Partager

cover art for Pourquoi la calvitie touche davantage les hommes ?

Choses à Savoir SANTE

Pourquoi la calvitie touche davantage les hommes ?

REDIFFUSION


En valeur absolue, il existe certaines inégalités physiques entre l’homme et la femme, comme le pourcentage de muscle et de graisse dans le corps, l’épaisseur des os ou la souplesse articulaire. La calvitie, quant à elle, touche environ 25% des hommes âgés de moins de 65 ans contre seulement 2% des femmes de la même tranche d’âge.

Comment s’expliquent ces différences ? Sont-elles uniquement liées à des aspects génétiques et physiologiques, ou dépendent-elles aussi de facteurs extérieurs ?

Le poids de la génétique et des hormones dans l’alopécie androgénétique

La calvitie, c’est-à-dire l’absence de cheveux sur une partie plus ou moins importante du cuir chevelu, est généralement liée à une situation d’alopécie androgénétique héréditaire. Celle-ci concerne 70% des hommes tous âges confondus, et se manifeste par la perte progressive des cheveux. Il faut bien la différencier de l’alopécie aigue, qui fait suite à un traitement ou à un empoisonnement, de l’alopécie localisée, consécutive à une radiothérapie ou à des parasites, et de l’alopécie areata, qui est elle plus fréquente chez les femmes et se manifeste par des chutes de cheveux ou de poils en plaques.

Ce sont les hormones androgènes qui jouent le rôle le plus important dans la perte des cheveux des suites d’une alopécie androgénétique. Plus précisément, la dihydrotestostérone, dite DHT, produite en grande quantité par l’homme, s’avère responsable d’un rétrécissement des follicules pileux chez les individus qui présentent une sensibilité génétique accrue à cette hormone. Lorsque les follicules sont plus petits, les cheveux disposent d’une durée de vie raccourcie et tombent plus rapidement.

Le facteur héréditaire de la calvitie masculine se manifeste par la prévalence élevée de calvitie chez un individu avec des antécédents familiaux. La mère comme le père peuvent transmettre les allèles du gène considéré comme en cause de l’alopécie, mais ce gène s’exprimera plus fortement chez les hommes puisque ces derniers produisent davantage de DHT.

D’autres facteurs interviennent dans la calvitie des hommes

Outre le poids des gènes, il faut prendre en compte d’autres facteurs qui peuvent influencer le développement de la calvitie chez l’homme. Le stress, d’abord, physique ou émotionnel, conditionne sérieusement la perte de cheveux. En situation stressante, l’organisme libère du cortisol, une hormone qui affaiblit les follicules pileux et peut de la sorte entrainer la chute des cheveux, de façon permanente ou transitoire. Les hommes les plus exposés au stress, ceux qui ont par exemple une situation professionnelle à haute responsabilité, ont plus de risques de développer une alopécie...

More episodes

View all episodes

  • Pourquoi les cheveux frisent-ils lorsqu'ils sont exposés à l'humidité ?

