Partager

Dans la tête d'un CEO

Décoder le job de CEO avec les meilleurs dirigeants de startups françaises

Bonjour c’est Jean-Charles Kurdali et bienvenue Dans la tête d’un CEO.Un lundi sur deux, je vous propose une interview d’une trentaine de minutes avec un des meilleurs CEO de startups françaises qui va vous partager son
Dernier Épisode1/13/2020

#4 Alexandre Dana CEO Livementor : Sur la gestion d'un pivot, le recrutement et l'impact d'une directrice générale et la solitude du dirigeant

Saison 1, Ép. 4
Alexandre Dana est le CEO de Livementor, une école en ligne pour entrepreneurs. Entrepreneur depuis ses 19 ans, il est passionné d'éducation, de pédagogie et de coaching depuis plus de 10 ans.Alexandre fait partie de ses entrepreneurs que je lisais et écoutais avec attention entre 2015 et 2017, avant d'avoir la chance de le rencontrer en 2018 et de devenir ami avec lui. J'apprends toujours beaucoup à ses côtés et j'espère qu'il en sera de même pour vous avec cet épisode !Dans cet épisode, vous allez apprendre :1) Quel est le parcours d’Alexandre ? Qu’est ce que Livementor ?2) Pourquoi Livementor a fait un pivot quelques semaines après sa première levée de fonds ? Comment Alexandre a géré ce pivot en un mois avec ses associés et son équipe ?3) Comment gérer le départ de ses associés historiques après 5 années de collaboration ? Puis le recrutement d’une Directrice Générale, Anaïs Pretot ? Pourquoi l’avoir recrutée ? Quel est son rôle ? Pourquoi avoir pris un coach pour faciliter la relation d’associés avec Anaïs ?4) Comment redéfinir son job de CEO selon ses forces et ses envies ? Quel est le rôle d’Alexandre chez Livementor maintenant ? Comment Alexandre a améliorer ses rapports et sa communication avec les membres de son équipe ? Comment construire la marque de son entreprise et la distinguer de sa marque personnelle ?Sur quoi Alexandre pense qu’il va devoir le plus progresser ces prochaines années ?5) Comment et pourquoi avoir construit un écosystème composé de différents produits ?Pourquoi Livementor attire beaucoup les femmes entrepreneurs ? (75% des élèves)6) Pourquoi Alexandre aime beaucoup Rand Fishkin (ex CEO de Moz) ? Pourquoi les entrepreneurs doivent être solidaire et faire attention à leurs manières d'interagir entre eux ?Ressources mentionnéesdans l'épisodeE-Myth : le mythe de l’entrepreneur revisité de Michael GerberLost and Founder de Rand FishkinEric AlbertPour recevoir les futurs épisodes de ce podcast,abonnez vous à ma newsletter.(un mail chaque lundi à 16h30 envoyé à 900+ personnes)Si vous aimez ce podcast, le meilleur moyen de me le faire savoir est d'aller le noter (et mettre un commentaire) surApple Podcast.🙂
12/30/2019

#3 Olivier Ramel CEO Kymono : Sur la construction d'une marque forte et sur le développement rapide sans lever de fonds

Saison 1, Ép. 3
Olivier Ramel est le CEO de Kymono, la startup qui habille les équipes et les bureaux des entreprises.J'ai rencontré Olivier pour la première fois lorsqu'il a démarré Kymono avec un stagiaire début 2017 et il a aujourd'hui plus de 40 employés, a ouvert 3 pays et a développé deux nouvelles gammes de produits, le tout avec une marque qui est devenue très forte en à peine 3 ans d'existence.Avant Kymono, Olivier avait déjà beaucoup appris sur le terrain avec pas moins de 4 entreprises lancées entre ses 18 et 25 ans. Mais aussi, un projet associatif lancé pendant et avec son lycée qui n'est pas sans lien avec les débuts de Kymono.Dans cet épisode, vous allez apprendre :1) Quel est le parcours d’Olivier ? Qu’est ce que Kymono ? Pourquoi avoir lancé cette entreprise ? Pourquoi Kymono se définit comme un “culture designer” ?2) Qu’est ce qu’une marque forte pour Olivier ? Qu’est ce qu'une marque n'est pas ? Comment et pourquoi Olivier a travaillé sur la marque Kymono dès le début ? Peut-on devenir une marque forte quand on fait du B2B ?Comment la marque évolue t elle avec le développement de l’entreprise ?3) Qu’est ce que la stratégie des “trois poupées russes” de Kymono pour se développer ?Comment adresser ses produits à d'autres verticales clients après avoir réussi dans une première verticale ? Comment étoffer sa gamme de produits en utilisant sa marque comme atout commercial ?4) Comment développer une startup de 0 à 40 employés sans avoir levé de fonds ? Pourquoi Kymono n’a pas eu le besoin de lever de fonds ? Quelle stratégie de développement et de gestion de trésorerie permet à Kymono d'avoir une forte croissance ?5) C’est quoi un bon CEO pour Olivier ? Quel est son rôle ?Pour recevoir les futurs épisodes de ce podcast,abonnez vous à ma newsletter.(un mail chaque lundi à 16h30 envoyé à 900+ personnes)Si vous aimez ce podcast, le meilleur moyen de me le faire savoir est d'aller le noter (et mettre un commentaire) surApple Podcast.🙂
12/16/2019

