Partager

Anomia - le partenaire Business des avocats

Les avocats se livrent. Découvrez les secrets de vos confrères.

AnomiaEn tant qu'avocat ou futur avocat, il est extrêmement complexe d'obtenir des retours d'expériences, des trucs & astuces et des bonnes pratiques pour développer son cabinet d'avocats.Avec nos invités, nous reven
Dernier Épisode1/16/2023

"Epousez votre interlocuteur chez le client !" - Claire Tordjmann-Audouard, Directrice juridique du Groupe Barrière

Anciennement avocate, Claire Tordjman a quitté sa première collaboration pour rejoindre RTE en tant que Conseillère du Président du Directoire jusqu’à devenir Secrétaire du Conseil de surveillance. Depuis bientôt 1 an, elle a rejoint le groupe Barrière !Le groupe Barrière c’est 34 casinos, 17 hôtels de luxe - Le Fouquet’s, L’Hermitage… - 120 restaurants et bars, 15 spas, 3 golfs et 1 million de coupes de champagne servies à l’année… Mais Claire nous parle surtout d’un groupe humain, rempli d'opportunités, qui a à cœur de faire plaisir, à l'instar des personnes qui le composent.Dans cet épisode d’Objectif Client, Claire nous explique que la gestion et le développement du groupe Barrière, c’est répondre à une grande diversité de problématiques juridiques - corporate, gouvernance, droit immobilier, droit public, droit des contrats, M&A, droit des jeux, de l’environnement, propriété intellectuelle, droit social, droit fiscal, réglementation hôtelière…Pour cela, Claire manage quotidiennement une équipe de 4 personnes et se fait accompagner par une pluralité de cabinet d’avocats.Comment travailler avec le groupe Barrière ? Trois éléments principaux déterminent leurs choix :Le budget : Pas de passe droit pour les avocats, le budget est déterminant pour le groupe Barrière. Les méthodes de facturation jouent beaucoup et Claire apprécie les gestes commerciaux, qu'elle peut valoriser en termes de qualité de la relation client.Le niveau d’expertise : Claire et son équipe travaillent avec de grands cabinets lorsque les enjeux sont importants et qu'une force de frappe doit être déployée, ou alors des avocats très spécialisés lorsque les questionnements sont très pointus et précis. Il peut s’agir de cabinets spécialisés comme d’indépendants experts.La qualité de service : Claire et son équipe sont très regardantes sur la qualité et surtout l'efficacité délivrée par les cabinets. Elle attend des cabinets une qualité de la prestation mais aussi l’implication du cabinet ou de l’avocat dans ses relations : si l’avocat s’intéresse à son client, part à sa rencontre, invite à se rencontrer… Ce sont ceux qui leur portent le plus d’intérêt qui souvent délivrent souvent le meilleur travail.Pour vous mettre à la place d’un directeur juridique d’un grand groupe comme Claire Tordjman, pour comprendre ce qu’ils attendent et pour qu’ils fassent appel à vous, cet épisode est un must-listen !Ressources : Anomia : Donnez vous les moyens de vos ambitionsNeria : Recrutez les meilleurs talents dans votre cabinet ! Prendre contact Groupe Barrière : En savoir plus
1/16/2023

"Epousez votre interlocuteur chez le client !" - Claire Tordjmann-Audouard, Directrice juridique du Groupe Barrière