    02:28
    De nombreuses personnes remarquent que leurs cheveux frisent en milieu humide, même s’ils sont naturellement raides. Si les frisottis ont leur charme, il convient de comprendre pourquoi ils apparaissent lorsque l’on souhaite s’en prémunir.Absorption de l’humidité de l’airTous les types de cheveux peuvent friser en milieu humide, mais les cheveux bouclés ou ondulés auront tendance à donner des frisottis plus prononcés. Il faut d’abord savoir que les cheveux disposent d’une capacité naturelle à absorber l’eau présente dans l’air. Plus l’humidité de l’air augmente, comme c’est le cas lorsqu’il pleut ou à la piscine, plus les cheveux absorbent d’eau. Cette hydratation supplémentaire provoque l’expansion de la fibre capillaire. Le phénomène est plus marqué sur les cheveux ayant une couche externe abimée ou décollée, car elle favorise la pénétration de l’eau dans le cortex du cheveu.Le rôle des liaisons hydrogènesPar temps sec, la kératine qui forme les cheveux se lie à l’eau présente dans la fibre capillaire par des liaisons hydrogènes. Il s’agit de ponts formés entre deux atomes qui contribuent à donner leur forme aux cheveux. Quand les cheveux absorbent de l’humidité, ces liaisons relativement fragiles se brisent. D’autres liaisons se forment, occasionnant un changement de l’apparence du cheveu. Mais le processus est réversible : dès que l’eau en excès s’élimine, les liaisons initiales se reforment.La dilatation des cheveux sous le coup de l’humidité perturbe donc provisoirement la structure naturelle des cheveux. Les types ondulés et bouclés vont devenir frisés, tandis que les cheveux lisses arboreront des ondulations et vagues légères. Le volume des cheveux augmente aussi, du fait de l’expansion de la fibre capillaire gorgée d’eau. Les cheveux déjà épais tendent à moins gonfler que les cheveux fins, qui se remplissent d’eau et frisent davantage.Les facteurs qui influencent le phénomèneLa porosité des cheveux fait référence à leur capacité à retenir l’humidité. Plus les cheveux sont endommagés par des traitements chimiques, plus les écailles sont ouvertes, plus l’humidité pénètre aisément dans la fibre et crée des frisottis. Au contraire, les cheveux à faible porosité présentent des écailles serrées et absorbent moins l’humidité. Ils ont moins tendance à friser.Il faut aussi noter que certains produits capillaires forment une barrière protectrice contre l’humidité. C’est le cas de ceux qui contiennent des silicones, des huiles ou des agents hydratants. Ils contribuent à réduire les frisottis.La température élevée peut quant à elle amplifier la tendance à friser en augmentant la production de sébum, ce qui rend les cheveux plus susceptibles d’absorber l’humidité ambiante.
  • Pourquoi les bébés trouvent-ils réconfortant de serrer une peluche pour dormir ?

    02:11
    Qu’il est mignon, cet enfant qui s’endort avec son doudou serré tout contre lui ! Cette habitude s’observe chez les bébés de toutes les cultures, qu’elle que soit la taille ou l’apparence du doudou en question. Elle perdure même chez certains adultes, qui s’endorment lovés contre leur partenaire ou leur oreiller. Pourquoi ce phénomène s’avère-t-il aussi efficace pour favoriser l’endormissement des bébés ?La sécurité émotionnelleLes nourrissons se montrent très vite sensibles à la séparation, notamment à celle qui accompagne le coucher. Dès l’âge de 6/8 mois, bébé comprend que ses parents existent même lorsqu’ils ne sont pas avec lui. Il intègre alors la notion de permanence des objets et des individus, et peut développer une appréhension à l’idée d’être séparé de son père ou de sa mère. Le simple fait de tenir une peluche familière contribue à apaiser l’enfant, car elle représente un élément constant dans son environnement. Lors du coucher, la peluche devient le substitut temporaire aux parents, apportant confort et protection dans un moment de potentielle insécurité.L’attachement aux objets transitionnelsC’est le pédiatre Donald Winnicott qui introduit la notion d’objet transitionnel. Qu’il s’agisse d’un doudou, d’un vêtement ou d’un jouet, cet objet a pour but d’aider l’enfant à surmonter son angoisse de séparation. Le bébé investit sa peluche émotionnellement, de sorte qu’elle lui procure une continuité de présence rassurante lorsque ses parents sont absents. Le fait d’avoir un objet transitionnel est un comportement parfaitement sain pour l’enfant, qui lui permet de développer sa confiance en soi et sa faculté à s’auto-apaiser.L’effet des peluches sur le stressLe contact d’une peluche contre soi permet d’expérimenter une baisse du stress et de l’anxiété. Cela s’explique par un phénomène tout à fait réel, qui est la baisse du cortisol. Le toucher doux et la présence de la peluche agissent sur le système nerveux, qui traduit ce stimulus par un message apaisant, réduisant les niveaux de cortisol, l’hormone du stress. Détendu, l’enfant peut alors s’endormir plus facilement.Autres facteurs biologiquesAu-delà de l’aspect émotionnel, serrer une peluche contre soi entraine des effets biologiques bénéfiques au sommeil. Le contact physique favorise la régulation du rythme cardiaque et de la respiration. Il stimule aussi la libération d’ocytocine, l’hormone du bien-être, qui induit une sensation de confort et de bonheur très efficace pour un endormissement serein.
  • Pourquoi les rapports sexuels dans l’espace pourraient être compliqués ?

