Partager

Écrire

« Et à part écrire qu’est-ce que vous faites ? » Voilà une question qu’on pose rarement aux écrivains. Mais s’arrêtent-ils jamais d’écrire ?Avec écrire nous allons découvrir l’autre versant de la vie d’écrivain : la fabr
Dernier Épisode12/20/2022

Patrick Deville

Saison 1, Ép. 11
Pour clore l’année, l'émission ECRIRE diffuse un entretien inédit enregistré par Aurélie Lévy avec Patrick Deville, il y a un an, jour pour jour, alors même qu'il recevait le Grand Prix de Littérature de l'Académie Française pour l'ensemble de son oeuvre. Et quelle oeuvre! Après cinq romans aux Editions de Minuit, sous l'égide du mythique Jérôme Lindon, Deville fait le pari fou d’écrire douze romans en vingt ans: douze lieux du monde, deux tours du monde dans chaque sens, pour chaque récit, à la fois autobiographique et sans fiction, qui s'étend de 1860 à nos jours. Un projet sans nul autre pareil comme cet entretien, longtemps “confiné” dans les archives de l’intervieweuse, et que Patrick Deville accepte aujourd’hui de diffuser.L’écrivain de 65 ans revient sur sa carrière: les sacrifices et les risques qu'ont impliqué l'écriture de ces huit derniers romans aux Editions du Seuil (Pura Vida: Vie et Mort de William Walker (2004), La Tentation des armes à feu (2006), Equatoria (2009), Kampuchéa (2011), Peste et Choléra (2012), Viva (2014), Taba-Taba (2017), Amazonia (2019) et Fénua (2021). Il évoque aussi les rencontres et les camaraderies qui ont façonné son rapport à l’écriture: Jérôme Lindon, Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint. Les prix et les rentrées littéraires défilent au grès des polémiques et des tendances mais “la seule chose qui compte c’est la littérature!”Connu pour sa réserve et sa pudeur, Patrick Deville nous confie avec une désarmante sincérité les questionnements, les regrets et les reproches qui parsèment la vie d’un écrivain. Le privilège, aussi, de sublimer sa propre solitude. La finitude de l’existence n’est jamais qu’une incitation à écrire d’avantage. « La littéraire avant tout ! » Certains le clament. Patrick Deville l’incarne.Un hymne à la création à écouter, réécouter et partager.
12/20/2022

Patrick Deville

Saison 1, Ép. 11
Pour clore l’année, l'émission ECRIRE diffuse un entretien inédit enregistré par Aurélie Lévy avec Patrick Deville, il y a un an, jour pour jour, alors même qu'il recevait le Grand Prix de Littérature de l'Académie Française pour l'ensemble de son oeuvre. Et quelle oeuvre! Après cinq romans aux Editions de Minuit, sous l'égide du mythique Jérôme Lindon, Deville fait le pari fou d’écrire douze romans en vingt ans: douze lieux du monde, deux tours du monde dans chaque sens, pour chaque récit, à la fois autobiographique et sans fiction, qui s'étend de 1860 à nos jours. Un projet sans nul autre pareil comme cet entretien, longtemps “confiné” dans les archives de l’intervieweuse, et que Patrick Deville accepte aujourd’hui de diffuser.L’écrivain de 65 ans revient sur sa carrière: les sacrifices et les risques qu'ont impliqué l'écriture de ces huit derniers romans aux Editions du Seuil (Pura Vida: Vie et Mort de William Walker (2004), La Tentation des armes à feu (2006), Equatoria (2009), Kampuchéa (2011), Peste et Choléra (2012), Viva (2014), Taba-Taba (2017), Amazonia (2019) et Fénua (2021). Il évoque aussi les rencontres et les camaraderies qui ont façonné son rapport à l’écriture: Jérôme Lindon, Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint. Les prix et les rentrées littéraires défilent au grès des polémiques et des tendances mais “la seule chose qui compte c’est la littérature!”Connu pour sa réserve et sa pudeur, Patrick Deville nous confie avec une désarmante sincérité les questionnements, les regrets et les reproches qui parsèment la vie d’un écrivain. Le privilège, aussi, de sublimer sa propre solitude. La finitude de l’existence n’est jamais qu’une incitation à écrire d’avantage. « La littéraire avant tout ! » Certains le clament. Patrick Deville l’incarne.Un hymne à la création à écouter, réécouter et partager.
11/15/2022

Gautier Battistella

Ép. 10
Cette semaine, Aurélie Lévy reçoit Gautier Battistella. L'écrivain revient sur la genèse et la parution au printemps dernier de son troisième roman "Chef", aux éditions Grasset. Paul Renoir, 62 ans, est retrouvé suicidé alors qu'il vient d'être élu "plus grand chef du monde". Un restaurant peut-il survivre à son créateur ? Un entretien d'autant plus pertinent que les deux interlocuteurs ont arpenté à la fois les routes des salons littéraires et ceux de la gastronomie française. Ancien auteur au Guide Michelin - à ne pas confondre avec "inspecteur" - Gautier Battistella a bien connu les coulisses des cuisines de grands chefs. Aurélie Lévy, quand à elle, a accompagné en 2008 le chef et auteur américain Anthony Bourdain en Provence et en Bretagne (chez le chef Olivier Rollinger) pour deux épisodes de l'émission culte "No reservations". Comme Paul Renoir, Anthony Bourdain s'est suicidé en 2018 dans le restaurant d'un confrère. Dans cette interview très personnelle, tout est "sur la table": le temps d'un livre, les sacrifices qu'il implique, la place qu'il occupe dans le quotidien. A mesure que les langues se délient, l'écrivain nous livre ses questionnements, ses espoirs inavoués, la nécessité d'une certaine forme de reconnaissance, l'accoutumance et l'aliénation inexorable qu'elle engendre, les pièges de la promotion - to instagram or not to instagram? Divan oblige, des révélations inattendues bouleversent le cours de leur conversation. Un entretien d'une rare sensibilité qui témoigne du prix à payer pour devenir un grand chef, un écrivain, un humain en quête de sérénité.