Anciennement avocate, Claire Tordjman a quitté sa première collaboration pour rejoindre RTE en tant que Conseillère du Président du Directoire jusqu’à devenir Secrétaire du Conseil de surveillance. Depuis bientôt 1 an, elle a rejoint le groupe Barrière !Le groupe Barrière c’est 34 casinos, 17 hôtels de luxe - Le Fouquet’s, L’Hermitage… - 120 restaurants et bars, 15 spas, 3 golfs et 1 million de coupes de champagne servies à l’année… Mais Claire nous parle surtout d’un groupe humain, rempli d'opportunités, qui a à cœur de faire plaisir, à l'instar des personnes qui le composent.Dans cet épisode d’Objectif Client, Claire nous explique que la gestion et le développement du groupe Barrière, c’est répondre à une grande diversité de problématiques juridiques - corporate, gouvernance, droit immobilier, droit public, droit des contrats, M&A, droit des jeux, de l’environnement, propriété intellectuelle, droit social, droit fiscal, réglementation hôtelière…Pour cela, Claire manage quotidiennement une équipe de 4 personnes et se fait accompagner par une pluralité de cabinet d’avocats.Comment travailler avec le groupe Barrière ? Trois éléments principaux déterminent leurs choix :Le budget : Pas de passe droit pour les avocats, le budget est déterminant pour le groupe Barrière. Les méthodes de facturation jouent beaucoup et Claire apprécie les gestes commerciaux, qu'elle peut valoriser en termes de qualité de la relation client.Le niveau d’expertise : Claire et son équipe travaillent avec de grands cabinets lorsque les enjeux sont importants et qu'une force de frappe doit être déployée, ou alors des avocats très spécialisés lorsque les questionnements sont très pointus et précis. Il peut s’agir de cabinets spécialisés comme d’indépendants experts.La qualité de service : Claire et son équipe sont très regardantes sur la qualité et surtout l'efficacité délivrée par les cabinets. Elle attend des cabinets une qualité de la prestation mais aussi l’implication du cabinet ou de l’avocat dans ses relations : si l’avocat s’intéresse à son client, part à sa rencontre, invite à se rencontrer… Ce sont ceux qui leur portent le plus d’intérêt qui souvent délivrent souvent le meilleur travail.Pour vous mettre à la place d’un directeur juridique d’un grand groupe comme Claire Tordjman, pour comprendre ce qu’ils attendent et pour qu’ils fassent appel à vous, cet épisode est un must-listen !Ressources : Anomia : Donnez vous les moyens de vos ambitionsNeria : Recrutez les meilleurs talents dans votre cabinet ! Prendre contact Groupe Barrière : En savoir plus
1/3/2023

"L’avocat qui fait très bien son travail n’est pas celui qui résout le problème mais celui qui l’anticipe et qui l’évite." - Mathieu Brochier, avocat associé Darrois Villey Maillot Brochier

Mathieu Brochier est inspirant. Il prend du recul sur son travail et ne semble rien prendre pour acquis.Mathieu Brochier, est avocat associé chez Darrois Villey Maillot Brochier. Dans ce podcast, Mathieu nous livre son parcours, sa vision du métier d'avocat, comment il manage ses équipes, des grands moments de sa carrière...Mathieu Brochier est diplômé d’un DEA Droit du patrimoine Privé à la Sorbonne. Pour jouir de méthodes pédagogiques diversifiées, il passait ses étés dans les universités américaines. Ses parents sont avocats et l’ont poussé à réaliser des stages dans des cabinets prestigieux en plus de ses études estivales aux États-Unis.Il rejoint pour sa première collaboration en 2004 le Cabinet Temime. La bas, ils touchent à tous les aspects du métier d'avocat : de l'analyse des dossiers jusqu'aux audiences. Rapidement autonome, il y effectuera ses premières plaidoiries avec mais aussi sans Hervé Temime.Il quitte le droit pénal des affaires pour rejoindre le cabinet de son père, le cabinet Darrois Villey Maillot Brochier. Il envisage cette partie de son parcours comme une transition et pourtant, Mathieu ne quittera pas le cabinet. Il nous partage : « Je pensais partir au bout d’un an, ça fait 15 ans que j’y suis ».Mathieu n’a pas joui d’un traitement de faveur et apprend énormément. Il nous partage ces apprentissages et les méthodes de travail du cabinet : développer une vision transversale, anticiper les questions qui peuvent se poser et notamment les questions contentieuses.Mathieu nous parle de sa manière de manager : il se fixe des objectifs à long terme et des objectifs quotidiens. Son obsession ; faire de chaque jour une journée productive et de faire de son mieux.Il nous délivre son positionnement par rapport aux autres collaborateurs et comment il travaille quotidiennement à leurs côtés.La clientèle du cabinet Darrois Villey Maillot Brochier est très exigeante et les dossiers sont très denses. Quand bien même, Mathieu encourage les collaborateurs à avoir une clientèle personnelle. Il reste conscient que les dossiers en interne sont très chronophages.Il pousse les collaborateurs à venir plaider pour s’imprégner complètement d’un dossier et connaître les retours des juges.Mathieu considère qu’un avocat doit rester empathique. Les avocats doivent partager le soucis de l’autre et cette empathie participe à une bonne expérience client.Il place la satisfaction de son client comme l’indicateur de succès de son travail et considère donc qu’il faut faire ses preuves tours les jours. Les clients mais aussi les collaborateurs du cabinet sont très exigeants ce qui l’a poussé à faire de son mieux tous les jours.Nous remercions grandement Mathieu pour sa transparence. Ce podcast, de par sa richesse, est à écouter au plus vite pour tous les avocats associés en place et en devenir. 📚 Les ressources du podcast :Le réseau Anomia : Le réseau des avocats entreprenants Le cabinet Darrois Villey Maillot BrochierEcouter notre podcast avec Jean-Michel Darrois
12/19/2022