    02:26
    Le tourisme spatial n’est plus un fantasme, et les missions au-delà de notre planète se succèdent sans relâche. Bien que la NASA ait clairement annoncé qu’elle n’avait absolument aucune donnée à partager sur d’éventuels rapports sexuels dans l’espace, la question va se faire de plus en plus pressante. La sexualité, en tant que part importante du bien-être humain, devrait en effet faire partie intégrante des préoccupations des personnes qui voyagent dans l’espace sur des durées prolongées. Mais nous allons voir que la possibilité d’avoir des relations intimes dans l’espace est entravée par plusieurs éléments.La microgravité et ses effets sur le corps humainNous savons, grâce aux études et observations menées sur les astronautes partis plusieurs mois en mission, que la microgravité vécue à distance de la Terre entraîne des répercussions sur le corps humain. La circulation sanguine, par exemple, est altérée, ce qui peut compliquer l’excitation sexuelle, basée sur un afflux sanguin vers les organes génitaux. La gravité sur Terre aide le sang à atteindre les extrémités du corps, ce qui n’est plus le cas lorsque l’on s’éloigne de notre planète. L’apesanteur s’avère aussi néfaste pour le système cardiovasculaire et le développement des muscles et des os, autant de points qui peuvent entraver la poursuite d’un rapport sexuel classique.Les défis de l’environnement spatialSans gravité, deux partenaires pourraient rencontrer des difficultés à stabiliser leurs corps et à trouver des positions confortables. Les mouvements qui unissent deux personnes ayant un rapport sexuel sur Terre reposent beaucoup sur la pesanteur. Dans l’espace, les partenaires devraient faire preuve d’un effort accru et d’une coordination efficace. Ils devraient ainsi se sangler aux parois pour pouvoir rester en contact permanent, ou trouver des alternatives similaires.Dans les vaisseaux spatiaux, qui sont des environnements confinés et pressurisés, il est rare de trouver de l’intimité. La restriction spatiale peut rendre les rapports sexuels inconfortables au niveau psychologique, mais aussi physique avec des pièces exiguës laissant peu de place au mouvement.L’impact de l’enfermementLes missions spatiales de longue durée ont un réel impact sur la libido et les relations interpersonnelles. Qu’il s’agisse de l’isolement, du stress de la mission ou des tensions avec d’autres membres de l’équipage, tout l’environnement concourt à la réduction du désir sexuel, amplifiée par un sommeil souvent moins réparateur.Concevoir un enfant dans l’espace, mission impossible ?Au-delà de la sexualité, la reproduction humaine elle-même semble difficile à mettre en œuvre dans l’espace. L’absence de gravité terrestre pourrait altérer la capacité des spermatozoïdes à migrer vers l’ovule. Même en cas de fertilisation, l’embryon devrait se développer dans un environnement contraignant qui pourrait entrainer des risques pour sa santé. Cependant, des études menées sur des embryons de souris ont montré que la microgravité n’empêchait pas un développement normal des fœtus. Dans tous les cas, il reste encore beaucoup à apprendre sur la sexualité dans l’espace afin de concevoir des solutions aux défis qu’elle pose.
  • Pourquoi les testicules sont à l’extérieur du corps ?

