Partager

cover art for La Saison 1 du podcast AGOSTO en 10 min (ou presque) !

AGOSTO

La Saison 1 du podcast AGOSTO en 10 min (ou presque) !

Saison 1, Ep. 9

J'ai clôturé la Saison 1 du podcast Agosto. 8 épisodes, 8 comme la place du mois d'Août dans le calendrier, Agosto.

Ce sont 8 témoignages de personnes qui ont fait confiance au projet alors qu'il n'était pas né, ou presque.

8 parcours différents et pourtant un point commun qui les unis : le Portugal.

En réalisant ce "condensé" de la saison 1, j'ai réalisé que les témoignages se répondaient parfois, que les rires et les souvenirs inspiraient les mêmes mots, que la "saudade" et la lumière émanaient de tous les récits.

Alors, que ce soit pour vous replonger dans leurs histoires le temps de quelques extraits ou pour avoir un aperçu de la saison 1, je vous souhaite une bonne écoute et espère vous retrouver très vite pour la saison 2 !


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Si vous avez aimé cette saison et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !

> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast

> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com

> Création originale : Céline Lopes

> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes

> Montage: Céline Lopes

> Dans l'ordre des extraits, vous entendrez : Almerinda (ép.1), Cristèle (ép.8), Olivier (ép.5), Ilda (ép.4), Maria-Yvonne (ép.7), Sandra (ép.2), Cristèle (ép.8), Maria-Yvonne (ép.7), Sandra (ép.2), José (ép.6), Olivier (ép.5), José (ép.6), Ilda (ép.4), Lizzie (ép3).

More episodes

View all episodes

  • 22. Fanny, se sentir suffisamment portugaise

    38:15
    Pour ce nouvel épisode, j’ai eu le plaisir de recevoir Fanny à mon micro. Une alsaco-portugaise, de maman alsacienne et papa portugais. Et si je vous précise cela c’est parce que cette double-culture sera au coeur de sa construction. Quand on se voit étrangère dans les yeux des autres, quand la bêtise de certains adolescents crée un rejet du pays où l’on est né, où l’on vit et où l’on grandit. Alors On recherche à s’appuyer sur le pays des souvenirs heureux, celui qui est encore un grand mystère. Pourquoi un mystère ?Parce que transmettre ses origines n’est pas une évidence pour le papa de Fanny. L’intégration en France est sa priorité même si son coeur reste portugais. Pas de rêve de retraite avec un retour au pays. L’intégration à tout prix. Et ce, même avec une fille qui réclame une nationalité, une langue, des explications. Ce chemin, Fanny devra le faire seule, avec le soutien inconditionnel de sa maman française. Et même si aujourd’hui encore, elle ne se sent pas encore complètement « légitime », c’est pour son fils et avec son mari qu’elle transmet son amour du Portugal.Le témoignage de Fanny, ses interrogations à ne pas se sentir « assez portugaise » mais pas toujours « française » aux yeux des autres, m’ont touché. Elle utilise souvent le terme de « dualité » là où l’on peut voir une « unité» autour de cette double-culture. Et je m’interroge maintenant : doit-on cocher un certain nombre de critères pour être considéré comme un « bon portugais » ? Auprès de qui et pourquoi finalement ? Je vous laisse découvrir Fanny et até jà !/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous avez aimé cet épisode et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com> Création originale : Céline Lopes> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes> Montage : Céline Lopes> Musiques Pixabay libres de droits.> Suivez Fanny sur IG : book_innee
  • 21. Graça : 1965, ma deuxième naissance

    01:09:09
    Pour ce nouvel épisode, j’ai eu le plaisir de recevoir Graça Dos Santos à mon micro. Graça est professeure de portugais à l’université Paris Nanterre, fondatrice de la compagnie de théâtre bilingue Cá e Lá et directrice du Festival Parfums de Lisbonne.Née au Portugal dans les années 60, elle débute sa vie dans “un pays sans couleurs” malmené par une dictature qui n’en finit pas et où règnent la peur et la méfiance. C’est en 1965 qu’elle vit sa deuxième naissance en arrivant en France à bord du Sud-Express, un train mythique dont elle s’inspirera pour ses créations théâtrales avec la compagnie Cá e Lá. Le témoignage de Graça, ponctué de détails et d’anecdotes de son enfance, est précieux. Elle nous partage sa vision de la double culture, de ce que l’on nomme “identité” mais aussi de la langue comme “espace de liberté et non de castration”, pour la citer.Un voyage entre deux pays, deux époques, qui, à l’approche des commémorations de la Révolution des Oeillets, nous plonge dans une époque que l’on ne veut plus voir exister./////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous avez aimé cet épisode et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com> Création originale : Céline Lopes> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes> Montage : Céline Lopes> Musiques Pixabay libres de droits.> Suivez l’actualité du Festival Parfums de Lisbonne sur IG : parfumsdelisbonne ou sur le site Parfums de Lisbonne> Découvrez le travail de Graça Dos Santos en ligne sur LinkedIn : Graça Dos Santos mais aussi ici Université Paris Nanterre
  • 20. David Ferreira, bousculer son destin pour une vie colorée

