ECO YACHTING

10/22/2022

Une ANNULATION du BOOT 2023 de Düsseldorf est-elle à craindre ??

Les salons nautiques d'automne - Cannes, Southampton, Gênes, Monaco, La Rochelle.... - qui ont eu lieu depuis le début du mois de septembre, ont été l'occasion du lancement de la saison nautique 2022-2023, dont les premiers échos seraient plutôt positifs en valeur, un tout petit peu moins en volume sur les petites unités neuves.De fait, le marché du nautisme bénéficie toujours d'un fort engouement, porté par les lancements de nouveaux modèles de bateaux à moteur et de voiliers, la montée en gamme et en taille des unités, et un marché de l'occasion bateaux toujours très dynamique, ou l'offre fait cruellement défaut, à tel point que certains modèles récents se revendent actuellement au prix du neuf !Les carnets de commande et les plannings de production des chantiers de construction sont quasiment pleins, les délais de livraison dépendant sur certaines unités, des problèmes de chaîne d'approvisionnement matière ou composants.Le nautisme apparaît in fine, plus que jamais, être un moyen d'évasion et de recentrage sur la cellule familiale et les amis, dans un contexte où l'on voyage moins loin, à l'instar de l'évolution que connaît un secteur assez similaire au nôtre, à savoir celui des camping-car et des van aménagés.Le prix de l'énergie en causeLes salons nautiques ont fait le plein, parfois affectés par des météos peu propices, mais une inquiétude a saisi la profession quant à l'édition 2023 du Boot de Düsseldorf, le plus grand salon indoor mondial de la profession, prévu pour la fin janvier, et très attendu par la filière.Le Boot 2023 aura-til bien lieu, ou sera t-il une nouvelle fois annulé, à l'instar des deux dernières éditions, qui l'avaient été du fait de la pandémie de covid 19 ?La raison de cette inquiétude n'est pas sanitaire, et vient directement de la forte hausse du prix de l'énergie, et donc des coûts de chauffage d'un tel évément : Le BOOT mobilise en effet près de 17 halls d'exposition géants, en plein hiver, autant dire une consommation d'énergie très forte, au pire moment de l'année, et dans un contexte d'indispensables économies à réaliser.L'envolée du prix de l'énergie outre-Rhin inquiète et pourrait très fortement impacter les coûts de l'oganisateur, qui sans dérogations d'économies à réaliser, ou de subventions spécifiques, aurait sans doute des difficultés à boucler son budget.Nous ne manquerons pas de revenir sur ce sujet dans nos prochaines éditions.
11/8/2021

Transat Jacques Vabre 2021 - Démâtage pour l'Imoca Bureau Vallée après 10 heures de course

Gros coup dur pour cette 1ere nuit de la Transat Jacques Vabre 2021, pour l'Imoca Bureau Vallée 3 du duo Louis Burton et Davy Beaudart. alors qu'il filait en seconde position du peloton des monocoques de course de 60 pieds, Bureau Vallée 3 a soudain dématé, sonnant le glas des ambitions des deux marins.Bureau Vallée 3 est un imoca de dernière génération, mis à l'eau en 2019, conçu par l'architecte Sam Manuard, et construit par le chantier Black Pepper, que l'on avait découvert en course, lors du dernier Vendée Globe, sous les couleurs de l'Occitane en Provence, alors skippé par Armel Tripon. Lors du Vendée Globe, Armel Tripon avait signé une course épique à sa barre !! Il avait du faire sans petite voile d'avant, le J3, du fait d'un problème de hook, puis sans Fro, du fait également d'un problème de hook, deux problèmes qui n'avaient pas empéché Armel Tripon de terminer 11e, un résultat reflétant bien le potentiel du bateau et la qualité du skipper. Sitôt la fin de la course, L'Occitane avait décidé de stopper son engagement en Imoca et mis le bateau en vente, à la grande surprise de son skipper, et c'est Louis Burton qui avait racheté le bateau, avec un engagement de Bureau Vallée jusqu'à la Transat Jacques Vabre 2025.Lors du dématage de cette nuit, aucun des deux co-skippers de Bureau Vallée 3 n'a été bléssé, et leur Imoca 60 se dirige désormais vers Saint Malo.