    02:16
    Organes reproducteurs masculins, les testicules sont contenus dans une poche tissulaire appelée scrotum. Celle-ci pend au niveau de l’entrejambe. L’un des premiers gestes médicaux chez un nouveau-né garçon consiste d’ailleurs à vérifier la présence des deux glandes dans le scrotum. Cette localisation inhabituelle par rapport aux autres organes internes s’explique d’un point de vue reproductif. Étudions en détail les mécanismes de la fertilité et l’influence de la position des testicules sur la reproduction humaine.Anatomie et fonction des testiculesLes testicules sont suspendus dans le scrotum, une structure située à l’extérieur du corps. Ils comportent différents compartiments.Les tubules séminifères sont les canaux où se déroule la production des spermatozoïdes.Les cellules de Leydig se situent entre ces canaux et produisent l’hormone mâle sexuelle, la testostérone.L’épididyme forme un conduit enroulé dans lequel les spermatozoïdes mûrissent et sont stockés avant l’éjaculation.Les testicules servent donc à la fois à produire des millions de spermatozoïdes quotidiennement, et à produire la testostérone qui régule la libido, le développement des caractères sexuels masculins ainsi que la masse musculaire.Pourquoi une localisation externe ?La production de spermatozoïdes de qualité nécessite une température légèrement plus basse que celle de la température corporelle normale, autour de 35°C au lieu des 37°C mesurés dans les organes internes. Si la température est trop élevée, la spermatogénèse est inhibée et les spermatozoïdes produits ne sont plus efficaces. C’est d’ailleurs ce principe qui est utilisé dans la contraception avec des slips chauffants : ces dispositifs augmentent localement la température des testicules pour contrer la fertilité masculine.Les testicules étant situés à l’extérieur du corps, il est plus facile pour l’organisme d’y maintenir une température un peu plus basse. Le scrotum possède en outre ses propres mécanismes de régulation pour contrer une éventuelle chaleur néfaste à la spermatogénèse.Les muscles du scrotum et leur influence sur la températureLe scrotum contient deux muscles essentiels pour réguler sa température. Le muscle crémaster soulève ou abaisse les testicules dans le scrotum en fonction des besoins. S’il fait chaud, il se relâche pour les éloigner du corps et les refroidir. S’il fait froid, il se contracte afin de rapprocher les testicules du corps pour les réchauffer.Le muscle dartos, lui, peut aussi se contracter ou se détendre en réaction à la température. Il va alors réduire ou augmenter la surface exposée des testicules, permettant un refroidissement ou un réchauffement plus efficace.
  • Pourquoi se frotte-t-on les yeux lorsque l’on est fatigué ?

    02:05
    La fatigue occasionne souvent des réactions corporelles spécifiques comme les bâillements ou les clignements plus lents des paupières. Un autre de ces gestes d’apparence anodine est celui de se frotter les yeux. C’est un phénomène remarquable chez les nourrissons qui, très tôt, frottent leurs poings contre leurs paupières fermées lorsqu’ils sont fatigués. Pourquoi agissons-nous instinctivement de la sorte, et quelles sont les conséquences de ce geste ?La fatigue oculaire et ce qu’elle entraineFace à la fatigue, notre corps réagit de différentes façons, notamment en réduisant notre concentration et en diminuant nos performances générales. Les yeux, en particulier, réagissent rapidement à un épisode de fatigue. Sollicités en permanence lors de nos activités, ils font partie des organes les plus facilement touchés par le manque de sommeil.L’asthénopie, terme scientifique pour désigner la fatigue oculaire, se manifeste par une sensation de lourdeur, voire de douleur autour des yeux. Elle s’accompagne souvent de maux de tête. Elle rend beaucoup plus difficile la synchronisation des deux yeux pour assurer une bonne vision.Nos globes oculaires sont effets contrôlés par des petits muscles, les ciliaires et les orbiculaires. Ces muscles régissent les mouvements de paupière et ajustent le focus de la vision. Lorsqu’ils sont trop utilisés, ils se fatiguent et occasionnent une sensation générale de tension oculaire avec une baisse de l’acuité ou des capacités visuelles.Les frottements et leurs conséquencesLa tension ressentie dans les yeux en cas de fatigue nous pousse à frotter naturellement nos paupières. Mais ce geste pourrait en fait avoir certaines vertus bénéfiques. Par exemple, le mouvement de frottement stimule les glandes lacrymales, qui produisent alors davantage de larmes pour lubrifier et nettoyer la surface de l’œil. C’est le même processus que lorsque nous avons les yeux irrités par un corps étranger ou par un air sec.Le frottement des yeux favorise aussi la libération d’histamine. Il s’agit d’une substance chimique qui entraine une légère inflammation locale, et se manifeste par des yeux rougis. Elle soulage la sensation de démangeaison et la fatigue oculaire en stimulant les nerfs autour des yeux.Se frotter les yeux pourrait aussi constituer un réflexe protecteur. Par la stimulation des nerfs entourant les yeux, le frottement contribue à envoyer des signaux apaisants au cerveau. Il permet de limiter la sensation de stress qui va souvent de pair avec la fatigue. D’autre part, en éliminant les débris et particules accumulés à la surface de l’œil, le frottement offre aussi un soulagement physique immédiat.
  • Pourquoi les genoux craquent parfois quand on bouge ?

