Extraterrien - Sport

Partager

#121 Bboy Junior (Breakdance) - D'un Handicap à la Légende du Breakdance

Saison 3, Ép. 121

Lorsque j'ai découvert l'histoire de Bboy Junior, j'en ai eu les larmes aux yeux.

J'étais jeune et sensible mais Junior incarne à lui seul, l'espoir et la beauté de la vie.


En effet, il défie toutes les lois de la nature.

Statistiquement rien ne le pré-destinait à être là où il est aujourd'hui.


Alors qu'il est encore un jeune enfant de 5 ans né au Zaire, les médecins lui diagnostiquent une poliomiélite. Une maladie rare qui atrophie les muscles.

Il est alors emmené en France pour être soigné et adopté.

Alors qu'il peut à peine tenir sur sa jambe, il découvre la danse, la culture Hip Hop et le "break".


Ce que l'on peut appeler un "handicap" Junior va en faire sa plus grande force.

Ne pouvant tenir en appui, il construit un style unique, puissant, audacieux et créatif. Il créé des mouvements alors inconnus, comme Ronaldinho et sa virgule ou Nadal avec son coup droit.


Il enchaine les battles et les victoires, jusqu'à devenir l'un des meilleurs danseurs au monde.


En 2007, c'est une petite consécration puisqu'il remporte l'émission incroyable Talent.


Depuis, Bboy junior vit sa vie rêvée puisqu'il voyage à travers le monde pour transmettre son art et son savoir.

Pour être honnête j'ai rarement vue une personne si souriante et croyez moi, ca s'entend au micro !


Bon épisode !


Retrouvez Bboy :


Plus d'épisodes

5/10/2022

Jean Galfione - De la perche à la voile, il n'y a qu'un saut

Saison 3, Ép. 144
C'est le type d'interview que je préfère. 😍D'abord l'excitation, le trac, et puis les surprises, les anecdotes et la sincérité de ses conseils. Jean est allé d'anecdote en anecdote, tout en livrant une avalanche de conseils qui vous inspireront.Vous connaissez forcément Jean Galfione. Pour beaucoup, il a marqué notre enfance notamment lors cette incroyable médaille d'or à Atlanta en 1996 en prenant le record olympique de 5,92m.Pour d'autres, c'était l'égérie d'une marque de céréales (j'avoue 🙊). Pour moi c'était un champion hors norme qui dégageait une aura de sérénité exemplaire. Mais ce que je ressentais était le résultat d'une longue évolution. Discret et humble avec les médias, Jean s'est découvert et a montré l'homme qu'il était derrière sa façade de champions"Gamin j'étais paumé, l'école c'était une torture" me lâche t'il après 5 min. "La perche me permettait d'exister, ma seule chance de réussir et de devenir quelqu'un (...) en y repensant c'était presque de la survie"Il me parle aussi de la chance d'avoir rencontré Maurice Houvion son entraineur qui a cru en lui et lui a transmis la passion et des valeurs. "L'entrainement c'est de l'entrain, éternellement" Malgré les encouragements de Maurice Houvion, à qui il rend un bel hommage, il lui a fallu s'accrocher.Saviez vous que Jean était obligé de faire le mur pour rentrer à l'INSEP alors qu'il n'avait pas encore le niveau ? Saviez-vous qu'il a trouvé une vieille carte pour y mettre sa photo afin de pouvoir y rentrer par la porte ? Nous avons aussi abordé sa découverte de la voile et ses premières années de plaisir et de galère. Même champion olympique, difficile de trouver un sponsor jusqu'à ce que Marc Le Bras adore le projet.Je ne vous en dis pas plus. Si vous aimez l'aventure, les anecdotes, les conseils de champions et les parcours de "self made athlete" alors prenez vos écouteurs et partez courir avec l'histoire de jean dans les oreilles. Références de l'épisode :Maurice Houvion, l'entraineur qui a cru en JeanJean Pierre Durand, ami photographeRomain Mesnil et sa vidéo de campagne "nu dans Paris"Marc le Bras de Serenis consulting, qui a été le seul sponsor à faire confiance à Jean pour ses premières courses au largeLes romans de Bernard Moitessier, Jules Vernes, Eric TabarlyRoland Jourdain : coach en analyse technique du bateau et performance mécaniqueTanguy Leglatin qui coache sa technique, son attitude à bord et analyse ses manoeuvres
5/3/2022

Kevin Aymoz - Et si on cassait les tabous du patinage artistique ?

Saison 3, Ép. 143
Whaou quel épisode.J'ai découvert Kevin Aymoz via le reportage Faut Qu'on Parle (VOUS DEVEZ ABSOLUMENT LE VOIR) paru sur Canal+ et réalisé par Arnaud Bonnin et Lyès Houhou (lien plus bas) et dans lequel Astrid Guyart témoigne également.Après l'avoir vu je me suis tout de suite dit qu'il fallait que je rencontre chacun des athlètes qui ont participé à ce reportage.Et le premier est KevinKevin a vécu une enfance délicate.Sentant très jeune qu’il avait une sexualité “différente”.Il subit moqueries, insultes, et du harcèlement.À tel point qu’il a demandé à être déscolarisé.“J’arrivais la boule au ventre au collège” me confie-t-il.Son exutoire a toujours été le patinage artistique ou le “hockey des filles” comme il le dit à ses parents.Sur la glace il se sent libre.Pourtant en même compétition, il fait aussi face à certaines discriminations et au jugement.Car les codes du patinage prônent plutôt un modèle “hyper viril”.Je pense que Kevin est un modèle de résilience pour beaucoup de jeunes. Sportifs ou pas.Et il est la preuve que l’on peut être un jeune ado pas très bien dans ses baskets et faire de grandes choses en suivant sa voie.Un grand merci à lui pour sa disponibilité, et son franc parler. 🙏Les références de notre conversation.Le reportage "Faut Qu'on Parle" : Lien CanalLe reportage sur l'affaire de tricherie dans le patinage artistique à Salt lake City : Bad Sport épisode 4Son programme court aux Jeux de Pekin 2022 : LienAutres invités mentionnés : Gabriella Papadakis, Guillaume Cizeron, Maé-Bérénice Méité