    45:26
    Pour ce nouvel épisode, j’ai eu le plaisir de recevoir David Ferreira à mon micro. David est un artiste peintre talentueux, autodidacte, qui se prédestinait pourtant à une carrière de géomètre qu’il n’avait pas réellement choisie. Né en France le 15 octobre 1982 à 5h15, c’est un enfant plutôt discret et travailleur qui grandit dans une famille dont l’histoire a commencé près de Viseu et Porto mais dont le destin les a transportés jusqu’à Pau ! Une grand-mère courageuse arrivée en France avec 7 enfants et très intégrée dans son quartier de Pau, un père charpentier aux mains d’artiste et exigeant, une mère passionnée de peinture et de céramique. Autour de lui, et sans s’en rendre compte, David baigne déjà dans un univers créatif d’adultes très charismatiques.Pas facile de s’affirmer, surtout quand on lui rappelle son étiquette de “portugais” lorsqu’un choix de carrière doit se dessiner. Ce sera alors dans le bâtiment qu’il débutera son histoire professionnelle. La suite, je vous laisse la découvrir à travers son récit ! Le lien de David avec le Portugal est au-delà de la langue ou des souvenirs d’enfants. Il se retrouve dans l’explosion de couleurs de ses œuvres, dans son amour de recevoir, son goût du voyage et de l’inspiration d’ailleurs. Je vous laisse en compagnie de David, alias Toto !/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous avez aimé cet épisode et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com> Création originale : Céline Lopes> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes> Montage : Céline Lopes> Musiques Pixabay libres de droits.> Suivez David sur IG : davidferreiraartist > Découvrez le travail de David Ferreira en ligne sur son site : www.davidferreira.fr
  • 19. La saison 2 en 10 min (ou presque) !

    16:44
    La saison 2 se clôture avec 8 témoignages précieux. Des mots sur des maux, entre racisme et réflexion sur la double-identité des invités.Agosto continue d’être un projet ambitieux, celui de réunir des histoires que l’on ne doit jamais oublier. Un hommage à ceux qui ont osé prendre des risques, souvent pour échapper à une misère ou à une guerre coloniale insupportable. Les histoires des générations suivantes et de leur relation avec le pays qui a vu naître leurs parents. Qui sont-ils et quelle place a le Portugal dans leur vie et leurs souvenirs ?Enfin, vous avez pu écouter le premier hors-série en portugais avec la réalisatrice Ana Sofia Fonseca. Le premier d’une longue série, avec l’objectif de mettre en lumière cette langue parlée par une communauté éparpillée dans le monde !Bonne écoute et on se retrouve vite pour la saison 3 !/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous avez aimé cette saison et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com> Création originale : Céline Lopes> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes> Montage: Céline Lopes> Dans l'ordre des extraits, vous entendrez : La Harissa (ép.17), Tiago (ép.11), Ana Isabel (ép.15), Antonio-Pedro (ép.13), Egidio (ép.10), Lisete (ép.14), Isabel (ép.12), Cristina (ép.16).
  • 18. Ana Sofia Fonseca, réalisatrice de Cesária Évora la diva aux pieds nus (PT)

    20:29
    Avant d’entamer la nouvelle saison du podcast Agosto, je vous propose un hors-série un peu spécial : le tout premier épisode AGOSTO en portugais !C'est la talentueuse réalisatrice Ana Sofia Fonseca qui inaugure ce 1er hors-série. Journaliste de formation, elle travailla pendant de nombreuses années dans des médias portugais comme le titre Expresso mais aussi beaucoup pour la télévision avec la chaîne Sic. Conteuse d’histoires, amoureuse du cinéma, c’est après plus de 20 ans de carrière dans le journalisme qu’elle décida de se lancer dans la réalisation.Elle souhaitait avoir le temps de porter à l’écran des histoires, et celle de "la diva aux pieds nus" Cesária Évora qui vint la cueillir. Oui, car Ana Sofia Fonseca a un lien particulier avec le Cap-Vert, d’où son mari est originaire et où ils se rendent très régulièrement en famille. Une population marquée par la générosité de celle qui toucha le monde entier par sa voix et son authenticité à une époque où elle était bien loin des stéréotypes de l’univers musical. Cesária racontée par Ana Sofia, c’est un travail de plus de 5 ans à la recherche d’archives auprès de ses amis, de sa famille et parfois de petits miracles qui se produisent avec des cassettes inédites retrouvées au fond d’un garage. Je vous invite à faire connaissance avec Ana Sofia et à découvrir son travail, un hommage à une artiste qui marqua des générations par sa liberté et sa voix dans une langue que le monde découvrait tout comme le Cap-Vert. Bonne écoute et été jà !Sortie du film au cinéma en France le 29 novembre 2023/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous avez aimé cet épisode et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com> Création originale : Céline Lopes> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes> Montage : Céline Lopes> Extraits sonores du film "Cesária Évora la diva aux pieds nus"> Pour voir la bande-annonce du film ici
  • 17. La Harissa, un univers musical à part