    02:10
    Vous faites des squats, vous vous relevez d’une chaise, ou vous pliez une jambe pour faire vos lacets et vous entendez un claquement sec qui peut sembler inquiétant. Vos genoux craquent régulièrement ? Généralement inoffensif, ce bruit se manifeste à tout âge et sans condition particulière.Fonctionnement du genouArticulation complexe, le genou fait la liaison entre le fémur de la cuisse, le tibia de la jambe et la rotule. Il comprend des cartilages pour faciliter le mouvement, des ligaments pour stabiliser l’ensemble, ainsi que des tendons qui relient les muscles aux os. Les ménisques, petits coussins cartilagineux, amortissent quant à eux les chocs.Lors d’une flexion ou extension de la jambe, le cartilage et le liquide synovial qui lubrifie l’articulation fluidifient le mouvement. Malgré ces précautions, des craquements peuvent se faire entendre pour plusieurs raisons.Craquements et origines des bruitsDistinguons d’abord les différents bruits articulaires. Les craquements sourds proviennent souvent des mouvements de tendons et des ligaments. Les cliquetis plus nets tendent à provenir des tendons ou des ligaments qui se déplacent contre les os. Les grincements, plus inquiétants, indiquent une possible usure du cartilage occasionnant des frottements inhabituels.En général, les craquements inoffensifs produits lors de mouvements des jambes sont dus à des petites bulles de gaz présentes dans le liquide synovial. Le changement de pression induit par la flexion ou l’extension fait éclater ces bulles, ce qui provoque un petit bruit sec. L’on appelle ce phénomène la cavitation.Lorsque les ligaments ou les tendons glissent un peu trop rapidement sur un os, ils peuvent aussi produire des bruits semblables à des craquements ou des cliquetis, sans gravité.En revanche, si le bruit s’accompagne de douleurs, il peut provenir d’un cartilage usé qui ne protège plus les os. Ces derniers frottent alors entre eux lors des mouvements, provoquant des grincements et une sensation désagréable.Des causes pathologiquesEn-dehors des causes normales, il est possible que les genoux craquent à cause de conditions médicales sérieuses. L’arthrose, par exemple, entraine la dégénérescence du cartilage qui conduit à des frottements entre les os. Les tendinites et bursites, inflammations localisées des tendons et des bourses, provoquent aussi des bruits articulaires à cause des mouvements anormaux de l’articulation. Enfin, des blessures antérieures comme des fractures ou des déchirures des ligaments modifient parfois la mécanique du genou en profondeur, entrainant des frictions anormales qui se manifestent par des bruits au mouvement.
  • Pourquoi a-t-on tous des rêves récurrents (tomber dans le vide, perdre ses dents...) ?