"Quand on a monté le cabinet, on avait aucun client" - Marylaure Meolans, avocate associée et cofondatrice du cabinet Victoire Avocats

Maître Marylaure Meolans est l'archétype de l'avocate entreprenante qui a su mettre le développement commercial au cœur de son activité.Marylaure a cofondé son cabinet d'avocat avec Maître Sara Monroig, le cabinet Victoire Avocat, spécialisé en droit des affaires et en droit social en 2016.De là, elles n'avaient aucun client ou presque, et commençaient de 0 leur aventure entrepreneuriale ! Ce ne fut que de courtes durées. Elles ont vite mis en place des actions concrètes pour trouver leurs premiers clients. Elles ont listé leur réseau et ont pris le temps de prendre contact avec eux et comprendre leurs besoins.Marylaure a également rejoint la BNI pour challenger sa pratique, se former et rencontrer des entrepreneurs qu'elle accompagne aujourd'hui. De là, elles ont trouvé leur premier client, mais elles sont allées plus loin.Dans un second temps, elle a lancé son podcast : Droit devant. Un podcast pour rendre le droit social plus accessible.Aujourd'hui, Victoire avocat représente 12 collaborateurs dont 3 associés et un avocat et ne cesse de croître. Une belle victoire et rebondissement sur ses expériences passées en tant que collaboratrices.Marylaure nous raconte le passage de son cabinet en cabinet d'avocat à mission, ce que cela implique pour le cabinet, les contraintes mais aussi les avantages que cela apporte.Elle nous parle de la prise d'initiative de ces jeunes collaborateurs et de leur implication qui a fait propulser la démarche !Ce podcast est un condensé de conseil pour tous ceux qui souhaitent fonder leur cabinet d'avocats ou ceux qui souhaitent développer leur activité d'indépendant ou de leur cabinet existant.
12/12/2022

"C'est difficile de développer de la clientèle tant qu'on est collaborateur" - Virginie Tesnière, associée et co-fondatrice du cabinet Nouvelles

Virginie Tesnière est une avocate entreprenante qui allie fraîcheur et créativité.Après avoir hésité entre une carrière dans l’industrie musicale, elle plonge dans le monde du droit et obtient le concours d’avocat DEA Propriété littéraire et artistique de Pierre Yves Gauthier.Elle devient avocate et rejoint le cabinet Kiejman & MarembertElle devient collaboratrice pendant 7 ans dans le cabinet Kiejman & Marembert avocats où elle exerce dans le droit d’auteur et de la presse. Une expérience formidable mais exigeante, où elle apprend le métier aux côtés de deux grands avocats, Georges Kiejman et Thierry Marembert.Elle décide de se spécialiser dans le droit de la presse après le procès des caricatures de Mahomet qui la passionne. Accrochée par sa fibre artistique, en parallèle de sa collaboration, elle double des voix de dessins animés au cinéma et réalise un album de musique où elle rencontre un grand succès après 200 000 exemplaires vendus et des concerts à l’Olympia. Elle part ensuite travailler dans le cabinet de Christophe Bigot, que nous avons accueilli au micro d’Advocat ! Dans le cabinet Bauer Bigot & Associés elle pousse sa spécialisation en droit de la presse. Néanmoins, elle aura du mal à y développer sa clientèle pour des questions de conflits d’intérêts et d’un secteur restreint. Elle considère que c’est difficile de développer sa clientèle lorsque l’on est collaborateur. Suite à la rencontre avec des productrices de podcast, elle s’intéresse à ce nouveau média et développe son activité. Force de travail, elle s’associe au cabinet au bout de 7 ans en même temps qu’Emilie Sudre, son “acolyte”.Elle fonde son cabinet : le cabinet NouvellesToujours face à cette même problématique de conflits d’intérêts, Virginie décide de fonder son propre cabinet avec Emilie Sudre & Lorraine Gay : le cabinet Nouvelles. Un cabinet entièrement dédié au droit de la presse et de la communication et au droit d'auteur. Elle raconte comment elles ont fondé leur cabinet, l’accompagnement dont elles ont bénéficié, comment elles s’organisent. Nous remercions grandement Virginie pour ce moment de partage et nous lui souhaitons une belle réussite, à elle et ses deux associés !Vous retrouvez les ressources du podcast ci-dessous :📕 Guide 10 étapes pour créer son cabinet d’avocat🚀 Réseau Anomia
12/5/2022

"Nous sommes allés chez les clients, quelque chose qui était impensable”