#2 Raphael Vullierme CEO Luko : Sur le job de CEO, la création de barrières à l'entrée et les levées de fonds

Saison 1, Ép. 2
Raphael Vullierme est le CEO de Luko, une assurance habitation en ligne qui protège les foyers français et européens.Luko vient récemment de lever une serie A de 20M€ avec notamment Accel, Founders Fund et Speedinvest.C'est la troisième startup de Raphael, les deux précédentes étaient déjà orientées B2C et lui ont appris de précieuses leçons qu'il partage dans l'épisode.Dans cet épisode, vous allez apprendre :1) Qu’est ce que Luko ? Quel est le parcours de Raphaël ?Que retient-il de ses deux expériences entrepreneuriales précédent Luko ? Quelle est sa vision sur l’association entre associés ?2) Pourquoi, selon Raphael, être entrepreneur est un métier ? Qu’est ce qu’il retrouve comme points commun entre chaque expériences entrepreneuriales ? Quels hard et soft skills développent un CEO ?3) Comment créer une barrière à l’entrée - en dehors du capital - quand on est un jeune entrepreneur ? Comment attaquer un marché existant mais “vieillot” ?4) Quelles différences entre une levée de seed et de serie A ? Qu'est ce qui peut être difficile en seed ? Comment créer un momentum pendant une levée de fonds ? A quoi ressemble, en réalité, une serie A ?Comment Luko a levé sa serie A en quelques jours/semaines ? Comment a t’il choisi ses investisseurs/VC ?5) Pourquoi l’écosystème français est un peu trop autocentré selon Raphaël (médias, VC, startups …) ? Quelles conséquences pour les startups, notamment en B2C ?6) Quels vont être ses challenges dans les 18 prochains mois en tant que CEO ?C’est quoi un bon CEO pour Raphaël ? Qu’est ce qui est le plus dur dans ce job ? Comment organise t il son temps ?Ressources mentionnées dans l'épisode:Human Machine de Jean de la RochebrochardPour recevoir les futurs épisodes de ce podcast,abonnez vous à ma newsletter.(un mail chaque lundi à 16h30 envoyé à 900+ personnes)Si vous aimez ce podcast, le meilleur moyen de me le faire savoir est d'aller le noter (et mettre un commentaire) surApple Podcast.🙂
12/2/2019

#1 Damien Morin CEO Mobile Club : Sur la culture d'entreprise, l'hypercroissance, la gestion d'un redressement judiciaire et l’internationalisation

Saison 1, Ép. 1
Damien Morin est le CEO et cofondateur de Mobile Club depuis 2018, une entreprise qui vous permet de louer facilement votre smartphone pour un prix à peine supérieure à celui d'une assurance téléphone.Avant cela, Damien était le CEO de Save, une des startups françaises qui a connu l'hypercroissance en 2015 avant de devoir gérer une restructuration en 2016 et de se faire racheter en 2017 par Remade.Dans cet épisode, vous allez apprendre :1) Qu’est ce que Mobile Club ? Quel est le parcours de Damien ? Retour sur l'expérience Save. Comment a commencé Mobile club ? Où en est l'entreprise actuellement ?2) C’est quoi la culture d’entreprise ? Le rôle du CEO dans cette culture ? Quelle était la culture chez Save ? Comment a t’elle était construite autour des 4 valeurs de Save ?Comment la culture évolue avec la croissance de l’entreprise ? Le rôle de la culture dans les moments difficiles ?3)L’hypercroissance en 2015 puis la gestion de la restructuration chez Save en 2016 ?Qu’est ce qu’un redressement judiciaire ? Qu’est ce que Damien a appris pendant cette période ?4) Dans quel état d’esprit était Damien entre Save et Mobile Club ? Qu’est ce qui est plus simple pour lui avec cette deuxième entreprise ? Quelles différences ? Comment Damien aborde une prochaine ouverture internationale avec Mobile Club ? Le choix des Etats-Unis ?5) Qu'est ce qu'un bon CEO pour lui ? Sur quels aspects Damien a t'il le plus progressé ces derniers mois ?Ressources mentionnées dans l'épisode :The hard thing about hard things et What you do is who you are de Ben HorowitzPour recevoir les futurs épisodes de ce podcast,abonnez vous à ma newsletter.(un mail chaque lundi à 16h30 envoyé à 900+ personnes)Si vous aimez ce podcast, le meilleur moyen de me le faire savoir est d'aller le noter (et mettre un commentaire) surApple Podcast. 🙂