    02:37
    Malgré la grande diversité qu’il peut y avoir entre nos valeurs, nos aspirations et nos parcours de vie, nous faisons souvent des rêves récurrents partagés par la plupart des humains. Vous est-il déjà arrivé de rêver que vous tombiez dans le vide, que vous vous noyiez, que vous étiez poursuivi ou que vous perdiez vos dents ? L’universalité intrigante de ces thèmes repose sur différents concepts psychologiques et neurobiologiques.Définition du rêveLe rêve se manifeste par une succession d’images, d’idées, d’émotions et de sensations. Il se produit généralement durant la phase de sommeil paradoxal. C’est une activité mentale inconsciente qui reflète aussi bien nos préoccupations que nos désirs ou nos expériences.L’on peut distinguer trois types de rêves. Les rêves normaux se produisent aléatoirement, sans répétition particulière. Les rêves lucides permettent à la personne de contrôler le déroulement du rêve, ou, a minima, d’être consciente de son état endormi. Les rêves récurrents, eux, se répètent régulièrement avec des thèmes ou des scénarios similaires. Ils s’accompagnent souvent de sentiments intenses de peur, d’anxiété ou de frustration.La cause des rêves récurrentsLe stress et l’anxiété déclenchent volontiers des rêves récurrents. Notre cerveau a besoin de traiter les émotions vécues durant des situations anxiogènes, ce qu’il fait pendant le sommeil au moyen de rêves qui se répètent.Sigmund Freud, le fondateur de la psychanalyse qui étudie attentivement les manifestations inconscientes du psychisme, pense que les rêves reflètent nos conflits et désirs refoulés. Carl Jung, dans son sillage, voit les rêves récurrents comme des messages de l’inconscient pour nous aider à résoudre des problèmes ou à mieux comprendre notre psyché.Si l’on souscrit aux théories psychanalytiques, l’on peut associer chaque rêve à un symbole. Par exemple, tomber dans le vide signifie perdre le contrôle. Perdre ses dents symbolise l’inquiétude dans l’apparence et la communication, ou la crainte de vieillir.Les rêves récurrents proviennent aussi probablement d’expériences quotidiennes et de préoccupations que nous ne parvenons pas à traiter consciemment. D’un point de vue neurobiologique, les rêves récurrents résultent du processus du cerveau durant le sommeil paradoxal pour consolider les souvenirs et traiter les émotions intenses de la journée.La fonction des rêves récurrentsLa fonction cathartique des rêves récurrents est assez claire : en revivant des scénarios similaires, le cerveau travaille à la résolution des conflits émotionnels. La prévalence de certaines situations dans la vie d’un humain comme le décès d’un proche, la maladie, la perte d’un emploi, les déceptions amoureuses ou les traumatismes divers explique pourquoi nous partageons souvent des rêves récurrents très semblables.Les rêves récurrents pourraient aussi constituer des mécanismes évolutifs de survie. En simulant des situations menaçantes, ils aideraient l’individu à se préparer pour y faire face plus efficacement.
  • Pourquoi les pleurs soulagent le stress ?

    02:33
    Aussi déstabilisants soient-ils, les pleurs constituent une réponse naturelle de notre corps face au stress. Découvrons comment le fait de pleurer nous aide à nous sentir mieux après une émotion intense ou une situation stressante.Pleurer, une réaction normale et saineLes pleurs émotionnels se déclenchent la plupart du temps lors de ressentis très fort comme de la tristesse, de la joie ou de la frustration. Ils s’accompagnent de larmes émotionnelles, un type de larme qui n’est libéré que dans ce contexte précis. La constitution des larmes émotionnelles diffère de celle des larmes basales, qui lubrifient l’œil en permanence, et de celle des larmes réflexes, que l’on verse en réaction à un irritant de type fumée ou oignon.Les pleurs servent aussi bien à protéger les yeux qu’à signaler notre détresse à l’autre en suscitant l’empathie. En particulier, les pleurs dus aux émotions contribuent à expulser les toxines et les hormones du stress hors du corps, tels une soupape de sécurité pour notre équilibre émotionnel.Déclenchement des pleurs après un stressDans une situation désagréable ou de forte émotion, les pleurs se déclenchent pour activer le système nerveux parasympathique. Celui-ci ramène le corps à une situation de repos, en l’aidant à se calmer et à récupérer après une période stressante. Le système nerveux parasympathique va alors ralentir le rythme cardiaque, abaisser la pression artérielle et induire un état général de relaxation physique. Il est donc tout à fait normal de se sentir détendu après avoir pleuré.Lorsque l’on pleure, le corps libère aussi des endorphines et de l’ocytocine. Il s’agit d’un cocktail d’hormones du bien-être qui agissent comme des analgésiques naturels. Ces hormones procurent une sensation agréable de détente. Elles amoindrissent la perception de la douleur et améliorent la capacité de lien social. Tout ceci a pour effet de réduire significativement le stress et l’action du cortisol, son hormone correspondante.Reconnaissance des émotionsL’expression de ses émotions à travers les pleurs n’est pas seulement bénéfique d’un point de vue physiologique, elle l’est aussi d’un point de vue de la santé mentale. En se permettant de libérer ses tensions émotionnelles, l’individu soulage son psychisme. Il parvient de la sorte à mieux identifier ce qu’il ressent, donc à mieux gérer et surmonter ses émotions.Au niveau social, les pleurs favorisent le soutien des pairs. Ce signal de détresse aide à créer du lien avec les autres en sollicitant leur empathie. En nous montrant vulnérables, nous autorisons nos proches à nous soutenir et à intégrer notre cercle personnel.Par exemple, une employée qui pleure à cause de la pression au travail pourra obtenir l’aide du syndicat ou la compréhension de son chef. Ces conséquences participeront à la réduction plus générale des facteurs de stress de la personne.
  • Pourquoi les poils poussent dans des endroits inattendus en vieillissant ?

