du mot économie) pour passer d’une logique de prédation à celle de régénération?C’est ce qui se cache derrière l’idée d’une «économierégénératrice»,une économie qui tire ses principes de fonctionnement de l’observation et de la mise en œuvre des modes opératoires de la nature.C’est-à-dire une dimension locale forte, la collaboration plutôt que la compétition, l’usage plutôt que la propriété et la mise en œuvre de la circularité dans tous ses processus. Pour qu’un tel modèle fonctionne, il faut revoir les mesureurs de valeur et de performance de ses acteurs. En d’autres termes, il faut que les entreprises deviennent massivement des entreprises dites à «mission», passant d’une logique de maximisation de profit pour les actionnaires à une logique de création de valeur partagée et mesurée pour toutes les parties prenantes.Cette économie régénératrice est déjà là. Comme souvent elle a d’abord été le fait d’une nouvelle génération de petits entrepreneurs «éclairés» cherchant à donner plus de sens à leurs actions mais aussi conscients que, comme dans la nature, la création d’abondance partagée est la meilleure façon de renforcer la pérennité et les capacités de résilience de leur projet.Interview : Leslie RijmenamsMusique : Ian Post via artlist.io