    53:37
    Pour ce nouvel épisode, j’ai eu le plaisir de recevoir Chris à mon micro que vous connaissez peut-être mieux sous le nom de “La Harissa”, artiste de rap / hip-hop mêlant des textes en français et en portugais ainsi que des sons de fado et de musiques folkloriques. Dans cet épisode, Chris nous partage ses inspirations, puisées dans les récits de son grand-père et de son père partis de Seixas pour rejoindre la France mais aussi dans la “saudade da sua terra” qui l’anime depuis toujours. Lors de cette conversation, Chris nous raconte ses souvenirs d’enfance, ses débuts dans le rap, son envie de s’en sortir et d’avancer dans ce projet malgré le peu de soutien qu’il aura des radios de l’époque. A travers la musique, il souhaite donner de la visibilité à la “communauté portugaise” et au pays sans passer par les clichés qu’il déteste tant. Comment faire changer les mentalités et ne plus entendre parler de racisme quand on continue à voir se multiplier les sketchs humiliants et toujours autour des mêmes thèmes, souvent peu originaux ? Mais si, vous savez : les poils, la moustache, la femme de ménage et le chantier !Dans cet épisode rythmé aux sons de La Harissa, vous découvrirez ses projets et l’histoire de son dernier titre sorti il y a quelques jours “Oxalà”. Plongez dans un récit sans filtres et até jà !/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous avez aimé cet épisode et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com> Création originale : Céline Lopes> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes> Montage : Céline Lopes> Musiques La Harissa, avec autorisation de l'artiste.> Suivez La Harissa sur IG : laharissa ou sur Facebook : LaHarissaOfficiel> Pour écouter le nouveau titre "Oxalà" ici
  • 16. Cristina, autrice du roman "Saudade"

    01:05:53
    Pour ce nouvel épisode, j’ai eu le plaisir de recevoir Cristina à mon micro. J’ai rencontré Cristina à travers son deuxième roman paru en 2022 : “Saudade”. La ville de Porto en couverture, il n’en fallait pas plus pour attirer ma curiosité et commander le livre (à Porto en plus) puis plonger dans une histoire touchante dans laquelle je me suis reconnue de nombreuses fois, en tant que franco-portugaise.Dans cet épisode, Cristina partage son histoire personnelle avant l’écriture, celle d’une jeune fille née en France mais qui à 15 ans, partira seule au Portugal vivre avec sa tante en attendant que ses parents reviennent au pays. Ils n’y retourneront finalement qu’à leur retraite mais Cristina continuera de grandir avec le manque des siens… comme si elle reproduisait dans le sens inverse la bouleversante histoire qu’ont connu de nombreux portugais. Une vie étudiante à Porto épanouissante, les premières expériences professionnelles et c’est dans ces belles années que Cristina tombe amoureuse et accueille son premier petit garçon. Un mariage “express” et un retour “au village” , Cristina vit une vie qu’elle n’a jamais souhaitée. Déterminée et courageuse, elle repart en France pour retrouver une vie à 100 000 à l’heure dans laquelle elle peut s’accomplir dans plusieurs rôles, mère et femme. C’est à travers un récit sincère, émouvant et à la fois très joyeux que vous ferez connaissance avec celle qui se cache derrière le nom d’autrice Cristina de Amorim. Elle nous parle de son attachement au Portugal, de ses rêves et de l’obsession qui la pousse à écrire des récits encore plus personnels pour pouvoir les partager avec ses parents. Cette conversation avec Cristina était à l’image de sa plume : un voyage authentique, intime et empreint de “saudade”.Je vous laisse découvrir son récit et até jà !/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous avez aimé cet épisode et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com> Création originale : Céline Lopes> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes> Montage : Céline Lopes> Extrait de Mariza " O gente da minha terra"> Musiques libres de droits Pixabay> Suivez Cristina sur IG : Cristina_de_a> Commandez le roman "Saudade" ici> Dans l’épisode, Cristina nous parle du Comptoir Saudade, l’épicerie portugaise à Paris 17 / de Loïc du compte Instagram Portugueses de França
  • 15. Ana Isabel, la mémoire familiale et les traditions