    02:17
    Les personnes âgées présentent parfois des particularités surprenantes, comme ces taches brunes sur les mains ou ces rides qui creusent le visage. Les bouleversements hormonaux dus à l’avancée en âge sont aussi responsables d’un autre phénomène curieux : l’apparition de poils à des endroits inattendus. Comment le corps décide-t-il soudain de faire pousser des poils à des endroits où ils n’ont jamais poussé ?Le poil : fonction et cycle de vieUn poil est un filament constitué de kératine, qui pousse depuis un follicule pileux situé sous la peau. Il comprend une racine, une tige et une pointe. Ses rôles sont multiples : protéger la peau des infections et des blessures, réguler la température corporelle, augmenter la sensibilité tactile.Son cycle de vie commence par l’anagène, qui est la période où le poil pousse activement pendant plusieurs années. Durant la catagène, le poil s’arrête de pousser quelques semaines. La télogène correspond à la chute du poil, qui laisse sa place à un nouveau poil.Les changements dus au vieillissementD’abord, la croissance des poils est fortement influencée par la testostérone et la DHT, deux hormones dites androgènes car plus présentes chez l’homme. Après la ménopause, les femmes produisent moins d’œstrogènes. Leur taux de testostérone devient proportionnellement plus élevé et plus influant qu’auparavant, ce qui explique qu’elles puissent avoir davantage de poils que durant leur jeunesse. Ces hormones stimulent aussi la pousse des poils sur le visage, amenant l’apparition de poils à des endroits auparavant non touchés par la pilosité.Chez les hommes, l’andropause, qui est une sorte d’équivalent masculin de la ménopause, conduit aussi à des changements hormonaux. Mais la baisse de testostérone chez l’homme s’accompagne d’une croissance accrue des poils à des endroits inhabituels comme les oreilles ou le nez, au détriment du reste du corps et du visage.Sensibilité des follicules pileuxPetites cavités où poussent les poils sous la peau, les follicules pileux subissent des modifications en vieillissant. Ils se montrent plus sensibles aux hormones. Cela est dû à l’amincissement de la peau, qui devient plus fine au fur et à mesure que la personne prend de l’âge. Ces follicules peuvent donc réagir en produisant des poils dans des endroits auparavant inactifs.Poids des médicamentsPlus l’on vieillit, plus l’on a de risque de prendre un traitement médicamenteux. Or, certains d’entre eux sont connus pour augmenter la croissance des poils, comme les médicaments hypotenseurs, les stéroïdes et les traitements hormonaux.Le diabète, les troubles de la thyroïde ou les carences nutritionnelles dues à la dénutrition sont également susceptibles d’affecter la densité des poils dans des zones inhabituelles chez les personnes âgées.