Anomia accueille Maître Bruno Richard au micro d'AdVocat.Aujourd'hui avocat associé au sein du cabinet DWF, Bruno prête serment en 1995 et signe le début d'une belle aventure.Élève peu motivé par les études et poussé par un père médecin il se dirige vers des études de médecine qui s'avèrent peu concluantes.Il rejoint par la suite la Fac de droit de Reims où il fait la rencontre de grands professeurs qui le fait tomber amoureux de la discipline.Inspiré par un de ses professeurs Guy de Carcassonne, le jeune étudiant qu'il était aspirait plus à être professeur agrégé de droit public plutôt qu'avocat.Cette aspiration ne devient finalement qu'un rêve qu'il finit par chasser de son esprit puisque Bruno enchaîne avec une licence de droit à Reims, une maîtrise puis un DEA à Paris 1.Attaché à ses racines et passionné par le droit public, considéré à cette période comme une discipline de niche, il prend le pari de continuer et développer cette discipline.Il décide de rejoindre Rambaud Martel, aujourd’hui Orrick, Herrington & Sutcliffe LLP, en tant que collaborateur puis associé de 1995 à 2010 où il se développe en même temps que le cabinet. Il nous partage le management du cabinet, de la stratégie de développement du cabinet.Maître Bruno Richard nous explique comment il réussit à attirer des grands acteurs du secteur public et travailler avec eux dans une période où c’était impensable d’entrer en contact avec eux.Maître Bruno Richard partage ses expériences et met en avant les complexes mais passionnants dossiers qu’il a pu prendre en charge en travaillant dans le droit public des affaires.Aujourd’hui associé chez DWF, il nous présente un cabinet internationalisé (Europe, Canada, Moyen-Orient, Arabie saoudite), coté en Bourse, avec un modèle de management qui favorise la collaboration entre les personnes du cabinet et où l’on travaille sur des projets de constructions faramineux !DWF est un cabinet aux grandes ambitions qui usent de moyens digitaux innovants comme de l’intelligence artificielle pour faciliter la gestion des dossiers.Pour tous les praticiens et curieux du droit public, ces échanges sont à écouter au plus vite !Nous remercions chaleureusement Maître Bruno Richard pour son temps et vous souhaitons une excellente écoute !Vous retrouvez les ressources du podcast ci-dessous :Reseau AnomiaLe Cabinet DWFGuide gratuit : Développer son cabinet d'avocat
11/28/2022

"Avant de devenir avocat, j'étais probablement un entrepreneur en puissance." - François Fagot, associé et fondateur du cabinet HF Avocats

Le micro d'Advocat reçoit fièrement aujourd'hui maître François Fagot !Avocat depuis maintenant 13 ans, François introduit son parcours en nous présentant sa vision du métier. Il considère les avocats comme des "chef d'entreprise".François Fagot est toujours à l’aguets des évolutions du métier et à l’écoute des besoins des clients.Il commence sa carrière chez STC Partners en 2010, collaborateur d'une équipe dédiée au capital investissement et levée de fonds. Après 2 ans dans la capitale, il décide de s'installer en Province et rejoint le cabinet Fidal en 2012.Il nous partage les enjeux auxquels il a dû faire face : le développement de sa propre clientèle tout en gardant un lien avec son expérience à Paris...Francois décide de quitter Fidal après 5 ans et demi de collaboration et décide d’axer sa pratique autour de l’expérience client.Il monte alors son cabinet HF Avocats en 2017.Suite à des enquêtes faites auprès des clients d'avocats, les axes d’amélioration étaient quasiment toujours les mêmes : le manque d'écoute des cabinets, le manque de personnalisation des dossiers, le manque de lisibilité sur l'affaire et de coordination entre le client et l’avocatPour François, un avocat doit toujours écouter sans jugement, en tant qu'opérationnel afin de cibler les objectifs et enjeux de son interlocuteur, son activité et également d'identifier ses appréhensions.La disponibilité d'un avocat n'est pas toujours assurée c'est pourquoi François a mis en place au sein du cabinet HF Avocats des conditions afin de garantir un retour au client sans trop d'attente.François nous partage ses ambitions pour son cabinet axées sur la réponse aux besoins des clients et par conséquent le déploiement de HF sur le territoire.Chez Anomia, nous sommes fiers d'accompagner des avocats aussi brillant que François Fagot !Un podcast a dévoré pour tous les avocats qui veulent suivre le pas de François Fagot, que nous remercions chaleureusement pour sa franchise, sa transparence et également son aide précieuse.Vous retrouvez les ressources du podcast ci-dessous :🗄️ Le cabinet de François Fagot : HF Avocats🚀 Réseau Anomia📕 Guide méthodologique pour développer votre cabinet d'avocats