    58:47
    Pour ce nouvel épisode, j’ai eu le plaisir de recevoir Ana Isabel Freitas à mon micro. Ana Isabel est une artiste avant tout. Elle est peintre, cinéaste, enseignante à l’université et elle multiplie les projets autour de la musique et du théâtre. Vous l’entendrez à son magnifique accent, Ana Isabel habite en région parisienne depuis 2015. Elle vient de la région de Trás-os-Montes e Alto Douro, de São Martinho de Anta, un village portugais qui l’inspirera toute son enfance grâce à ses paysages plein de caractère.Dans cet épisode, nous retraçons son parcours, de son enfance libre au village entourée de sa famille à son arrivée à Paris. Elle nous fait réfléchir à la richesse des moments simples, au temps qui passe et à l’urgence d’encapsuler les mémoires de nos anciens. Au fil de son témoignage, vous entendrez des extraits de ses nombreuses créations documentaires dont “No meu tempo, o casamento” où ses grands-mères racontent leur mariage en écho à son propre mariage qu’elle préparait lors du tournage. Puis “Là em Baixo”, son premier long-métrage pour lequel elle a suivi pendant 4 saisons, 3 groupes folkloriques portugais en France afin d’en comprendre le fonctionnement, la passion et le lien très fort avec les racines portugaises.Un récit plein de douceur et d’amour, une ode au vivre ensemble, à la terre, aux racines et à la famille. Ana Isabel Freitas est une rêveuse acharnée, libre et consciente. Vous ne serez pas insensible à son travail autour de la mémoire, celle qui évapore les souvenirs et les savoirs si précieux de nos anciens. Celle des émotions et des sensations que de nombreux portugais de France ou d’ailleurs décrivent si bien.Je vous laisse découvrir le récit d’Ana Isabel et até jà !/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous avez aimé cet épisode et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com> Création originale : Céline Lopes> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes> Montage : Céline Lopes> Extraits des documentaires réalisés par Ana Isabel Freitas “Là em baixo” et “No meu tempo, o casamento”> Musiques libres de droits Pixabay> Suivez Ana Isabel sur IG : anaisabel.freitas
  • 14. Lisete, à la recherche de ses identités

    45:38
    Pour ce nouvel épisode, j’ai eu le plaisir de recevoir Lisete à mon micro. Lisete est une jeune femme qui a grandi entourée d’une communauté portugaise importante à Clermont-Ferrand. Pourtant, pendant longtemps, elle ne se sentait pas attachée à ses racines, à ce pays. Elle l’a souvent rejeté et détesté.Cet épisode s’est construit à partir des réflexions et des confessions d’une jeune femme qui cherche son identité à travers ses identités, pour qui connaître l’histoire de sa famille est devenu nécessaire pour construire enfin sa propre histoire. A travers son récit, on voyage en France, au Portugal mais aussi en Angola. L’Angola d’avant-guerre, le pays où son papa est né et a vécu ses plus belles années, mais dont il parlera trop peu à ses enfants. Comme Lisete le dit si bien, son papa a vécu 2 fois l’exil. Il a souffert d’avoir quitté son paradis pour arriver sur des terres portugaises puis françaises où il n’était pas toujours le bienvenue. J’ai connu Lisette à travers un message où elle me livrait un peu de son histoire et j’ai eu besoin d’en parler avec elle. J’ai ressenti beaucoup d’amour et de souffrance. Et je suis reconnaissante qu’elle ait accepté d’enregistrer ce témoignage brut, fait d’interrogations, sur ce chemin de la reconstruction qu’elle traverse depuis quelque temps. Un partage sincère, où l’on parle également de racisme au Portugal envers “os retornados”, “os emigrantes” mais aussi des portugais envers les autres origines. Sa réconciliation avec le pays à travers les Arts, la Culture, l’Histoire et surtout les portugais, ceux qu’elle ne connaissait pas. /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous avez aimé cet épisode et que vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez mettre 5 étoiles sur les différentes plateformes de Podcasts ainsi qu'un petit commentaire !> Suivez les coulisses du projet sur IG via le profil @agostopodcast> Ecrivez-nous à agostopodcast@gmail.com> Création originale : Céline Lopes> Production, enregistrement, textes : Céline Lopes> Montage : Céline Lopes> Extrait Fado Bicho, povo pequenino.> Musiques libres de droits Pixabay> Suivez Lisete sur IG : artistedemavie